> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Positions) > Educ. prior. Positions syndicales > Le Sgen Nord - Pas-de-Calais estime que "les labels CLA sont une (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le Sgen Nord - Pas-de-Calais estime que "les labels CLA sont une expérimentation prometteuse pour combler des "angles morts" de l’éducation prioritaire" et analyse les indicateurs retenus

22 février Version imprimable de cet article Version imprimable

DES LABELS CLA (CONTRATS LOCAUX D’ACCOMPAGNEMENT) : UNE EXPÉRIMENTATION PROMETTEUSE POUR COMBLER DES « ANGLES MORTS » DE L’EDUCATION PRIORITAIRE ?

Il ne s’agit pas de retravailler la carte des Rep et Rep + mais de proposer une contractualisation à des écoles et lycées ( professionnels, polyvalents, Généraux et technologiques) qui, jusque-là, étaient les « angles morts » de la carte de l’Éducation prioritaire " historique".

LANCEMENT DE L’EXPÉRIMENTATION
Deux comités de suivi réunis en janvier février . Ils ont été l’occasion d’échanges riches entre Organisations syndicales et rectorat à propos de la mise en route de l’expérimentation CLA, lancée dans 3 académies : Lille, Nantes, Aix-Marseille.

Deux CTA (Comité Technique Académiques) afin de présenter aux organisations syndicales la méthode retenue et les moyens ministériels affectés à l’expérimentation de l’autre.

DEUX PRIORITÉS ACADÉMIQUES
Prioriser une approche autour du parcours de l’élève.
Permettre un enrichissement de la carrière des personnels (évolution de carrière, formation…)

LE CALENDRIER
- Mars : présentation de l’expérimentation et lancement de la réflexion dans les écoles et établissements retenus. Les conseils d’écoles et d’administration de chaque établissement décident d’accepter ou non la proposition de contractualisation.

- Avril/mai : les écoles et établissements construisent un projet. Les autorités académiques évaluent les moyens nécessaires à la réalisation de chaque projet.

L’IPS (INDICE DE POSITION SOCIALE) : INDICATEUR PRIVILÉGIÉ POUR IDENTIFIER LES « ANGLES MORTS » DE L’EDUCATION PRIORITAIRE
Cet indice permet de mesurer l’origine sociale des élèves en prenant en compte la profession et la catégorie socio-professionnelle des deux parents, mais aussi leurs diplômes, revenus, pratiques culturelles, conditions de logement, etc.

CROISER TROIS GROUPES D’INDICATEURS POUR AFFINER LA CARACTÉRISATION DES ÉCOLES ET ÉTABLISSEMENTS

CARACTÉRISTIQUES DES ÉLÈVES
- Indice de position sociale (IPS),
- typologie des collèges à partir de variables multidimensionnelles et descriptives (part de boursiers, taille, part d’élèves en retard à l’entrée en 6e,
- score moyen en maths et en français aux évaluations de 6e…) ; un point de vigilance : taux de boursiers pas tjs révélateur car certaines familles ne font pas valoir leurs droits.
- % d’élèves résidant en Quartiers Politique de la Ville (QPV)
- pour les LGT, part d’élèves issus de l’Education Prioritaire et score moyens en maths aux évaluations de seconde.

CARACTÉRISTIQUES DES PERSONNELS
- Taux de demandes de mobilité des enseignants (une moyenne sur les 3 dernières années).
- nombre de personnels titulaires, % d’enseignants contractuels.

CARACTÉRISTIQUES DES STRUCTURES ÉDUCATIVES ET DES TERRITOIRES
- Typologie des communes, zones de revitalisation rurale (reconnues comme fragiles sur le plan socio-économique).
- Indice d’éloignement : tenant compte des distances les plus proches à lieu de résidence -lieu d’études, à SEGPA, ULIS, UPE2A, sections linguistiques, à 2nde GT/Pro, CFA les plus proches, aux équipements sportifs et culturels
- Ecoles orphelines (écoles à l’IPS faible rattachées à un collège non classé Rep ou Rep + donc privées de moyens associés)

CONSTATS CONCERNANT CES INDICATEURS DANS L’ACADÉMIE DE LILLE
Identification d’écoles, collèges, lycées dont l’IPS est inférieur à l’IPS moyen en EP (Education prioritaire) : 49 écoles identifiées, assez peu de collèges dans ce cas.
IPS globalement très faible dans les LP.
l’IPS en milieu rural est globalement supérieur à l’IPS dans les espaces urbains.
L’indice d’éloignement n’est pas le plus discriminant dans l’académie, celle-ci étant très urbanisée. Par ailleurs, les établissements les plus éloignés n’ont pas un IPS parmi les plus faibles.

A PARTIR DE CES CONSTATS, COMMENT CHOISIR LES ÉTABLISSEMENTS ?
- Écoles : IPS et indice d’éloignement privilégiés. A également été prise en compte la connaissance du terrain par les IEN, le type de communes.
- Souhait que certains LGT entrent dans le processus car les élèves issus de l’EP sont souvent en difficulté en LGT. IPS, part d’élèves issus de l’Education Prioritaire et niveau de maths à l’entrée en seconde : indicateurs privilégiés pour les LGT.
- LP : sélection faite avant tout à partir de l’IPS, très révélateur des publics scolarisés dans ces établissements.
- Des équilibres territoriaux à respecter, notamment Nord et Pas-de-Calais.

