> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > OUVERTURE SOCIALE > Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publ. > Ouverture sociale (Positions politiques et syndicales) > Le débat sur les quotas de boursiers. Nicolas Sarkozy veut diversifier les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le débat sur les quotas de boursiers. Nicolas Sarkozy veut diversifier les modes d’accès mais sans les quotas. La position du Sgen-CFDT

12 janvier 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le président s’est toutefois refusé à « l’instauration autoritaire de quotas de boursiers à l’entrée de chaque institution ». « Je n’accepterai jamais un système où certains candidats seraient reçus à un concours pour la seule raison qu’ils sont boursiers », a-t-il assuré. A la place, il a proposé « que l’on diversifie les modes d’accès aux grandes écoles », préconisant notamment « d’augmenter les places pour les bacheliers technologiques dans les écoles d’ingénieurs » ou de « développer de façon significative les admissions parallèles » pour les étudiants qui ne suivent pas de classes préparatoires.

Extrait de leparisien.fr du 11.01.10. Sarkozy déterminé sur les quotas de boursiers

 

(...) Dans ce débat, personne ne parle non plus du mode de formation des
élites. De nombreux pays étrangers utilisent plutôt le doctorat comme
diplôme de prestige et non pas le diplôme d’ingénieur comme dans notre
pays. Le doctorat nécessite une réflexion un peu longue sur un sujet
précis, il demande des qualités assez différentes de celles des lauréats
de nos concours comme l’imagination, la profondeur de vue, le travail
intellectuel de fond et parfois un peu d’opiniâtreté, la capacité à
travailler en équipe... Les pays qui utilisent ce système, comme les
pays anglo-saxons ou l’Allemagne ne se portent pas forcément plus mal
que la France.
Enfin, au sujet des concours et de l’organisation de notre société,
peut-on raisonnablement fonder un tri social quasi définitif ouvrant les
meilleurs postes de la société sur quelques semaines d’épreuves passées
à vingt ans ?
Une société véritablement démocratique doit être ouverte à la pluralité
des formations et des parcours et à la diversité des origines sociales.

Ouvrir et généraliser des cursus de seconde chance faisant appel à des
capacités différentes que celles utiles pour réussir un concours est
pour le Sgen-CFDT un enjeu autrement important que celui de 30% de
boursiers dans les grandes écoles.

Extrait du site du Sgen-CFDT le 11.01.10. http://www.cfdt.fr/rewrite/article/...

Répondre à cet article