> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. (Rapports officiels) > EDUC PRIOR. Rapports Internationaux (Ocde...) > Education prioritaire, inégalités scolaires, dépenses éducatives, taille des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Education prioritaire, inégalités scolaires, dépenses éducatives, taille des classes... quelques idées reçues sur l’éducation, par Andreas Schleicher, directeur à l’OCDE

9 avril 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Andreas Schleicher, Directeur de la direction de l’éducation et des compétences de l’OCDE, publiait il y a quelques semaines un article sur le thème des idées reçues en matière d’éducation que je réutilise car il colle parfaitement à la thématique de ce blog.

[...] 1) Les élèves des milieux défavorisés sont condamnés à obtenir de mauvais résultats
[...] Les systèmes éducatifs où les élèves de milieu modeste réussissent sont capables d’atténuer les inégalités sociales et présentent une plus faible dispersion dans la performance éducative. Ils attirent généralement les meilleurs enseignants dans les classes les plus difficiles et les chefs d’établissement les plus dynamiques dans les écoles les plus défavorisées, confrontant ainsi tous les élèves aux niveaux les plus élevés et à l’enseignement le plus exigeant.

En somme, une véritable politique favorisant l’éducation prioritaire est mis en place dans ces pays pour permettre aux élèves des milieux défavorisés de bénéficier de moyens supplémentaires pour compenser leur handicap de départ.

[...] 2) Plus on dépense d’argent, meilleures seront les performances éducatives

[...] La réussite des systèmes éducatifs ne dépend plus du montant des dépenses mais de la façon dont l’argent est dépensé. Les pays doivent investir dans l’amélioration de la formation et des compétences s’ils veulent se mesurer aux autres dans une économie mondiale de plus en plus axée sur le savoir.

3) Des effectifs réduits en classe améliorent le niveau dans tous les établissements scolaires]
[...] Même si la réduction de la taille des classes dans les établissements les plus difficiles peut aider à favoriser des environnements plus propices à l’apprentissage et à la personnalisation de l’enseignement, la qualité des enseignants qui y exerceront sera encore plus déterminante pour la réussite éducative.

[...] 4) Des systèmes éducatifs non-sélectifs sont plus égalitaires, des systèmes sélectifs obtiennent de meilleures performances

On croit souvent qu’un système scolaire non sélectif favorise l’égalité des chances et l’équité, alors qu’un système sélectif vise uniquement à la qualité et à l’excellence Pourtant, les comparaisons internationales montrent que la qualité de l’enseignement et l’équité ne sont pas incompatibles : les meilleurs systèmes éducatifs – comme l’Australie, le Canada, la Corée, la Finlande ou encore le Japon – concilient les deux. De même, aucun des pays dont le système scolaire est très sélectif, que ce soit sous forme d’orientation, de répartition par niveau ou de redoublement, ne figure parmi les plus performants ni parmi ceux ayant le plus haut pourcentage de bons élèves.

[...]

Extrait de educationdechiffree.blog.lemonde.fr du 07.04.15 : Six idées reçues à propos des meilleurs systèmes éducatifs

Répondre à cet article