> 8 - POLITIQUE DE LA VILLE > DISPOSITIF TERRIT. : CONTRAT VILLE, PEDT, ex-CUCS > Contrats de ville, PEDT, PEL > Comment évaluer un PEDT ? (compte rendu par ToutEduc des rencontres (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Comment évaluer un PEDT ? (compte rendu par ToutEduc des rencontres nationales de l’éducation - Rennes)

11 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Comment évaluer un PEDT ? (rencontres nationales de l’éducation - Rennes)

Comment évaluer un "projet éducatif de territoire" sachant que manquent les outils de base et que les conditions de l’évaluation n’ont pas été pensées au départ ? C’est à cette question, telle qu’il l’a lui-même formulée qu’Yves Fournel a apporté des éléments de réponse, hier 5 avril, dans le cadre des "Rencontres nationales de l’éducation" organisées par la Ligue de l’enseignement et la Ville de Rennes. L’ancien président du RFVE (réseau français des villes éducatrices) a travaillé la question dans le cadre du POLOC (Pôle d’analyse des politiques éducatives locales) et de l’IFE (Institut français de l’éducation).

Il est clair pour lui que cette évaluation ne peut pas se réduire à la question des rythmes scolaires, ni à celle des "apprentissages fondamentaux" qui suppose le suivi d’une cohorte sur toute la scolarité. Au niveau national, la DEPP (le service statistique de l’Education nationale) qui en est chargée doit d’ailleurs recourir à des bases de données construites dans un autre contexte. Au niveau local, on risque de se contenter d’un recueil des ressentis. Quant aux indicateurs, âge des enfants, sexe, catégorie sociale, quartier, handicap éventuel, taux de fréquentation des structures, ils font défaut. Or, insiste Yves Fournel, il faut "objectiver par des données et des indicateurs". Il faut aussi se fonder sur les résultats de la recherche, même si celle-ci est lacunaire. On dispose d’éléments solides sur l’importance du sommeil, sur l’impact des écrans, sur les représentations que les professionnels ont des parents, mais bien peu sur le coût des activités ramené aux revenus des familles par exemple...

Il est pourtant possible de mettre en oeuvre une évaluation "participative et formative", de façon à avoir une réflexion commune des acteurs alors qu’ "une majorité de professionnels ne se connaissent pas", voire ne font pas le lien entre les deux temps, scolaire et périscolaire, alors qu’ils interviennent dans ces deux cadres, comme les professeurs de sport.

Les questions clé portent sur le temps de travail en équipe, et les temps de formations partagées, sur les formes de la concertation et les informations données aux acteurs pour éviter la simple expression de sentiments, sur le plus ou moins de fatigue des élèves par exemple, sur la place donnée aux associations, et voir si elles sont considérées comme des prestataires de service ou si leur projet est pris en compte, sur les moyens mis en oeuvre pour établir des relations de confiance, sur la volonté de passer du projet communal à un "projet éducatif global"... Et l’enjeu est clair, "rien n’est acquis et il n’est pas possible de faire du sur place, ou on avance, ou on recule".

Extrait de touteduc.fr du 06.04.18 : Comment évaluer un PEDT ? (rencontres nationales de l’éducation - Rennes

Répondre à cet article