LES ÉCOLES ET ÉTABLISSEMENTS SÉLECTIONNÉS
34 écoles, 20 dans le Nord, 14 dans le Pas-de-Calais.
7 collèges, 3 dans le Nord, 4 dans le Pas-de-Calais.
5 lycées polyvalents et Généraux et Technologiques, 3 dans le Nord, 2 dans le Pas-de-Calais.
6 lycées professionnels, 4 dans le Nord, 2 dans le Pas-de-Calais.

QUELQUES ÉLÉMENTS D’ANALYSE
- Peu d’écoles et d’établissements de l’agglomération lilloise, déjà largement couverte par les réseaux Rep et Rep+
- Ecoles sélectionnées : en majorité implantées en territoire dense et très dense (61% des écoles sélectionnées) compte-tenu des taux d’urbanisation académique, mais aussi des petites villes comme Fourmies, Caudry ou encore Hesdin, un bourg (Auxi-le-château), donc une volonté de panachage rural/urbain.
- collèges : seuls 3 implantés en territoire urbain « dense et très dense », les 4 autres concernent des petites villes et des bourgs.
- lycées : tous implantés dans espaces urbains « denses et très denses »
équilibre Nord et Pas-de-Calais : 58% écoles, 42% des collèges, 63% des lycées retenus implantés dans le Nord, les autres dans le Pas-de-Calais
- répartition territoriale sur l’académie : des équilibres qui prennent en compte les disparités de répartition de population.

MOYENS ATTRIBUÉS À L’ACADÉMIE DE LILLE PAR LE MINISTÈRE
15 ETP (Equivalent Temps Plein) pour le 1er degré, aucun pour le second.
123 730 euros (38 605 1er D, 85 125 2nD) : crédits pédagogiques et formation.
IMP (Indemnité pour Mission Particulière, il s’agit de missions hors enseignement jusqu’à maintenant réservées au 2nd degré : référent décrochage, culture, numérique, coordination, mais aussi le tutorat élèves) : 30 1er D, 1180 2nd
devoirs faits : 17 101 euros et 6 317 HSE
Ecole ouverte : 24 000 euros
fonds sociaux : 188 752 euros.
Ces moyens seront répartis entre écoles et établissements labellisés « CLA » en fonction des projets.

CE QU’EN PENSE LE SGEN-CFDT NORD PAS-DE-CALAIS :

UNE ANALYSE INTÉRESSANTE DES TERRITOIRES HORS EDUCATION PRIORITAIRE, CERTAINS MOYENS INSUFFISANTS ET INADAPTÉS.

Des points positifs

Des documents de travail et une analyse très intéressants, permettant notamment d’interroger les inégalités sociales et territoriales hors éducation prioritaire.
Des indicateurs choisis pertinents et discutés avec les organisations syndicales, notamment le fait de privilégier l’IPS et, pour les LPO et LGT, la prise en compte la part d’élèves issue de l’EP (revendication portée par le Sgen-CFDT depuis 2017).
un dialogue social de qualité.
Des moyens non négligeables en termes de fonds sociaux. Point de vigilance : veiller à ce que les familles fassent valoir leurs droits.

Des points négatifs

Peu de moyens pérennes affectés à cette expérimentation, à savoir les Heures Postes. La majeure partie des moyens étant en IMP ou HSE, cela va se traduire par un nouvel alourdissement de la charge de travail des enseignants.
Inadaptation des moyens quant à leur nature : ils s’agit avant tout de moyens « hors la classe » ne permettant pas le face à face enseignant-élève alors que c’est là que devraient être portés les moyens.
Précipitation avec laquelle est lancée l’expérimentation alors qu’un temps beaucoup plus long de réflexion serait nécessaire aux communautés éducatives qui vont devoir proposer un projet dans des délais courts.
Point de vigilance concernant l’accompagnement et un bilan précis des CLA.

CE QU’A DEMANDÉ LE SGEN-CFDT NORD PAS-DE-CALAIS
Une transformation des IMP en décharge pour les enseignants qui le souhaitent, comme les textes le permettent : la rectrice n’y est pas opposée de façon tranchée : ceci dépendra des projets … et du ministère qui devra donner son aval.
La prise en compte de la charge de travail supplémentaire pour les personnels administratifs et de direction (tâches de coordination, logistiques…) : accord de la rectrice, ce sujet sera étudié quand la liste des CLA aura été arrêtée.
La prise en compte de l’implication des collègues en CLA dans l’ évolution de carrière : cette question sera traitée, question qui relève du ministère. S’il semble acquis que les agents ayant exercé dans une école ou établissement labellisés CLA auront accès au vivier 1 pour être éligibles à la classe exceptionnelle, d’autres leviers sont envisageables, comme l’accélération de carrière aux 6ème et 9ème échelons par exemple.
L’Éducation prioritaire doit être une politique vivante, le Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais n’est pas opposé par principe à cette expérimentation. Sans moyens ni temps de concertation suffisants, elle ne pourra atteindre son objectif d’égalité scolaire et ne répondra donc pas à nos attentes.

Extrait de nord-pas-de-calais.sgen-cfdt.fr du 19.02.21

 

En bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Educ. prior. Positions syndicales (chemin en haut de la page 🏠)

Répondre à cet article