> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. des enfants d’immigrés et Eana > B* Le projet Achile de 4 écoles de Bordeaux (dont une en REP) pour gérer (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Le projet Achile de 4 écoles de Bordeaux (dont une en REP) pour gérer l’hétérogénéité

24 décembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Allophonie - Coopération - Hétérogénéité - Interactions - Langage à l’École, c’est ACHILE !

QUOI ?

Avec Achile, nous allons réfléchir à la gestion de la très grande hétérogénéité, présente dans les écoles qui accueillent un public élèves très hétérogène, tant du point de vue linguistique et socio-culturel qu’au niveau du parcours scolaire et des processus d’acquisition ;

Pour cela, nous comptons nous appuyer sur les pratiques coopératives et le développement des interactions langagières orales. Nous souhaitons questionner la différenciation afin de sortir d’une différenciation didactique passive ou décrochée des apprentissages de la classe. Nous essaierons ainsi de trouver ensemble les leviers susceptibles de contribuer à l’inclusion, à la différenciation ou aux ajustements au service de tous les élèves.

Expérimentation Recherche

Le lien avec la recherche est permanent. En effet deux enseignantes chercheuses de l’Inspé d’Aquitaine font parties de l’équipe du projet. Avec les deux conseillères pédagogiques, elles le coordonnent. Leur présence est constante lors des formations, lors des conseils des maîtres, lors des observations en classe. Le projet se construit, s’adapte par une aller-retour permanent entre le terrain d’expérimentation (4 écoles élémentaires de Bordeaux) et la recherche.

Présentation Projet Achile

QUI ?

2 membre(s) dans l’équipe

Notre projet se construit et se développe par une mise en synergie, des échanges pour explorer, expérimenter, tâtonner tous ensemble, conseillères pédagogiques, enseignant.es, communauté de chercheurs, durant trois années sur les différentes problématiques de notre projet.
Notre action se construit dans la relation permanente entre les acteurs qui y participent : les enseignant.es ouvrent leur classe aux autres enseignant.es du projet, aux conseillères pédagogiques, aux chercheuses. Les conseillères pédagogiques, les chercheuses ouvrent la construction des formations et des outils aux enseignant.es.
La co-construction est permanente entre les différents acteurs.

- Les participants

• 380 élève(s)
• 27 enseignant(s)
• 4 autre(s) participant(s)

OÙ ?

Interétablissements Bordeaux
Ecole élémentaire - CP, CE1, CE2, CM1

Notre projet associe 4 écoles situées à Bordeaux. Ces écoles accueille à la fois une proportion importante d’élèves excellents et d’élèves en échec scolaire, corrélée au niveau social des familles populaires ou aux EANA. Elles se situent sur les secteurs de Goya dans le centre et d’Aliénor d’Aquitaine autour de la gare qui concentre deux tiers du public allophones de Bordeaux.
Si ces écoles présentent le même profil en terme de population scolaire, seule une d’entre elles se trouve en REP, et bénéficie donc des mesures qui en découlent.
Le rapprochement de ces écoles, la création d’échanges et connexion entre elles est une des caractéristiques fortes de notre projet. La coopération (le C d’Achile), nous allons essayer de la faire vivre entre les différents acteur.trices de ces différentes communauté éducative.

- Établissement(s)

• Bordeaux ANDRE MEUNIER (033)
• Bordeaux FERDINAND BUISSON (033)
• Bordeaux MENUTS PHILIPPE (033) [REP]
• Bordeaux CAZEMAJOR (033)

• 1 académie(s)
• 4 établissement(s)
• 20 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

Ce projet s’est construit à partir d’observations du terrain par les conseillères pédagogiques, d’échanges avec les équipes enseignantes sur des problématiques d’apprentissage et de développement professionnel qui se posent en milieu scolaire très hétérogène, notamment caractérisé par l’accueil d’un nombre important d’élèves allophones (en classe ordinaire et en classe dédoublée).

Certains questionnements ont émergé tels que :
• Quels sont les caractéristiques et les besoins spécifiques des classes impliquées ?
• Quels leviers seraient susceptibles de contribuer à l’inclusion, à une différenciation ou à des ajustements au service de tous les élèves ?

- Indicateur(s) qualitatif(s)

Nous sommes fixés des indicateurs tels que :
• le taux d’absentéisme des élèves allophones
• l’analyse des diverses évaluations (nationales et de circonscription) sur plusieurs année
• la réduction des écarts dans les acquisition pour des élèves d’une même cohorte
• la modification des pratiques enseignantes

- Sources d’inspiration

QUAND ?

Du 02/09/2019 Au 08/07/2022

COMMENT ?

La mise en œuvre du projet repose sur une collaboration permanente entre les différents acteurs du projet : les équipes enseignantes, les conseillères pédagogiques, les chercheuses ; ainsi que sur des va-et-vient constants entre observations sur le terrain, apports en formation, retour sur le terrain, réajustements des apports, ...

