> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales en MATERNELLE > Maternelle (Français et Langues) > B* Ouverture aux langues de l’immigration : apprendre à parler et à penser (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Ouverture aux langues de l’immigration : apprendre à parler et à penser avec une mascotte voyageuse dans 2 écoles maternelles REP+ de Toulon

31 décembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Ouverture aux langues à l’école maternelle :apprendre à parler et à penser avec une mascotte voyageuse

QUOI ?

Ce projet vise la réussite scolaire de tous les élèves par l’ouverture sur les langues et leur pluralité qui permet de relier la langue de scolarisation et les langues de la migration ; l’implication des parents bilingues ou plurilingues dans la vie de l’école,indépendamment du statut de leurs langues ; une meilleure appréhension des attentes de l’école par les familles. Une marionnette-mascotte francophone (un animal) part en vacances autour du monde et envoie des cartes postales à la classe. Sur la carte, quelques mots (bonjour, au revoir, à bientôt) dans une des langues des pays visités -la carte sert de déclencheur aux activités plurilingues/culturelles-. La Mascotte revient de temps en temps dans la classe avec un ami étranger (une marionnette ou une peluche) accompagnée d’un traducteur (le plus souvent un parent qui comprend la langue de l’ami). Le choix des langues s’appuie sur une étude sociolinguistique de la classe et de l’environnement immédiat (le quartier).

Recherche

Madame Stéphanie Clerc, collaboratrice du projet, maître de conférences habilitée à diriger les recherches, Université de Rennes.Le projet tient compte des travaux menés par les équipes EVLANG et JANUA LINGUARUM sous l’impulsion de Michel CANDELIER, Professeur à l’Université du Maine au Mans et soutenus par l’Union Européenne et le Conseil de l’Europe. Cette action contribue à l’élaboration d’un livret de séquences didactiques pour l’école maternelle, intitulé Découvrir le monde des langues à la maternelle au quotidien dirigé par Martine KERVRAN, professeur à l’Université du Maine, aux Editions SCEREN-CRDP de Bretagne. -Quelques séances d’éveil aux langues ont été présentées aux Rencontres Internationales du Réseau international Éducation et diversité (RIED) à l’ESPÉ de Marseille, le 20 octobre 2014 dans un atelier intitulé Face aux discriminations linguistiques sociales, que peut l’École ?

https://www.youtube.com/watch?v=kYsFlpVHVBo
https://acamedia.ac-nice.fr/v2/boubou-cherche-un-tresor-_v6044

QUOI ?

QUI ?

2 membre(s) dans l’équipe - 7 partenaire(s)

Des écoles maternelles REP+ et hors REP+ de Toulon 2 qui prennent en comptent les langues et cultures familiales en présence dans leurs écoles afin de créer un lien de confiance avec les familles.

- Les partenaires

• CELV
Des séances d’Eveil aux langues ont fait l’objet de captation et ont contribué à deux projets
• Projet PEFEP :
Contribution des enseignantes aux projets commandés par le Conseil de l’Europe :projet PEFEP (Portfolio Européen pour les Enseignants de Préélémentaire en Formation initiale) coordonné par l’Inspecteur Général de langues, Monsieur Francis Goullier.
• Ecole maternelle La Tauriac
Toute l’équipe est engagée
• Ecole maternelle Le Jonquet
Toute l’équipe est engagée
• Projet IPEPI (Implication des Parents dans l’Education Plurilingue et Interculturelle, CELV 2013-2014)
les vidéos, nourries de commentaires réflexifs des enseignantes engagées dans l’ouverture à la diversité linguistique et culturelle, ont été visionnées lors du projet européen IPEPI et ont contribué à la réflexion menée par l’équipe européenne
• Les parents d’élèves bilingues ou purilingues et l’assistante d’allemand
Interventions dans les classes pour une rencontre culturelle et linguistiques (les formules de politesse, les noms d’animaux) avec les élèves.
• Ecole La Serinette
Toute l’équipe

- Les participants

• 200 élève(s)
• 12 enseignant(s)
• 24 autre(s) participant(s)

OÙ ?

Interétablissements Nice

Ecole maternelle - Maternelle Petite section, Maternelle Moyenne section,,Maternelle Grande section
Dans toutes les classes de la PS à la GS

• Établissement(s)

◦ Nice LA TAURIAC (083) REP+
◦ Nice LE JONQUET (083) REP+
◦ Nice LA SERINETTE (083)
◦ Nice DANIELLE CASANOVA (083)

• 1 académie(s)
• 4 établissement(s)
• 14 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

L’écart langagier entre les enfants(sans parler de difficulté et sans les stigmatiser) ; le besoin d’instaurer des liens plus étroits avec les parents dont certains, issus de la migration ou de CSP défavorisées, sont souvent en insécurité linguistique et symbolique vis à vis de l’école en raison de représentations sociales dévalorisant les langues et cultures de leur patrimoine personnel

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Quelques réticences à faire entrer dans la classe des parents d’origine étrangère et leur donner une place d’« experts » dans leur langue-culture face aux élèves.
• Mettre en place des situations d’apprentissage mettant en jeu des langues méconnues de l’enseignant.

- Sources d’inspiration

• Livre : Les langues du monde au cycle 1 Dirigé par Martine Kervran 2013
https://cdn.reseau-canope.fr/archivage/valid/163181/163181-25623-32679.pdf

QUAND ?

