> 4 - Education prioritaire. 250 sous-rubriques (SR) > Les LYCEES PRIORITAIRES et L’ENSEIGNT. PROFESSIONNEL (6 SR) > Les lycées et l’éducation prioritaire > Lycées en éducation prioritaire. Dans un nouveau communiqué, le Sgen réclame (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Lycées en éducation prioritaire. Dans un nouveau communiqué, le Sgen réclame l’actualisation de l’arrêté de 2001 qui fait la liste des établissements "Politique de la Ville"

3 novembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 03.11.16 :

Éducation Prioritaire : quelle place pour les lycées ?

Le Sgen-CFDT n’a pas attendu la grève du 17 novembre pour alerter le ministère de l’Éducation Nationale sur la situation des lycées qui accueillent des élèves issus des collèges labellisés Réseaux d’Éducation Prioritaire (REP/REP+).

Un lycée en Éducation Prioritaire, c’est quoi ?

Alors que la carte des collèges relevant de l’Éducation Prioritaire a été actualisée pour la rentrée scolaire 2015, la place des lycées en Éducation Prioritaire n’a pas été clarifiée, ni la liste mise à jour, malgré les promesses ministérielles.

Pour le Sgen-CFDT, deux critères sont prépondérants dans cette définition :

L’ancrage dans des territoires définis « Politique de la Ville »
Un arrêté de 2001 fixe la liste des établissements concernés. Mais cette liste n’est plus conforme à la réalité des territoires.

Pour le Sgen-CFDT, la priorité absolue est donc d’actualiser l’arrêté de 2001 qui fait la liste des établissements « Politique de la Ville ».

Cette reconnaissance permet le déclenchement automatique de mesures spécifiques d’attractivité pour tout fonctionnaire affecté dans ces territoires. Cette actualisation devrait rassurer et sécuriser une grande partie des personnels des lycées actuellement dans l’incertitude sur leur sort après 2018.

Le flux d’élèves issus des collèges REP/REP+,
qui doit permettre
d’allouer des moyens humains et matériels suffisants pour permettre la mise en place pour tous d’un « parcours de réussite », c’est à dire l’accompagnement particulier de chaque élève

lycées Education Prioritaire

avec des dispositifs adaptés et décidés en conseil pédagogique par les équipes,
de déclencher pour les personnels de nécessaires mesures individuelles de compensation et d’attractivité qui sécurisent et pérennisent les équipes : primes, bonifications, accès à la classe exceptionnelle (dans le cadre de l’accord « PPCR »),
de mettre en place des pondérations qui diminuent le temps de service avec les élèves afin de dégager du temps indispensable pour la concertation, les formations et le travail en équipe.

Ces mesures sont actuellement possibles grâce aux nouveaux décrets de 2014 sur le statut de enseignants. Ces décrets ont été défendus par le Sgen-CFDT parce qu’ils permettent de mieux reconnaitre toutes les missions du métier. Encore faudrait-il abonder les enveloppes budgétaires et avoir la volonté politique de les appliquer complètement.

Un lycée en Éducation Prioritaire, c’est aussi nouer des partenariats spécifiques avec les Régions

qui doivent aussi clairement définir et afficher leurs politiques de soutien à ces établissements :

en réalisant les travaux nécessaires à un environnement agréable et sécurisé,
en proposant une offre de formation ambitieuse en partenariat avec les rectorats,
en abondant les aides matérielles et humaines de façon pluri-annuelle pour ancrer dans le temps les dispositifs de Réussite Éducative.

et évoluer vers une mixité réelle des publics accueillis

Le Sgen-CFDT ne peut que déplorer la ghettoïsation de certains établissements enclavés dans des poches de pauvreté. Si la responsabilité en incombe d’abord aux collectivités locales, des mesures volontaristes peuvent déjà être mises en place par le ministère de l’Éducation nationale pour améliorer la mixité des publics accueillis grâce à :

des règles d’affectation des élèves qui permettent à chaque établissement d’accueillir un public représentant une véritable diversité sociale et scolaire,
la création de lycées polyvalents qui accueillent sur le même lieu des élèves des voies générales, techniques et professionnelles,
une incitation et un contrôle des politiques des établissements privés qui doivent accepter aussi de prendre leur part de responsabilité dans cette problématique de mixité sociale et scolaire.

Mais au-delà d’une politique tournée exclusivement vers les établissements qui concentrent le plus de difficultés sociales et scolaires, ce sont tous les lycées qui doivent avoir les moyens de mettre en place des dispositifs d’accueil et d’accompagnement des élèves issus de REP/REP+, même lorsqu’ils sont peu nombreux

Extrait de sgen-cfdt.fr du : Éducation Prioritaire : quelle place pour les lycées ?

 

Voir aussi

L’arrêté de 2001 Mouvement 2015-2016. Liste nationale des lycées dits "politique de la ville", situés dans des "quartiers particulièrement difficiles" et donnant droit à une bonification au barème des mutations (Arrêté du 16.01.01)

Listes des 350 établissements des 215 quartiers "Espoir banlieues" (avec en complément les listes séparées des 248 collèges et des 102 lycées)

 

Alors que l’Education prioritaire devait être un marqueur fort de sa politique, aucune mesure concrète n’a été décidée depuis 2012 pour les lycées situés en Éducation prioritaire.

Une colère compréhensible mais évitable des lycées en Éducation Prioritaire

Le Sgen-CFDT comprend les mouvements de colère des enseignants en lycées situés dans les zones d’éducation prioritaires : depuis 2012, le ministère a annoncé puis repoussé maintes fois la discussion sur la cartographie Éducation prioritaire des lycées. Alors qu’il s’est attaché à refondre la carte des collèges en REP/REP+ avec une volonté politique et une vraie réflexion de fond, le travail n’a pas été mené pour les lycées, laissant les personnels de ces établissements dans l’inquiétude. Alors que le quinquennat s’achève ils se sentent les oubliés de la refondation, d’autant plus que le gouvernement a multiplié les annonces sur sa gestion plus équitable des territoires.

Alors que la période transitoire s’achève à la rentrée 2017, la ministre, dans l’urgence, a simplement annoncé une 2ème prolongation, sans régler les problèmes de fond qui se posent ni trancher les débats.

Une réflexion nécessaire à mener sur la place des lycées dans les réseaux d’Éducation prioritaire

Pour le Sgen-CFDT, ces mesures transitoires sont indispensables vu le climat et la situation politique − mais il est urgent de lancer une réflexion de fond sur la labellisation des lycées : quelles sont les conditions d’exercice des enseignants dans ces établissements ? Quel lien avec les réseaux REP/REP + ? Comment repenser les parcours d’Excellence dans le cadre des parcours Avenir ?

Cette réflexion doit s’articuler avec la politique de la Ville, et donner une perspective claire aux personnels et aux familles.

Extrait de sgen-cfdt.fr du 13.10.16 : Education prioritaire : les lycées en colère

Répondre à cet article