• Les conseillères pédagogiques (CPC), et les équipes pédagogiques des 4 écoles du projet
• Achile représentent les acteurs du terrain.
• Des réunions de travail régulières (à peu près tous les mois) ont eu lieu entre les deux CPC et les chercheuses pour préparer les réunions, les formations en direction des équipes enseignantes.
• Les CPC et les chercheuses ont rencontré et échangé avec les équipes lors des
visites et des observations dans les classes.

- Moyens mobilisés

Pour répondre à ces besoins et questions multiples, nous partons des pratiques effectives dont nous affinons l’observation en croisant les regards (descriptions des pratiques existantes, observations croisées). Pour ce faire, nous croisons des données déclarées (réponses des enseignants recueillies lors de Focus Groupe) et l’observation d’éléments de pratiques effectives (en allant observer et si possible filmer ou enregistrer dans les classes ou en demandant aux collègues de s’enregistrer).

A partir de ces données ainsi que d’une description des pratiques et d’une mise en relief des besoins et difficultés, nous proposons des temps de formation qui sont l’occasion de mutualiser les compétences et d’engager des pistes de travail. L’approche comparative nous permet d’analyser les choix opérés, les variantes, leurs avantages et inconvénients.

D’un point de vue scientifique, cette démarche permet et devrait permettre de mieux comprendre les pratiques à l’œuvre dans ces classes ainsi que les freins et les conditions de mise en œuvre de communautés d’apprentissage et de gestes professionnels langagiers en contexte hétérogène. Elle devrait par ailleurs déboucher sur la production d’outils de formation concernant la scolarisation des élèves allophones et l’enseignement en classe hétérogène.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

A la fin de la 1ere année, qqs indicateurs ont émergé pour une 1ere évaluation :
◦ Meilleure compréhension du public bulgare-turcophone, très présent dans les écoles. Disposer de ces informations permet de mieux comprendre et de mieux accueillir ce public.
◦Début d’un questionnement sur la gestion de l’hétérogénéité. La mise en exergue de la très grande hétérogénéité des publics accueillis au sein des classes et les échanges avec les équipes les ont incitées à s’intéresser aux différentes prises en charge de cette hétérogénéité. Ceci les a amenées peu à peu à interroger leurs propres pratiques et à les enrichir.
◦ Modification des pratiques enseignantes (point qui demande à être approfondi). Nous avons pu constater que différents enseignants s’essayaient à de nouvelles pratiques : comparaison des langues en présence dans la classe, présentation aux élèves de la culture bulgare turcophone, mise en place de rituels incluant les langues maternelles, projets multiculturels et plurilingue.

• Évaluation par des chercheurs
Modalités et indicateurs partagés avec ceux de l’équipe pédagogique.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

A ce jour, un constat final ne peut être dressé, notre projet étant établi dès le départ pour 3 ans.

• Nous comptons poursuivre :
◦ l’analyse croisée des données, et l’approfondir,
◦ la suite des observations dans les écoles des pratiques enseignantes suite aux formation, et la mutualisation de ces pratiques
◦ l’organisation d’une seconde journée d’étude durant le second semestre 2020

• Nous comptons également approfondir les formes de collaboration possibles entre les enseignants UPE2A et le travail mené dans les classes ordinaires. Nous allons aussi travailler les modes de gestion de la très grande hétérogénéité constatée au niveau des apprenants.

• Nous comptons conserver certains temps : une réunion en début et en fin d‘année, des évènements ponctuels comme la journée d’étude, des temps de formations spécifiques pour les enseignant.es, un suivi des échanges au fil de l’année, avec chaque école. Dans la mesure du possible, permettre aux enseignant.es de réaliser des observations croisées.

ET APRÈS ?

L’action étant étalée sur 3 ans, et la première année du projet ayant été stoppée par le confinement, les effets ne peuvent être encore décrits. Les premiers indicateurs relevés ont été décrits dans la partie Bilan.

- Diffusion

• Absentéisme - Culture scolaire - Liens école Famille : Réunion
Affiche _Programme 20-11-19.pdf
https://vimeopro.com/user53139911/journeedetudes- laccueil-des-eleves-allophones (Mot de passe pour accéder aux vidéos : Achile33)
20/11/2019
• Quelles aides face à la très grande hétérogénéité : Réunion
http://pi.inspe-bordeaux.fr/quelles-aides-face-a-la-tres-grande-heterogeneite-langage-a-lecole-cooperation-accueil-des-familles/
18/11/2020
- Développement et suite de l’action
• Formation professionnelle - Accompagnement des enseignant.es  : Video
https://fr.padlet.com/emidupcar/zz0f2g9b3dyb
• Padlet regroupant les supports, outils proposés aux enseignant.es lors des formations – Pourrait ultérieurement nourrir des outils de formation proposés à plus large échelle au sein du département

- Développement et suite de l’action

L’action, le développement du projet Achile se poursuit.
Nous envisageons d’intégrer une nouvelle école dans le projet.

Extrait de Innovathèque du 07.12.20

Répondre à cet article