> 8 - POLITIQUE DE LA VILLE > OUVERTURE SOCIALE > Les cordées de la réussite > Déclarations gouvernementales (Cordées) > La ministre remet leur diplôme à quelques-uns des "meilleurs bacheliers"

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La ministre remet leur diplôme à quelques-uns des "meilleurs bacheliers"

18 juillet 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Mis à l’honneur par la ministre le 17 juillet le dispositif des "bacheliers méritants" donne le droit aux 10% des meilleurs bacheliers de chaque lycée d’entrer dans une filière sélective, comme un BTS, un IUT ou une classe préparatoire. Pour la ministre, avec ce dispositif, l’école républicaine tient enfin sa promesse : donner la même chance à tous. Mais suffit-il de permettre l’entrée dans une filière d’élite pour que les élèves réussissent ?

[...] On aimerait croire qu’il suffise de promouvoir l’information sur les filières sélectives et de donner un coup de pouce ministériel pour que la sélection sociale des élites s’atténue. Malheureusement c’est plus compliqué. Sylvain Broccolichi et Rémi Sinthon, dans un article paru dans le numéro 175 de la Revue française de pédagogie, en ont fait la démonstration. "On disait que les enfants de milieu populaire ont des ambitions moindres et que ça expliquait les écarts d’orientation. Ce qui est masqué c’est que quand on suit le devenir de ces jeunes de milieu populaire, ceux qui semblaient exagérément prudents en fait échouent beaucoup plus que leurs camarades de niveau apparemment à peu près identique. Cela s’explique par le fait que les chances de progresser des élèves au cours des années sont très inégales selon les catégories sociales", nous avait dit Sylvain Broccolichi en 2011.

Cette idée que c’est l’autocensure des familles qui nuit à l’égalité dans l’orientation, il estime qu’elle "déculpabilise l’institution puisque c’est soi-disant les familles qui n’osent pas demander une orientation meilleure... Et puis elle donne un semblant de solution simple : il suffirait de les encourager à oser y aller !" Le problème vient après et particulièrement en CPGE. "Les enfants des milieux populaires semblent vouloir y aller moins que les autres mais ils y échouent beaucoup plus que les autres. En fait, ils ont de bonnes raisons d’hésiter à y aller ! On peut le dire quand on regarde le résultat final et leurs chances réelles de réussite compte tenu de leurs conditions d’apprentissage. Ce sont elles qui sont fondamentalement en jeu. Apparemment il y a beaucoup de raisons de se boucher les yeux et d’éviter de se demander ce qui conditionne les apprentissages des élèves, ce qui se joue dans la classe".

On ne peut pas simplement gommer les écarts de niveau entre lycées , les différences entre les bacs et les distances entre les capacités financières des familles dans un système où l’enseignement n’est pas réellement gratuit. Ce sont peut-être ces réalités qui expliquent que sur les 15 000 lycéens à qui le dispositif a été proposé seulement un sur dix a accepté d’en bénéficier. Les autres en ont refusé le bénéfice. Le parcours remarquable de la ministre, qu’elle a rappelé le 17 juillet, ne doit pas être un alibi.

Extrait de cafepedagogique.net du 27.07.15 : Les "bacheliers méritants" méritent mieux

 

ADDITIF du 21.07.15
1 500 « bacheliers méritants » repêchés

L’orientation dans l’enseignement supérieur est donc modifiable, mais seulement pour ceux qui n’avaient pas accepté définitivement une proposition d’admission sélective avant les résultats du bac. C’est pourquoi seuls 15 000 des 60 000 lycéens éligibles ont été concernés par le dispositif. Au final, seulement 1 500 élèves ont changé leur choix d’orientation en acceptant une nouvelle proposition d’admission.

[...] Les doutes de Dounyazad font écho au scepticisme de Philippe Heudron, président de l’Association des prépas économiques et commerciales, interrogé par Libération le 17 juillet : « Rien ne garantit que les 10 % des élèves de chaque lycée ayant les meilleures notes au bac viennent d’un milieu populaire et aient un parcours méritant. » Le dispositif ne prend en effet pas en compte l’origine sociale des lycéens éligibles.

Extrait de lemonde.fr du 21.07.15 : Bac 2015 : les nouveaux horizons des bacheliers méritants

 

Najat Vallaud-Belkacem a remis leur diplôme à des bacheliers d’Ile-de-France, vendredi 17 juillet. Cette cérémonie était l’occasion de mettre en valeur ces lycéens ayant bénéficié du dispositif "meilleur bachelier" 2015.

Extrait de education.gouv.fr du 17.07.15 : Remise de diplômes par la ministre à des lycéens "meilleurs bacheliers"

 

Sur la base de leurs résultats au baccalauréat, les meilleurs élèves de chaque lycée se voient proposer des places en filières sélectives publiques. Pour l’année 2015, le pourcentage d’élèves bénéficiant de ce droit d’accès au sein de chaque filière de chaque lycée est de 10%. Le portail Admission Post-bac permet aux meilleurs bacheliers qui le souhaitent de bénéficier de cette mesure et de recevoir via la plateforme une proposition d’admission sur une filière sélective.

Le dispositif "meilleurs bacheliers" en une infographie
Les établissements et filières qui accueillent des "meilleurs bacheliers"
Le dispositif "meilleurs bacheliers" : questions-réponses

Extrait de education.gouv.fr du 07.07.15 : le dispositif "meilleurs bacheliers"

 

La vidéo du discours

Extrait de dailymotion.com du 17.07.15 : Discours aux lycéens meilleurs bacheliers

 

[...]

Mucahit est du même avis. Titulaire d’un bac professionnel, il a demandé un BTS Services Informatiques aux Organisations dans de très nombreux établissements pour l’année prochaine. Après la première phase de sélection, Mucahit n’obtient que le 7ème de ses choix sur APB. Il reçoit alors un e-mail lui proposant de bénéficier du dispositif, qu’il accepte avec empressement. Lors de la deuxième phase de sélection, Mucahit découvre la bonne surprise. il est finalement accepté dans l’établissement qu’il avait placé en deuxième position de sa liste de choix. Pour lui, pas de doutes, le dispositif l’a aidé à obtenir une meilleure place, et il doit être étendu pour permettre à d’autres comme lui d’accéder à des filières sélectives. « Le problème aujourd’hui, dit-il, c’est qu’avec des résultats égaux, entre un élève d’un bon lycée parisien et un élève, disons, de Sarcelles, c’est le premier qui sera choisi ».

Extrait de etudiant.lefigaro.fr du 17.07.15 : Najat Vallaud-Belkacem distingue « ses » meilleurs bacheliers

 

najatvb espère intégrer dans une filière sélective 2000 de ces jeunes cette année, contre 219 en 2014. @AEFeduc

Répondre à cet article