> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > DECROCHAGE > Dispositif Relais > B* Préparer les CM2 à la 6e et prévenir le décrochage : un atelier relais avec (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Préparer les CM2 à la 6e et prévenir le décrochage : un atelier relais avec l’aide des Francas dans la circonscription de Givors (émission kadekol)

9 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Les ambassadeurs CM2-collège de l’atelier relais de Givors

LE MICRO EST DANS LA CLASSE : épisode 5 (11/01/2018)

Télécharger (format mp3)

Cocorico ! Enfin des chiffres encourageants pour l’Education Nationale ! Selon une étude du Conseil National d’Evaluation du Système SColaire (CNESCO), le décrochage des élèves français de 18 à 24 ans a nettement reculé.

En 2006, c’était 550 000 jeunes de cette tranche d’âge qui sont sortis du système scolaire sans diplôme ou simplement avec le brevet. En 2016, ils sont 100 000 de moins. Un recul du nombre d’élèves décrocheurs qui s’explique par une politique volontariste de la part de l’état français depuis plus de 10 ans.

L’étude met en évidence de nombreux facteurs de décrochage, comme l’absentéisme, la perturbation scolaire, les difficultés de compréhension, le climat scolaire, qui touchent plus particulièrement les enfants issus des milieux populaires qui sont souvent scolarisés dans des établissements situés en REP, réseau d’éducation prioritaire

Moment clé de la scolarité, le passage de l’école au collège est parfois difficile pour les élèves les plus fragiles ; il peut engendrer des ruptures de différents registres : géographique d’abord, mais aussi affectif car la relation tissée avec un enseignant présent toute la journée n’est pas de même nature que la relation avec 10 enseignants différents sur des créneaux d’une heure. Enfin le décrochage peut également s’enraciner dans des questions pédagogiques et didactiques car l’élève rencontre de nouvelles configurations disciplinaires en passant d’un enseignant pluri-disciplinaire à plusieurs enseignants spécialistes de leur discipline.

Dans la circonscription de Givors, l’atelier Relais agit depuis 4 ans pour prévenir l’échec scolaire auprès des élèves de CM2. L’enseignante Aurélie Colombo-satta, professeur des écoles et coordonnatrice de l’atelier relais de Givors a mis en place avec les Francas, (fédération issue des mouvements de l’éducation populaire) le projet nommé : « ambassadeur CM2-6ème, pour une liaison réussie ». Une dizaine d’élèves de CM2 participe à ce projet dans le but de prévenir un éventuel décrochage à leur entrée au collège.

Venez partagez leurs appréhensions, leurs réflexions et leurs idées !
Et pour aller plus loin ...

Les ambassadeurs CM2-sixième de Givors dans le progrès

La présentation du projet sur le site d’Eduscol

L’atelier relais présenté par les Francas du Rhône

Émission préparée par ...

Montage et réalisation : Florence Sauvebois
Technique : Sébastien Boudin
Musique : Asa, Fire on the Montain, 2007
Habillage sonore : Simon Gattegno
Mixage : Réseau Canopé

Extrait de ife.ens-lyon.fr :LE MICRO EST DANS LA CLASSE : épisode 5 (11/01/2018)

 

Prévenir le décrochage scolaire, faciliter l’intégration des élèves de CM2 au collège à Givors
(Expérimentation terminée)

Collège Paul Vallon
Rue RENEE PEILLON , 69700 GIVORS
Site :
http://atelierrelaiscm2.maison-tic.fr/

Auteur : Abbas Daïche
Mél : abbas.daiche@ac-lyon.fr

Préparer intensivement les élèves fragilisés par leur arrivée au collège afin de prévenir un possible décrochage scolaire. , Ces jeunes et leurs familles rencontrent des difficultés, que les enseignants sont en capacité de gérer à l’école, mais qui seraient susceptibles de provoquer du décrochage scolaire lorsque ces jeunes intègreront le collège. Permettre à ces élèves fragiles de découvrir le fonctionnement, de rencontrer des personnes ressources et au final de devenir eux même des personnes ressources pour leurs pairs, des « experts du collège ». L’originalité de ce projet est la collaboration entre l’Éducation Nationale et Les Francas du Rhône, mouvement d’Éducation Populaire, dans la dynamique expérimentale initiée dans l’atelier RELAIS de Givors depuis 2003.

Plus-value de l’action
La capacité pour des jeunes, qualifiés à priori de fragiles, d’expliquer à leurs pairs le fonctionnement du collège en utilisant le site internet (http://atelierrelaiscm2.maison-tic.fr/ Code : soiediv) avec les articles, les interviews vidéo, le court métrage de cette année « En cours » et le court métrage de l’année dernière « Un jour au collège ».

