> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Inégalités territoriales > Les parents de milieu populaire et les départements à forte concentration de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les parents de milieu populaire et les départements à forte concentration de quartiers sont les plus réticents à reprendre l’école (sondage et étude)

20 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Une majorité de français contre la réouverture
"La reprise des cours obligatoire annoncée par Emmanuel Macron est une mauvaise décision pour 56% des Français et surtout pour les deux tiers des Français les plus modestes", affirme un sondage Odoxa réalisé pour Le Figaro et France Info. Seule une minorité (45%) des parents concernés obéiront à Emmanuel Macron et renverront leurs enfants à l’école le 22 juin prochain. Cette décision est « clivante » sociologiquement : elle mécontente les deux - tiers des catégories populaires ( 64 % des ouvriers et employés) et des Français les plus modestes ( 66 % ) alors qu’elle est très majoritairement approuvée par les cadres ( 55 % ) et les Français les plus aisés ( 62 % ) . Cette mesure est pourtant présentée comme favorable aux premiers plutôt qu’aux seconds. Le sondage montre une nette chute de la popularité du ministre. "La popularité de JM. Blanquer poursuit sa chute ( - 21 points en deux ans). Désormais 58% des Français ont une mauvaise opinion de lui. Ce taux grimpe à 65M chez les parents d’élèves. JM BLanquer reste populaire dans l’électorat de droite, LREM et âgé.

Le sondage

Extrait de cafepedagogique.net du 18.06.20

 

Voir aussi Déconfinement : - comment mesurer le décrochage ? (Fondation Jean-Jaurès) - Education prioritaire : pourquoi ne reviennent-ils pas à l’école ? (la Croix)

 

Déconfinement et inégalités territoriales
"Parmi les 24 départements les plus perturbés dans l’accueil des élèves du premier degré, se trouvent deux académies connaissant déjà des résultats comparativement bas (Corse, Amiens) pour l’espace métropolitain, et qui avaient été des foyers pandémiques (« clusters ») particulièrement virulents. De même, se retrouvent parmi les départements qui sont le moins « retournés à l’école », des territoires de forte concentration de quartiers urbains populaires (Bouches-du-Rhône, Pas-de-Calais, Seine-Saint-Denis, Val d’Oise, Val de Marne, Rhône) où la crise socio-économique liée à la pandémie a durement frappé", établit Ismail Ferhat pour le Caref, laboratoire de l’université de Picardie.

Extrait de cafepedagogique.net du 18.06.20

L’étude

Répondre à cet article