> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Accompagnement éducatif, personnalisé et Devoirs faits > Accompagn. éduc. (Positions) > Philippe Meirieu se réjouit de voir la réforme du collège mettre un terme "au (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Philippe Meirieu se réjouit de voir la réforme du collège mettre un terme "au processus d’externalisation de l’accompagnement pédagogique qui s’amplifie d’année en année"

20 mars 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

"On ne peut que se réjouir, tout d’abord, du développement des temps d’ « accompagnement pédagogique » au sein du collège et par les professeurs eux-mêmes. Il est temps, en effet, de mettre un terme à ce processus d’externalisation qui s’amplifie d’année en année et qui délègue cet accompagnement à des « acteurs » toujours plus éloignés du système scolaire, de manière souvent fort inégalitaire et aléatoire.
Certes, cet accompagnement est parfois effectué par des professionnels ou des bénévoles qui acceptent de s’y former ; certes, cet accompagnement peut avoir des effets positifs, tant sur l’intégration des connaissances que sur la confiance en soi… Mais son extension incessante laisse à penser que l’École est incapable de prendre cet accompagnement en charge. Les parents – on le sait – en tirent les conséquences : inquiets pour l’avenir de leurs enfants, ils succombent souvent aux sirènes des « marchands de réussite » qui spéculent honteusement sur les insuffisances de l’institution scolaire.

Il faut donc se réjouir de cette « ré-internalisation » et espérer qu’elle réussisse. Il me semble que, pour cela, il faut réunir plusieurs conditions importantes. De toute évidence, l’existence du « socle commun » et de ses futures déclinaisons par cycles devrait pouvoir constituer un utile « tableau de bord » ; grâce à lui, l’accompagnement pourra porter sur des objectifs précis et permettre, tout à la fois, un meilleur suivi des élèves et une objectivation du travail effectué dans ce cadre.
Ce n’est pas là anecdotique : combien de dispositifs finissent par se « dissoudre » ou par disparaître dans le maquis des emplois du temps, faute d’objets de travail identifiés et d’outils élaborés pour les mettre en œuvre ? Il faut aussi, bien sûr, un responsable-référent de cet accompagnement : ce devrait être explicitement le rôle du professeur principal dont il conviendrait – enfin ! – qu’au moins pour les classes de sixième, il puisse bénéficier d’une décharge de service… et même – rêvons un peu ! – d’un bureau pour recevoir les élèves et leurs parents afin de faire le point régulièrement avec eux.
Ainsi, si les heures d’accompagnement doivent être « ventilées » entre plusieurs enseignants, il reviendra au professeur principal d’en coordonner l’utilisation et d’en harmoniser les pratiques.

Extrait de cafepedagogique.net du 20.03.15 : Philippe Meirieu : « Instituer » le collège et lui donner une véritable identité : il est grand temps !

 

Voir ci-dessous la présentation par le MEN des temps d’accompagnement personnalisé

" 2 - Tenir compte des spécificités de chaque élève pour permettre la réussite de tous

Constat 2 - Aujourd’hui, le collège est trop uniforme. Il n’est pas adapté à la diversité des élèves
Les contenus proposés au collégien aujourd’hui sont, quels que soient ses besoins et quels que soient ses résultats, identiques à ceux proposés à tous ses camarades.
Selon une enquête de l’AFEV , seul 1 collégien sur 3 demande une explication à son enseignant quand il ne comprend pas (2 sur 3 en primaire).
Aujourd’hui, les collégiens ne se voient proposer que deux heures d’aide et d’accompagnement au travail personnel, en classe entière et uniquement en classe de 6e.

2.1 Créer des temps d’accompagnement personnalisé pour tous les élèves

Afin de tenir compte des spécificités de chaque élève, des temps d’accompagnement personnalisé vont être mis en place pour s’assurer que chaque élève maîtrise les savoirs fondamentaux et pour leur permettre d’approfondir leurs apprentissages. Ces temps d’accompagnement personnalisés serviront aussi à apprendre à chaque élève les méthodes de travail.

Des horaires dédiés à l’accompagnement personnalisé sont prévus pour tous les élèves afin de s’adapter aux mieux à leurs besoins hétérogènes.

Par âge
En 6e, tous les élèves auront 3 heures d’accompagnement personnalisé afin que la transition école-collège se fasse dans les meilleures conditions (voir aussi encadré "Garantir la continuité école-collège"). On y fera acquérir plus explicitement les méthodes : prendre des notes, apprendre une leçon, faire des révisions, comprendre et rédiger un texte écrit, faire une recherche documentaire, etc.
En 5e, 4e et 3e, les élèves auront au minimum 1 heure d’accompagnement personnalisé permettant l’explicitation des attendus, l’approfondissement, l’entraînement, la construction de l’autonomie ;
Tous les élèves bénéficieront du même nombre d’heures d’accompagnement personnalisé.

Par besoins
Les élèves sont regroupés en fonction de leurs besoins et au sein de groupes dont la composition varie au long de l’année (c’est-à-dire pas toujours dans leur classe) ; cela permet à chaque élève, au plus comme au moins avancé, de renforcer ou d’approfondir ses connaissances dans les différentes matières en fonction de sa progression.

 

Note du QZ : Philippe Meirieu par ailleurs fait part de ses "inquiétudes, enfin, sur la « confusion pédagogique » que risquent d’entraîner ces nouveaux dispositifs quand, explique-t-on, les élèves – et, en particulier, les plus fragiles – auraient besoin de plus de clarté et de rigueur…"
Pour ne pas entraîner nos lecteurs dans cette confusion, le site de l’OZP gardera le même mot-clé "Accompagnement éducatif et pédagogique" pour indexer tous les dispositifs internes à l’établissement.

Voir aussi :
Nouvelle dénonciation syndicale de la suppression de l’accompagnement éducatif dans les collèges hors éducation prioritaire

Sur le site de Matignon : un "Plus de maîtres que de classes" dans chaque école du réseau ; une classe pour les moins de 3 ans dans chaque réseau ; un accompagnement pour les 6e dans les REP+

Un décret sur l’accompagnement pédagogique des élèves (BO du 27 novembre 2014)

Répondre à cet article