> 9 - POLITIQUE VILLE > CONTRATS VILLE, PEDT, ex-CUCS > Actions associatives (Politique Ville) > Bac 2019 : « L’école de la République ne réserve pas les mêmes conditions à la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Bac 2019 : « L’école de la République ne réserve pas les mêmes conditions à la jeunesse de Seine-Saint-Denis » (tribune de lycéens du 93 dans le Monde)

24 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Bac 2019 : « L’école de la République ne réserve pas les mêmes conditions à la jeunesse de Seine-Saint-Denis »
TRIBUNE
Collectif

Des lycéennes et lycéens sont en colère devant les conditions « à peine croyables » dans lesquelles se déroule leur préparation au bac.

Cette tribune a été écrite par un groupe d’élèves de classes de première du lycée d’enseignement général et technique Jacques-Feyder d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Leur établissement est en cours de reconstruction, ce qui se traduit par un vaste chantier, démarré à l’été 2018 et qui devrait durer encore au moins deux ans, soit la scolarité complète d’un élève entré en seconde en septembre 2018. Le site se présente aujourd’hui comme un ensemble de modules préfabriqués où les cours sont donnés. Le caractère hors norme et l’inconfort de cette situation, difficilement envisageables dans des endroits plus privilégiés, ont conduit ces lycéens à un questionnement sur leur rapport à la citoyenneté. La rédaction du texte s’est effectuée dans le cadre d’un atelier d’écriture proposé et coordonné par l’association Solidarité laïque. Les prénoms mentionnés dans le premier paragraphe ont été choisis pour l’occasion par les auteurs, que Le Monde a rencontrés.]

Tribune. Aujourd’hui, nous qui venons de passer le bac français, nous élèves de Seine-Saint-Denis, Nedjma, Chaïneze, Karim, Claire, Léa, Alex, Thehasna, Amel, Chantal, Chimamanda, Délia, Nelia, Farah, filles et garçons, hétéros, homos, juifs, musulmans, chrétiens, Blancs, Noirs, métisses, Algériens, Iraniens, Soudanais, Sri-Lankais, Ivoiriens, Tunisiens, Maliens, tous Français, nous avons des choses à dire : l’école de la République ne réserve pas les mêmes conditions à la jeunesse de Seine-Saint-Denis, aux fils et filles d’immigrés, aux pauvres qu’aux élèves des centres-villes. Et, pour nous, cela ne peut signifier qu’une seule chose : vous préférez vivre ensemble « entre vous », plutôt que de vivre ensemble « avec nous ».

Extrait de lemonde ;fr du 21.06.19

Répondre à cet article