Pierre Mathiot, délégué ministériel aux parcours d’excellence, dresse un premier bilan du dispositif qui à la fin de l’année scolaire devrait inclure les 364 collèges REP+

27 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Parcours d’excellence : « La dynamique est bien enclenchée »

Un an après sa nomination comme délégué ministériel aux parcours d’excellence, Pierre Mathiot insiste sur la nécessité d’ouvrir les parcours d’excellence à davantage d’élèves. Et de les étendre au lycée.

Les premiers parcours d’excellence ont été mis en place il y a un an, dans quel objectif ?
Ces parcours qui s’inscrivent dans la continuité des cordées de la réussite visent à accompagner les élèves de milieux modestes, dans l’élaboration de leur projet d’orientation par du tutorat individuel ou collectif, des visites culturelles… Ces programmes prennent appui sur l’expérience du programme d’études intégrées (PEI) mis en place dans les IEP de région depuis 2007 . L’objectif est de lever l’autocensure et de les préparer à la poursuite d’études supérieures. En accompagnant les élèves de la troisième à la terminale, nous nous inscrivons clairement dans un temps long. Car, plus le plafond de verre est épais, plus il faut travailler sur la durée pour l’ébrécher.

Quel bilan tirez-vous de cette première année ?
Nous devrions atteindre à la fin de l’année scolaire, l’objectif chiffré que nous nous étions fixé. A cette date, les 364 collèges Rep+ seront dans la boucle. Auxquels il faut ajouter entre 70 et 80 collèges de Rep ou isolés territorialement qui ont souhaité rejoindre le dispositif. Au final, près de 8 000 élèves sont actuellement concernés par un parcours d’excellence. La dynamique est donc bien enclenchée. Mais ces chiffres cachent d’importantes disparités. Quand dans certains établissements quelques élèves seulement participent au dispositif, ailleurs c’est l’ensemble des troisièmes qui en bénéficient. La moyenne se situe autour de 20-25 élèves par collège.

Il nous faut aller plus loin : en élargissant notre base en troisième en intégrant un plus grand nombre d’établissements (prioritairement ceux situés en REP et dans les régions isolées) tout en s’assurant de la montée en puissance du dispositif au lycée. [...]
Isabelle Dautresme

Extrait de vousnousils du 21.03.17 : Parcours d’excellence : « La dynamique est bien enclenchée »

Répondre à cet article