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
10 jeunes scolarisés en CM2 dans un des 14 groupes scolaires de la circonscription de Givors. Des rencontres, des retransmissions avec tous les élèves du niveau CM2 de la circonscription (350 enfants). Un site internet dédié à la connaissance du collège réalisé par le groupe pour tous les élèves de la circonscription. http://atelierrelaiscm2.maison-tic.fr/ Code : soiediv

A l’origine
Partant du constat relayé par les professeurs des écoles de Givors que le décrochage au collège est prévisible pour certains enfants, qui ne sont pourtant pas en échec dans leur scolarité en primaire, nous avons eu la volonté depuis deux ans de mieux préparer ces élèves aux lieux qu’ils vont côtoyer, aux nouvelles formes d’apprentissage, d’organisation, de vie collective, de loisirs, d’administration… Les ruptures dans la scolarité (passage maternelle/primaire, école/collège) ont été identifiées comme potentiellement créatrices de décrochage dans le cadre de plusieurs études. Si un nouveau cycle réunit aujourd’hui les classes de CM2 et de 6°, peu d’expériences nouvelles (permettant de travailler sur les deux niveaux) ont été mises en œuvre concrètement à ce jour. Fort d’une expérience de plus de 10 ans avec les élèves décrocheurs des collèges dans le cadre des ateliers relais, nous avons souhaité initié un projet de prise en charge spécifique du public particulier des élèves de CM2, dans le cadre de leur entrée en 6ème. Le diagnostic initial a été réalisé dans le cadre des réunions de liaison CM2/6° à Givors, avec le coordinateur du réseau RRS de Givors et l’IEN de secteur. Un travail du même ordre avec l’IEN du secteur de Décines a été mené sur ce territoire.

Objectifs poursuivis
Les objectifs habituels du projet de l’atelier relais sont conservés : Maintenir, apaiser, renforcer les liens de l’élève avec l’institution scolaire. Favoriser la mobilisation des familles dans le suivi de la scolarité de leur enfant. Renforcer l’autonomie et la responsabilisation du jeune, développer un travail individualisé. Développer le plaisir d’apprendre, favoriser l’expression des élèves pendant les cours. Favoriser l’entraide, le travail d’équipe, et le tutorat. Modifier la représentation que les jeunes ont d’eux même, développer l’estime de soi. Un autre objectif, prédominant, est ajouté : Développer la connaissance du collège

Description
Les changements de cadre et de personnes référentes ont été identifiés comme des facteurs participant à la baisse des résultats des élèves, à la perte de confiance en soi, aux conduites à risques, ou encore à l’absentéisme. Certains éléments ont été relevés par les enseignants du premier degré comme pouvant alerter vis-à-vis d’un possible décrochage : peu d’autonomie de l’élève dans le travail en classe et/ou à la maison, caractère introverti ou trop influençable, liaison très fusionnelle parents-enfant, angoisses irraisonnées des parents, familles réticentes à favoriser l’autonomie ou encore difficulté à établir un travail partenarial constructif familles / services médico-sociaux. L’individualisation possible lorsqu’un enseignant suit, toute la journée, toute la semaine, toute l’année, le même groupe d’élèves, ne l’est plus au collège avec la multiplication des intervenants ; l’objectif est donc de préparer un peu mieux les élèves fragiles en les familiarisant en amont avec les personnes ressources (susceptibles de les aider) mobilisables dans les collèges.

Modalité de mise en oeuvre
/
Trois ressources ou points d’appui
- L’expérience de 10 ans de travail autour du décrochage scolaire mené sur l’atelier relais de Givors. - Le travail partenarial Education Nationale – Education Populaire – Ville – structures socio-éducatives – partenaires socio médicaux. - L’expertise du CARDIE et de la fondation AG2R La Mondiale.

Difficultés rencontrées
Réussir à évaluer dans le temps, aussi bien qualitativement que quantitativement l’impact produit auprès des jeunes accueillis que des groupes classe à court et moyen terme. Mobiliser à l’échelle d’un territoire 14 directeurs et 17 enseignants dans un temps très contraint.

Moyens mobilisés
La prise en charge de ces enfants est effectuée par une équipe composée d’un professeur et d’un animateur, dans un lieu neutre. La ville de Givors met à disposition les locaux et prends en charge les repas des élèves sur la totalité des journées d’accueil. La fondation AG2R La Mondiale co-finance le poste de l’animateur Francas.

Partenariat et contenu du partenariat
Les dispositifs atelier relais sont basés sur un partenariat entre l’éducation nationale et des mouvements d’éducation populaires (ici les Francas). Un travail partenarial important est également réalisé avec la ville (PRE, éducateurs sportifs, médiathèque, maison de justice…), différents acteurs socio-éducatifs (MJC, centres sociaux…), les éducateurs de prévention de la délinquance, le délégué du préfet à l’égalité des chances ou encore les services sociaux de l’éducation nationale. Un travail spécifique a été réalisé avec La Maison de Grigny pour la création du site internet. Un comité de pilotage réuni ces différents acteurs auxquels sont présentés les projets. L’expérimentation est soutenue depuis deux ans par la fondation AG2R La Mondiale présidée par Claude THELOT. Les Francas sont également membres des comités de pilotage académiques et départementaux des ateliers relais. Le CARDIE accompagne l’expérimentation depuis janvier 2014.

