> 8 - PÉDAGOGIE, ACTIONS LOCALES, FORMATION(S) > Dispositifs MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Positions d’associations, journalistes, personnalités...) > Trois Français sur quatre favorables au développement du langage à la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Trois Français sur quatre favorables au développement du langage à la maternelle et au dispositif "devoirs faits", et deux sur trois au dédoublement des CP en REP+ (baromètre "Kantar public" publié lors des 4èmes rencontres des PEP) (ToutEduc)

19 décembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Un moment d’espérance" quand les inégalités menacent la démocratie (Jean-Pierre Villain)

Les 4èmes "rencontres PEP" s’achèvent, ce 15 décembre, après deux jours de débat sur le thème "Agissons ensemble pour une société solidaire et inclusive, en France et en Europe". La fédération des PEP, "association de solidarité pour l’enfance", qui réunit quelque 123 associations gérant 1 200 établissements comptant 23 000 salariés dans les domaines des vacances, des loisirs, de la petite enfance, de la culture et des enfants en situation de handicap, organisent ces biennales pour "faire se rencontrer toutes les forces vives" qui travaillent à "rendre notre démocratie plus respectueuse des droits".

ToutEduc : Quel était le message que vous vouliez faire passer ?

Jean-Pierre Villain [président de la fédération] : Les divers acteurs ont trop souvent la mauvaise habitude de travailler chacun de son côté, et, autre mauvaise habitude, de ne pas donner suffisamment la parole aux personnes elles-mêmes. Il y a urgence à se corriger. C’est la démocratie, l’affaire de tous au service de tous, qui est en cause.

ToutEduc : Pourquoi dites-vous qu’il y a urgence ?

Jean-Pierre Villain : Nous publions pour chacune de ces rencontres un "baromètre de la société inclusive". Cette année, il montre que 76 % des Français jugent que notre société est de plus en plus inégalitaire.

[Les principales leçons du baromètre "Kantar public" : La perception des inégalités varie selon les territoires. Pour la métropole, elle varie de 71 % en Île-de-France à 81% en Centre-Val-de-Loire. Elle est plus faible à La Réunion, Mayotte, Guyane. Ce sont les inégalités dans l’accès aux soins et à l’emploi qui sont citées en tête, suivies de l’accès au logement. L’éducation vient assez loin derrière avec la prise en charge des personnels dépendantes et l’alimentation.

Seuls 24 % des Français estiment que chaque individu peut trouver sa place dans cette société, et ils sont 15 % à estimer qu’elle peut être qualifiée d’inclusive. Mais ils sont 39 % à penser qu’être bénévole dans une association serait un moyen efficace de défendre une cause. Ils sont 30 % à estimer qu’ils vivent dans un pays laïque (36 % dans un pays multiconfessionnel et 34 % dans un pays d’origine chrétienne), mais 50 % à souhaiter que l’identité de la France soit "celle d’un pays laïque". Ils sont près de 2 sur 3 (63 %) à estimer que les mesures annoncées par Jean-Michel Blanquer "ne permettront pas de diminuer les inégalités scolaires", mais ils sont trois sur quatre à juger positivement, à cette même aune, les annonces relatives au développement du langage à la maternelle et le dispositif "devoirs faits", et deux sur trois pour le dédoublement des CP en REP.]

ToutEduc : Au-delà des chiffres et des pourcentages, que nous apprend cette enquête ?

Jean-Pierre Villain : Il y a quelques années, la France était le 8ème des pays à se déclarer inégalitaire, elle est aujourd’hui le premier ! De telles rencontres doivent permettre à chacun de s’approprier ces données alors que les ségrégations liées au handicap, entre hommes et femmes, entre jeunes et vieux... paraissent ossifiées.

ToutEduc : Comment sortir de ce piège ?

Jean-Pierre Villain : Nous devons davantage travailler ensemble, nous devons mieux écouter les personnes pour lesquelles nous travaillons et situer notre action dans une perspective européenne, et au-delà. Nous avons reçu les représentantes du ministre italien de l’Education nationale et de la Commission européenne, des intervenants venus de Belgique, d’Angleterre, du Québec... Nous avons 84 intervenants, 1 300 inscrits. Le message est passé. C’est un moment d’espérance.

Le site des PEP

Extrait de touteduc ;fr du 15.12.17 : 4èmes rencontres des PEP, "un moment d’espérance" quand les inégalités menacent la démocratie (Jean-Pierre Villain)

Répondre à cet article