> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Evaluation (généralités) > Les Open badges en éducation : une valorisation des compétences et de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les Open badges en éducation : une valorisation des compétences et de l’engagement individuel ou un outil d’évaluation des personnels ?

30 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 30.06.20

Métier enseignant
Les badges de la discorde
Sylvain Connac

Après une année qui les a particulièrement bousculés, les enseignants ont grand besoin de reconnaissance. Mais ils n’ont pas apprécié que celle-ci puisse se présenter sous la forme de badges numériques et non sous la forme d’une revalorisation. Quelques jours de recul permettront peut-être de voir la polémique d’un autre œil, et de s’attarder sur des questions de fond que ces badges soulèvent.

[...] BADGES, BREVETS, BLASONS, ARBRES
J’ignore les motivations des collectifs du Libre numérique, mais cela ressemble tout à fait à la pratique des brevets en Pédagogie Freinet, des blasons dans le monde de l’escrime et des arbres de connaissances initiés par Michel Authier, Michel Serres et Pierre Lévy [1]. La différence ici, c’est que ces badges ont un caractère institutionnel, qu’ils ne sont pas directement créés par les membres du collectif et que, au moins pour l’instant, ils servent peu à une mutualisation des compétences.

[...]
Voilà donc ce qui a guidé ces collègues dans la mise à disposition de ces badges. Certes, on pourra regretter la mention « Covid-19 » qui fait un lien inapproprié avec une période délicate pour beaucoup, dramatique pour certains. Mais l’intention de ces badges ne dépasse celle de contribuer à une valorisation et une mise en réseau des fantastiques ressources qui existent chez les enseignants. En tant que pédagogue de la coopération, cela me rappelle les attaques faites aux enseignants qui utilisent des ceintures de couleur pour symboliser des évaluations réussies par des élèves. On les accuse de créer des hiérarchies là où justement Fernand Oury supposait de l’entraide pour lutter contre l’isolement de la difficulté scolaire.
Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 30.06.20

 

Définition

Un Open Badge est une image numérique dans laquelle sont enregistrées un certain nombre d’informations, ou métadonnées, dont les principales sont :

l’identité du récepteur du badge ;
celle de l’émetteur ;
les critères d’attribution du badge ;
les preuves justifiant de son attribution.
Il constitue une déclaration numérique vérifiable et infalsifiable relative aux expériences, réalisations, compétences, engagements, valeurs ou aspirations d’une personne.

Extrait de dane.ac-versailles.fr du 10.04.19

 

Open Badges : La révolution dans la gestion des relations humaines ?
Lancés dans plusieurs académies, souvent bien avant la pandémie, les Open Badges suscitent de vives réactions chez les enseignants. Loin d’être une initiative de terrain et la reconnaissance de compétences entre pairs, c’est une nouvelle gestion des ressources humaines qui se met en place.

Un moment bien choisi ?

« Depuis quelques mois, les open badges sont surtout devenus d’incroyables connecteurs : ils permettent de contacter des personnes qui ont les mêmes centres d’intérêt et de les suivre, de créer des réseaux de confiance dans un écosystème régional et de développer des collaborations à partir des compétences et des engagements des uns et des autres… Pour les enseignants et les personnels, il permet de mettre en avant l’expertise professionnelle développée lors de certaines missions ou formations (animateur, formateur, instructeur, etc.). Pour les structures, il contribue à la stratégie de ressources humaines notamment dans le cadre de la formation et du développement professionnel des personnels ».

Cette présentation par l’académie de Poitiers des Open Badges remonte à avant le confinement. Les Open Badges ne sont pas la conséquence du confinement . Mais la généralisation de l’utilisation des outils numériques durant le confinement leur donne un véritable élan. Tous les enseignants ont acquis des compétences durant cette période et on peut du coup leur proposer une forme de reconnaissance via les open badges.

Un outil d’évaluation des personnels…

L’académie de Montpellier nous dit, par exemple , que les Open Badges sont là « afin de mieux motiver, reconnaitre et certifier les compétences des enseignants et des personnels… Les open badges permettent de valoriser les acteurs impliqués dans l’évolution et la transformation des pratiques pédagogiques ». La rectrice de Poitiers en personne explique dans une vidéo que les Open Badges pourront servir lors des évaluations PPCR.