Du 04/10/2010 Au 02/07/2021

COMMENT ?

Les enseignants volontaires des écoles maternelles de la circonscription de Toulon 2 s’engagent dans l’expérimentation, accompagnés et formés à l’éveil aux langues par la formatrice conceptrice : Création d’équipes de travail mixtes (enseignants, formateurs d’enseignants et enseignants-chercheurs). Observations croisées par les directrices des séances d’éveil aux langues dans les écoles grâce à leur jour de décharge,une fois en début d’année. Phases communes de travail réflexif et possibilités d’échange, d’expériences ; réflexivité sur leurs propres pratiques vis à vis des langues étrangères présentes dans la classe. Dès le début de l’année, choix d’une mascotte francophone pour chaque classe, des invités étrangers qui arrivent en fonction des langues rencontrées. Présentation du projet en conseil d’école et en réunion de classe pour organiser une collaboration avec les parents bilingues ou plurilingues. Mise en œuvre de séquences didactiques proposées par la formatrice.

- Modalités de mise en œuvre

• L’action est inscrite dans le projet d’école

• Analyse socio-linguistique de la classe pour repérer les langues-cultures en présence. Choix d’une mascotte « voyageuse » francophone pour la classe (un animal, un prénom) Départ de l’animal dans un des pays représentés dans la classe sans préciser la destination aux enfants. Envoi d’une carte postale par la mascotte (fabriquée par l’enseignant ou envoyée réellement du pays par un membre de lafamille de l’ enfant concerné) avec formules de politesse dans la langue du pays et présentation d’un ami rencontré qui va revenir avec elle dans la classe. Préparation linguistique pour accueillir « l’invité venu d’ailleurs » : apprentissage des formules de politesse et recherche d’un interprète pour traduire les questions préparées par les élèves (en général le parent de la classe). Retour de la mascotte de la classe accompagnée de son ami étranger : accueil dans la langue étrangère, questions-réponses à l’invité grâce au parent dans le rôle de l’interprète, cadeaux apportés par l’invité (comptine en langue étrangère, album,friandises...). Création d’une affiche pour la classe autour de l’invité. Réinvestissement et prolongement en atelier pour réactiver les langues déjà apprises et consolider la nouvelle. Création d’un livre collectif avec un chapitre par pays exploré ; le livre circule dans les classes, les élèves en font les illustrations. Finalisation de l’album collectif par la réalisation d’un album numérique avec importations des illustrations et mise en voix du texte par les élèves (Boubou cherche un trésor). L’album est présenté au conseil d’école et offert à tous les parents. Projet de poursuivre les épisodes de l’album l’an prochain par de nouvelles langues et cultures qui seront rencontrées dans les classes.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique
Accompagnement bimensuel des enseignants par la formatrice porteur du projet pour aider au choix des langues rencontrées, à la mise en place de séquences didactiques ; la formatrice assiste aussi à des conseils de maîtres pour une confrontation des difficultés rencontrées et résultats obtenus dans les différentes classes (bilan, évaluation) ; proposition de modules ; enregistrement audio et vidéo de différentes séances ; aide à la réalisation de « la fleur des langues » (affichage collectif).
Les premières appréhensions disparaissent assez vite devant :
◦ L’adhésion immédiate des parents et leur enthousiasme à intervenir pour parler de leur langue et de leur culture
◦ L’implication des enfants dans le projet (un élève de MS : « Ce qu’on fait, c’est magique ! ».
◦ Les progrès des enfants dans les compétences langagières et le vivre ensemble.
◦ Amélioration des compétences langagières

• Évaluation par des chercheurs
L’évolution des représentations des équipes éducatives sur les langues et cultures présentes dans l’école

- Indicateur(s) qualitatif(s)

Le regard que portent les enseignants sur le rôle que peuvent avoir les parents a changé, l’idée que les parents ont quelque chose à apporter en classe se développe, dans une perspective de co-éducation.

ET APRÈS ?

• Modification des attitudes : participation de tous les enfants ordinairement « en retrait » qui manifestent leur intérêt (sentiment d’être tous égaux face à des activités relatives à une nouvelle langue ?)
• Réinvestissement de l’attention requise dans les tâches plurilingues (discrimination phonétique, manipulation de phonèmes, de syllabes, de mots...)
• Développement de la précision du langage : les élèves apprennent à poser des questions ; à exprimer leur incompréhension ; à reformuler ; à raconter ce qu’ils ont vécu.
• Exploration d’ une culture autre
• Intensification des échanges entre enseignants, entre élèves (dans la classe ou dans les couloirs de l’école devant les affichages), entre enseignants et familles, entre l’enfant et sa famille, les enfants parlent davantage chez eux de ce qu’ils font à l’école,entre école maternelle et école élémentaire (fête des angues entre GS et CP)
• L’implication plus importante des parents dans les activités proposées au sein de l’école.

- Développement et suite de l’action

L’action est reconduite (après une mise en sommeil de 2 ans) à la demande d’une nouvelle école maternelle de REP+. L’intérêt des élèves pour les interventions d’une assistante d’allemand a conduit l’équipe enseignante à étendre l’activité à un éveil aux langues et cultures plus large, et à se diriger vers les langues et cultures familiales en présence dans l’école.

Extrait de Innovathèque du 11.12.20

Répondre à cet article