> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > PRE et REUSSITE EDUCATIVE > PRE (Positions d’observateur, journaliste...) > Un texte de la Ligue de l’enseignement souligne le rôle des cellules de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un texte de la Ligue de l’enseignement souligne le rôle des cellules de veille éducative et de la réussite éducative dans la recherche d’un parcours éducatif personnalisé

10 février 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Au croisement de l’éducation prioritaire et de la politique de la Ville, les logiques de veille puis de réussite éducative ont largement infléchi les pratiques professionnelles depuis 25 ans. Ce sont des espaces potentiels de construction d’une culture commune pour l’ensemble des acteurs en charge de l’éducation. À quelles conditions ?

[...] Qu’il s’agisse au sein d’un collège, d’un lycée professionnel ou d’un réseau de l’éducation prioritaire, des Comités d’environnement social, initiés dans les années 80, des groupes de suivi des élèves en difficulté (GSED) ou d’un des aspects des missions académiques ou des projets régionaux de lutte con­tre le décrochage, ou qu’il s’agisse encore des cellules de veille éducative ou des équipes pluri-professionnelles de suivi du dispositif de réussite éducative à l’échelle d’un territoire, les dispositifs sont nombreux : quels enseignements peut-on tirer de ces pratiques professionnelles récentes à l’heure de la refondation de l’éducation prioritaire et de la politique de la Ville ? Comment des acteurs travaillant auprès d’adolescents en situation de marginalité ont-ils élaboré des solutions qui transforment aujourd’hui les pratiques professionnelles quel que soit leur lieu d’exercice ?

[...] Un espace de réflexion et d’action dégagé des contraintes des dispositifs

La veille ou la réussite éducative, entendues avec l’acceptation la plus large possible, au-delà des seuls dispositifs initiés, consistent à mobiliser ensemble les professionnels de l’éducation et de l’action sociale pour repérer les enfants et les jeunes en difficulté, en rupture ou en voie de rupture scolaire, et leur proposer une solution éducative personnalisée porteuse de stabilité et d’insertion : pour la Ligue de l’enseignement, c’est aussi un espace de réflexion et d’action, dégagé des contraintes des dispositifs, qui permet à la fois de mieux se connaître entre institutions, associations et familles, et ainsi de mieux cerner les difficultés scolaires ou éducatives des enfants des milieux populaires en relation avec les pratiques des institutions. Et du coup de remettre les dispositifs à leur place : des actions provisoires qui permettent d’expérimenter de nouvelles manières d’agir pour irriguer les pratiques professionnelles ordinaires. [...]

[...] Enfin, comme le rapportait récemment l’Institut français de l’éducation en écho du séminaire « Questions vives du partenariat et réussite éducative », des interrogations demeurent. Certains territoires voient des partenaires (en particulier associatifs) disparaître car ils n’ont plus de moyens. La limite de l’exercice est alors trouvée  : comment continuer à faire face à des besoins croissants lorsque les moyens baissent et que les collectivités sont de plus en plus sollicitées en dernier recours ? Et ce d’autant que les relations avec d’autres partenaires permettent de sortir de face à face entre les enfants et l’école, qui, lors­qu’ils ne sont plus opérants, peu­vent se reconstruire différemment dans d’autres espaces éducatifs.

Damien Raymond

Extrait de laligue.org du : De la veille à la réussite éducative

Répondre à cet article