Quand on regarde de près ce que sont ces Open Badges, on découvre vite qu’il s’agit bien d’un outil d’évaluation des personnels et non « d’une reconnaissance entre pairs et d’une valorisation des compétences informelles » comme certains ont voulu le présenter.

Dans l’académie de Montpellier, c’est bien l’administration de l’Education nationale qui accorde ou pas le badge au vue de preuves et la référence du numéro UAI de son établissement n’est probablement pas là par hasard.

…Qui échappe à toute règle

Le Snes Fsu de Lille parle « d’infantilisation insupportable des professionnels » et de prolongation du prof bashing. Le coté infantile vient du fait que ces badges renvoient à l’univers du jeu vidéo, comme le rappelle F Cahen sur son blog. « Ces insignes pixellisés sont une manière de bien insister sur le fait qu’on ne peut pas nous donner des récompenses qui salueraient matériellement notre investissement. Elle l’assimile à un « capitalisme de surveillance ».

Comme la formation du « plan français », présentée comme une formation entre pairs, les Open Badges brouille les repères habituels de la gestion des relations humaines pour mettre en place des régles de gestion qui renvoient à la toute puissance de l’administration. C’est elle qu’achètent ces distinctions plus tard monnayables en promotions. Les Open Badges font entrer l’Education nationale dans une nouvelle ère de l’avancement où toute règle administrative et paritaire est remplacée par la toute puissance de la faveur et du copinage.

F Jarraud

Présentation à Poitiers
Vidéo de la rectrice de Poitiers
Présentation à Montpellier
[F Cahen
Un site pour dessiner son propre badge

Extrait de cafepedagogique.net du 29.06.20

 

Y -a-t-il un prof badging ?

Un collectif irréprochable
Le « prof badging » survient après le « prof-bashing ». Il est la face inverse d’une même pièce. Dans les deux cas, il y a une réaction de défense qui consiste à voir « les » enseignants comme un collectif irréprochable. On ne laisse aucune place à la critique interne mais pas non plus à l’engagement individuel.
Cette affaire rentre en collision avec une représentation des enseignants qui n’aime ni les critiques globalisantes ni les têtes qui dépassent...
La première défense corporatiste serait éventuellement acceptable si à l’inverse on ne se livrait pas au dénigrement de ceux qui s’engagent un peu plus ou font différemment en les accusant de vouloir « se faire bien voir »...
Car il y a aussi selon moi, dans les critiques actuelles, une grille de lecture très radicale qui mime la lutte des classes et voit dans le fonctionnement de l’EN, la lutte d’enseignants prolétaires tous semblables et égaux contre les patrons que sont les cadres de l’éducation.
Dans cette grille de lecture, y a t-il la place pour l’individualité et l’engagement ?

Derrière les badges
Car derrière les badges, il y une question cachée : celle de la reconnaissance du travail et de la gestion de la ressource humaine au sein de l’éducation nationale.
Bien sûr, ces badges sont extrêmement maladroits et relèvent d’une conception de la promotion sociale comme gratification hiérarchique et non comme investissement dans un collectif solidaire.
Mais il n’en reste pas moins que la question de la « valorisation des talents » ne devrait pas être qu’un slogan un peu creux. S’il est essentiel de comprendre qu’on ne peut pas grand chose dans l’acte éducatif si on ne s’inscrit pas dans un collectif, il faut aussi admettre que l’engagement de chacun, sa propre démarche de formation doit être aussi valorisée. Sinon, on court le risque de l’immobilisme de la démotivation et d’un repli cynique.
L’administration de l’Éducation Nationale doit inventer, dans le dialogue social et la concertation, des réponses à ces questions qui soient à la hauteur des enjeux.
Ce n’est pas une question d’ « agilité » mais de survie...

Philippe Watrelot

Extrait de philippe-watrelot.blogspot.com du 28.06.20

Répondre à cet article