> 6 - DISPOSITIF > EVALUATION et ORIENTATION > Evaluation (généralités), avec la liste des rubriques et mots-clés sur (...) > Evaluations nationales au CP et remédiations : l’analyse de Roland Goigoux (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Evaluations nationales au CP et remédiations : l’analyse de Roland Goigoux (centre Alain Savary, mars 2019)

13 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Evaluations nationales au CP et remédiations : l’analyse de Roland Goigoux.

Lors des deux journées « Former au lire-écrire-comprendre » organisées par l’IFÉ-centre Alain Savary en octobre 2018, Roland Goigoux, directeur de la recherche « Lire-Écrire au CP » et didacticien de la lecture a présenté son point de vue d’expert sur les évaluations nationales de CP en lecture. Il a également donné des pistes pour aider les enseignants dans leurs propositions de remédiation aux élèves.

Extrait de centre-alain-savary .ens-lyon.fr du 11.03.19 : Evaluations nationales au CP et remédiations : l’analyse de Roland Goigoux

 

R Goigoux sur les évaluations nationales : Enseigner la compréhension avec le décodage

"La capacité des élèves de fin de CP à devenir autonomes dans la compréhension de textes qu’ils lisent seuls dépend presque autant de leur capacité à décoder que de celle à comprendre seuls des textes entendus. Le lexique et le raisonnement non verbal ont aussi leur importance et même davantage que les habiletés phonologiques", explique R Goigoux dans une intervention au Centre A Savary sur les évaluations nationales et la remédiation. R Goigoux montre d’où vient le modèle sous jacent aux évaluations nationales et ses limites.

"Chez les bons décodeurs, ce qui améliore encore la compréhension autonome, c’est leur capacité à comprendre, à maîtriser le vocabulaire et à raisonner. Ceci est vrai dès la fin du CP. Par conséquent, l’enseignement de la compréhension ne doit pas être décalé de celui du décodage. En revanche, chez les faibles décodeurs, le point saillant dans leur difficulté à comprendre un texte de façon autonome, est le décodage qui les empêche d’accéder à la compréhension. Autrement dit, un bon décodeur peut accéder facilement à la compréhension autonome (pourvu que la compréhension lui ait été enseignée), alors qu’un faible décodeur n’y accèdera pas. Mais même chez les faibles décodeurs, la compréhension de textes entendus pèse fort sur leur compréhension autonome, d’où la nécessité d’enseigner la compréhension, quel que soit le niveau de décodage des élèves."

Pour lui, " donner une réponse phonologique à une difficulté phonologique peut s’avérer contreproductif. Il propose, pour remédier à un déficit phonologique, de travailler aussi l’encodage. Il attire également la vigilance sur le cloisonnement des compétences travaillées dans ce système de remédiation. L’approche linéaire ne permet pas l’interaction entre les différentes compétences requises pour lire et écrire, contrairement à l’approche intégrative. Enfin, le risque de ce mode de remédiation proposé est de n’enseigner que l’évaluable (D > C). C’est pourquoi Roland Goigoux insiste sur l’importance d’enseigner ces compétences non évaluées, et notamment l’encodage, qui servent aussi les compétences de décodage."
Par fjarraud , le mercredi 13 mars 2019.

Extrait de cafepedagogique.net du 13.03.19 ; R Goigoux sur les évaluations nationales : Enseigner la compréhension avec le décodage

Répondre à cet article