> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Positions) > Avant la présidentielle, l’association d’élus Ville & Banlieue prend (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Avant la présidentielle, l’association d’élus Ville & Banlieue prend position sur l’éducation prioritaire

30 septembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

COMMUNIQUE DU 28 SEPTEMBRE 2016

Ville & Banlieue a tenu ce jour une conférence de presse afin de présenter ses 31 propositions qui seront adressées aux différents postulants à l’élection présidentielle.

Parmi celles-ci, les élus ont insisté sur l’exigence que la politique de la ville soit rattachée au Premier ministre, et que les politiques publiques se traduisent en actes concrets pour le quotidien des habitants de nos quartiers.

Face aux défis posés à la République, l’éducation est la clé majeure de la lutte contre l’exclusion.

Extrait de ville-et-banlieue.org du 28.09.16 : Ville & Banlieue interpelle les prétendants à l’élection présidentielle

 

31 propositions pour réintégrer dans la République les 1500 quartiers de la politique de la ville et 4,8 millions d’habitants dont la moitié vivent en dessous du seuil de pauvreté

[...] L’éducation, clé majeure de la lutte contre l’exclusion

3. Assurer la cohérence des politiques prioritaires pour tous les territoires populaires
Ajuster les périmètres des Quartiers prioritaires de la Politique de la ville (QPV) et des Réseaux d’éducation prioritaire (REP/REP+) pour une politique éducative ciblée
ne délaissant aucun des jeunes des territoires en difficulté et conjuguant les efforts de l’action publique.

4. Renforcer l’effort éducatif pour l’égalité des chances
Scolariser des enfants de 2/3 ans dans les QPV par des "dispositifs passerelles" et/ou une scolarisation précoce.
Engager les moyens humains nécessaires, formés, en nombre suffisant, pour répondre aux besoins de formation, à tous les niveaux de la scolarité, dans une approche de mixité scolaire, supposant une refonte obligée de la sectorisation scolaire.
Veiller au respect de l’obligation scolaire avec une vigilance accrue

Renforcer les politiques familiales (Caisses d’allocations familiales [CAF], collectivités, etc.) sur la petite enfance et
la jeunesse dans les QPV.

5. Renforcer l’apprentissage de la langue française à l’école et hors l’école
Faire de la lutte contre l’illettrisme des enfants et des adultes une priorité absolue.

6. Garantir à tous une offre de qualité d’activités périscolaires sans discrimination économique des communes ou des familles
Porter l’aide du fonds de soutien de l’État de 90 à 180 euros par an et par enfant (pour atteindre, aide de la CAF comprise [56 euros], le coût évalué par l’association des maires de France [AMF]) .

Extrait de ville-et-balieue.org du 28.09.16 : Propositions Ville-Banlieue

 

L’Education prioritaire, un pansement qui ne soigne pas
Prenant appui sur le récent rapport du CNESCO, les élus de Ville & Banlieue font le procès de l’Education nationale, en particulier du dispositif d’éducation prioritaire. « Ce système de discrimination positive doit théoriquement permettre qu’il y ait deux élèves de moins par classes, dans nos quartiers, comparé à la situation dans les établissements « ordinaires » de l’Education nationale. C’est bien.
Mais, outre que les enseignants sont trop souvent inexpérimentés, il y a plus d’élèves par classe dans les établissements REP+ du Var que dans les établissements normaux des Alpes-Maritimes, deux départements qui relèvent pourtant… de la même académie de Nice » illustre Marc Vuillemot, président de cette association d’élus apartisane.

« Si la France ne compte que sur des dispositifs particuliers ou spécifiques, elle ne réussira jamais à faire République » alerte ce maire (PS) de La-Seyne-sur-Mer, d’autant plus dur sur ce dossier de l’éducation que cet ancien professeur y voit la principale clé de la lutte contre l’exclusion. Il prône une réponse globale. « Nous ne négligeons pas les questions d’insécurité ou de radicalisation, mais il nous semble que c’est en travaillant autant sur l’accès à une éducation de qualité que sur l’insertion professionnelle que nous pourrons répondre efficacement à ces maux. »

Extrait de lagazettedescommunes.fr du 29.09.16 : Ville & Banlieue veut faire de la politique de la ville un enjeu de la présidentielle

Répondre à cet article