Liens éventuels avec la Recherche
A travers le suivi effectué avec la fondation AG2R La Mondiale, nous avons pu faire évoluer le projet via les retours effectués par Claude Thélot, président de la fondation et des études que la fondation a pu commander : « Comment la Fondation La Mondiale peut-elle contribuer à prévenir et traiter la grande difficulté scolaire à l’école primaire, source de décrochage scolaire ? » Florence Castera, Graziella Niang « Quels dispositifs mettre en œuvre pour que les plus défavorisés accèdent à une meilleure réussite ? » Gilles Pétreault –– Juillet 2013

Evaluation
Evaluation / indicateurs
- les bulletins scolaires - le nb d’intervention de partenaires - le nb de rencontre enseignant professeur des écoles - le nb d’échange enseignant professeur des écoles - le nb de temps de travail entre pairs
Documents
Aucun

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Si nous n’avons pas encore beaucoup de recul (notamment sur la poursuite à plus long terme de la scolarité des élèves), les premiers résultats sont très positifs :
- Pour tous les élèves pris en charge depuis deux ans, pendant les sessions nous avons pu observer des changements de comportement. Pour les élèves accueillis en 2013, nous savons qu’ils ont tous (10/10) réalisé une année de 6° satisfaisante, au-delà des attentes exprimés par les enseignants de CM2.
- Pour les élèves des classes de CM2 du territoire (14 groupes scolaires sur le territoire des deux collèges de Givors, écoles de Givors, Echalas, Loire sur Rhône et Saint Romain en Giers) nous présentons le projet en amont dans toutes les classes, puis les élèves ayant participé à la session présentent à leur retour, à leurs pairs, les outils réalisés (vidéo, Kakemonos, site internet) ; des discussions, des échanges ont lieu à ce moment là qui dépassent régulièrement le temps initialement imparti (1h). Nous avons observé un effet « tâche d’huile » pour tous les élèves, et constaté que les élèves (ayant participé à la session) a priori fragilisés étaient considérés à leur retour comme des personnes-ressource plus crédibles que les adultes, pouvant expliquer et faire partager ce qu’ils avaient vu.
- Pour les familles, nous avons multiplié les points de contact (entretiens avec signature du contrat, bilan écrit tous les jours, contacts téléphoniques et temps d’entretien selon les besoins, moments collectifs, moments conviviaux). L’angoisse des enfants est bien souvent l’angoisse transmise par les familles, et en rassurant les parents, en les mettant en contact, dans un cadre privilégié, avec les personnes ressources (notamment CPE et assistantes scolaires) nous avons pu agir sur un possible repli sur soi de certains enfants.
Un travail important est effectué actuellement avec le CARDIE, une conseillère pédagogique du secteur, l’enseignante coordinatrice de l’atelier relais, l’animateur des Francas et un groupe restreint de personnes mobilisées autour du projet, pour identifier et mettre en place des indicateurs fiables permettant à court, moyen et long terme d’évaluer les effets produits sur les élèves accueillis mais également par tous les élèves de CM2 ayant bénéficié des retours effectués par leurs camarades. Nous souhaitons poursuivre l’expérimentation sur les deux sites dans lesquelles l’action a été engagée (Givors et Decines). Nous souhaitons également pouvoir faire appel, dans les prochaines années, au regard extérieur d’un universitaire, qui pourrait réaliser une évaluation de la démarche, des résultats produits, et dégager des éléments de modélisation.

Effets constatés
Sur les acquis des élèves : Prise en charge des élèves potentiellement en difficultés.
Sur les pratiques des enseignants : Repérer les élèves potentiellement en difficultés par leur changement de contexte, bénéficier de ressources supplémentaires ont permis un travail
Sur le leadership et les relations professionnelles : Le travail partenarial avec les différents acteurs éducatifs, socioculturels et sanitaires élaboré autour du projet atelier relais depuis de nombreuses années permettent à cette expérimentation de bénéficier d’un consensus autour des finalités de l’action.
Sur l’école / l’établissement : Les liens établis avec les enseignants de chaque école primaire ont permis de renforcer la collaboration avec les collèges. En expliquant le fonctionnement du collège, les élèves accueillis ont permis de modifier la perception de certaines familles, et ainsi de parfois minimiser les départs vers les collèges privés.
Plus généralement, sur l’environnement Les résultats très positifs des deux premières années, tant au niveau des enfants et des familles, renforcent notre volonté d’agir sur cette rupture, d’essaimer l’expérimentation et de modéliser la démarche.

Extrait de experitheque : Prévenir le décrochage scolaire, faciliter l’intégration des élèves de CM2 au collège à Givors

Répondre à cet article