> 5 - TYPE DE DOCUMENT et D’ORGANISME > COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE > Blanquer : L’ouverture des EPSF nécessitera l’accord des conseils (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Blanquer : L’ouverture des EPSF nécessitera l’accord des conseils d’école

4 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Blanquer : L’ouverture des EPSF nécessitera l’accord des conseils d’école

A la veille d’une grève qui s’annonce encore plus suivie que celles du 19 mars dans le premier degré, JM Blanquer envoie une nouvelle lettre, le 2 avril, cette fois aux seuls directeurs. Il promet que "l’accord de la municipalité et du conseil d’école sera une condition nécessaire à la réalisation" d’un établissement public des savoirs fondamentaux (EPSF). Cette fois la formule est précise. Mais JM Blanquer ne dit pas comment cet accord nécessaire des conseils d’école entrera dans la loi. Pour le moment il ne figure pas dans le texte soumis au Sénat. JM Blanquer ne parle pas d’amendement. Seule une forte pression continue des enseignants pourrait l’amener à modifier réellement la loi.

[...]
Dans sa lettre aux directeurs du 2 avril, JM Blanquer définit clairement les conditions d’ouverture des EPSF. "Les discussions qui ont commencé avec les organisations syndicales ainsi que les débats à venir devant le Sénat vont nous permettre de préciser les choses et d’apporter de solides garanties sur trois points : la procédure d’abord. Nous souhaitons en effet que les modalités de création d’un EPLESF soient similaires à la procédure utilisée pour déterminer les rythmes scolaires de vos écoles. L’accord de la municipalité et du conseil d’école sera donc une condition nécessaire à la réalisation du projet ; ensuite, sur le nombre d’implantations scolaires : le projet n’imposera jamais le regroupement des écoles sur un site unique ; enfin, sur le statut des directeurs d’école : je tiens à apporter toute garantie quant au maintien de la fonction de directeur d’école. Il n’est pas envisageable qu’une école n’ait pas un responsable local, interlocuteur naturel des parents et de la commune".

[...]
Dans une rencontre avec le Sgen Cfdt ce même 2 avril, JM Blanquer s’est montré plus prolixe. " Le statut de l’adjoint en charge du 1er degré reste à l’heure actuelle pour le moins nébuleux", écrit le Sgen Cfdt. "Les directeurs et directrices étant nombreux à passer le concours de personnel de direction, le Ministère envisageait le rattachement de l’adjoint en charge du 1er degré au corps des personnels de direction, considérant qu’il y avait là un vivier tout trouvé. Autre piste envisagée, proposer ce statut aux « faisant fonction de personnel de direction » ce qui pourrait ainsi être perçu comme une évolution de carrière pour ces personnels. Le ministère envisage un statut un peu sur le modèle des coordonnateurs REP+ mais précise que cela relève du réglementaire".

[...]

La lettre de JM BLanquer

Compte rendu du Sgen

Extrait de cafepedagogique.net du 03.04.19

Répondre à cet article