> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Enseignement privé > Vers Le Haut, "premier think tank dédié aux jeunes et à l’éducation", décrypte (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Vers Le Haut, "premier think tank dédié aux jeunes et à l’éducation", décrypte le projet de loi Blanquer (source ToutEduc)

26 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Projet de "loi Blanquer". L’analyse de "Vers le haut"

Le think tank "Vers le haut" organisait, le 17 avril, une soirée de "décryptage" des principaux points du projet de loi "Pour une école de la confiance". Il en publie les principaux éléments. En ce qui concerne l’article 1er qui définit la notion de confiance, laquelle implique "le respect mutuel entre les membres de la communauté éducative, notamment le respect des élèves et de leur famille à l’égard de l’institution scolaire et de l’ensemble de ses personnels", il considère que cette formulation "peut avoir un aspect infantilisant pour les familles en laissant entendre que le respect est à sens unique" et il propose de supprimer le membre de phrase commençant par "notamment".

Il propose surtout, car c’est le leitmotiv de Vers le haut, d’ "adosser à la Constitution une ’charte de l’éducation’, texte précisant les finalités politiques éducatives dans notre pays" après que des Etats généraux de l’Education auront défini "ce que nous voulons pour l’éducation".

Sur l’assiduité des élèves de 3 ans à l’école maternelle, il estime que des adaptations devraient rester possibles "par exemple avec des temps de sieste à la maison ou une entrée progressive en petite section". Pour ce qui est de l’obligation de formation des 16-18 ans, il attire l’attention sur "la nécessité d’un accompagnement éducatif adapté pour les jeunes concernés" et sur le risque de voir "l’obligation de formation "se transformer de façon plus ou moins assumée en obligation d’instruction, qui reposerait uniquement sur l’Education nationale".

A propos de l’inclusion, le think tank se demande où en est "la collaboration entre l’école et le secteur médico-social" dont il serait "intéressant de repréciser les modalités d’articulation". Mais "plus globalement se pose la question de ce que nous attendons de l’école, de sa capacité à prendre en compte chaque enfant avec des besoins spécifiques, qu’il soit ou non en situation de handicap". Vers Le Haut "préconise de proposer à chaque élève – et non pas seulement ceux qui sont dans une situation particulière -, un parcours personnalisé prenant en compte ses compétences et lui fixant des objectifs adaptés".

La création d’établissements publics des savoirs fondamentaux "est l’occasion de mettre l’accent sur le nécessaire renforcement de la formation initiale et continue des chefs d’établissement à l’animation pédagogique", mais aussi "de développer des postes de ’directeurs d’études’ en charge de l’animation des équipes pédagogiques". Au-delà "se pose fondamentalement la question de l’établissement comme clé de voûte du système scolaire" et de sa capacité à définir des projets éducatifs adaptés et de recruter une équipe éducative. Se pose aussi la question "d’annualiser le temps de travail des enseignants et d’y intégrer des missions en dehors des heures de cours, en contrepartie d’une augmentation de la rémunération".
Il faudrait aussi "donner beaucoup plus de visibilité à la journée de l’innovation", "développer les financements de dispositifs éducatifs expérimentaux", "par exemple des mini-collèges à effectifs restreints dans les quartiers prioritaires de la ville, ou une école Montessori publique par académie".

Enfin, à propos de l’article créant une nouvelle instance d’évaluation, Vers Le Haut suggère une évaluation des établissements "à 360°", " en intégrant les résultats des élèves mais aussi l’avis des enseignants, des parents, des partenaires extérieurs, des chercheurs partenaires...". Il ajoute : "Cette évaluation par établissement devra aller de pair avec une plus grande liberté donnée aux équipes dans le déploiement de leurs projets éducatifs."

L’analyse ici (PDF)

Le site de Vers Le Haut

 

Voir aussi sur le site OZP, l’article du 11.05.16 : Le think tank "Vers le haut" propose de développer les postes à profil dans le premier et le second degré, notamment en éducation prioritaire

Voir aussi l’article de cafepedagogique.net du 10.05.16 : Pour le thinktank Vers le haut, la crise de l’éducation c’est celle des éducateurs

Nouveau venu dans les thinktank, Vers le haut est soutenu par un réseau religieux. C’est une émanation du Groupe Bayard, des Apprentis d’Auteuil, des Scouts musulmans , de l’Armée du Salut, de l’Ose et du collège des Bernardins. Cet oecuménisme religieux se traduit dans une approche particulière des questions d’éducation qui vise à sauver l’Ecole par des éducateurs mieux encadrés et un soupçon de psychologie positive.

Répondre à cet article