> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, SOCLE > Laïcité > Laïcité (Positions autres : observateurs, assoc., témoignages) > Les affiches de la campagne du MEN sur la laïcité à l’école suscitent une vaste (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les affiches de la campagne du MEN sur la laïcité à l’école suscitent une vaste polémique

30 août 2021

Une campagne du gouvernement pour promouvoir la laïcité à l’école fait débat
Syndicats ou politiques dénoncent un « dévoiement raciste » de la laïcité. Le ministre Jean-Michel Blanquer défend une campagne « faite pour unir ».

[...] Cette campagne, amorcée sur Internet et les réseaux sociaux, doit être diffusée dans les établissements scolaires et par affichage. Elle a été présentée par le ministre Jean-Michel Blanquer lors de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée.

Sur une des huit affiches, qui représente un petit garçon blanc aux côtés d’une petite fille noire, tous deux dans l’eau accrochés à un rebord de piscine, on peut lire : « permettre à Sacha et Neissa d’être dans le même bain. C’est ça la laïcité ».

Extrait de lemonde.fr du 27.08.21

 

Que penser de la campagne laïcité lancée par le Ministère de l’Education nationale ?
La Vigie de la laïcité a pris connaissance de la campagne d’affichage lancée par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, à propos de la laïcité.
Force est de constater une profonde confusion sur le sens de ce qu’est la laïcité.
D’autant plus qu’à aucun moment ne sont rappelés ni même évoqués les fondements de la laïcité. À savoir la liberté de conscience et sa manifestation dans les limites de l’ordre public, la neutralité de l’État (découlant de la séparation) et l’égalité de tou.te.s devant la loi sans distinction de religion ou conviction.
La laïcité, ce n’est pas "permettre à Sacha et Neissa d’être dans le même bain", ni "permettre à Milhan et Aliyah de rire des mêmes histoires" comme l’indiquent pourtant certaines affiches officielles qui, toutes, mettent en avant quasi-exclusivement des enfants issus de la diversité.
Derrière un a priori jovial et tolérant, le message porté par ces affiches réassignent les élèves à leurs identités. Celles-ci devant, selon cette campagne, être gommées au
profit d’une homogénéisation normée (une illustration en est la récurrence du terme "même").

Le communiqué de la Vigie de la laïcité du 27.08.21

 

Laïcité : Les syndicats rejettent les affiches
"Cette campagne amène plus de contresens que de clarté". Le Se-Unsa et la Fsu blâment la campagne d’affichage lancée par le ministère sous prétexte de défendre la laïcité. Les deux syndicats voient dans les affiches une campagne politique éloignée de la laïcité.

Lancée le 30 août, la campagne ministérielle a vocation d’arriver dans les établissements sous forme d’affiches. Officiellement il s’agit de mettre à la portée des élèves la laïcité. Mai sles slogans des affiches ne parlent pas de laïcité. "Permettre à Malia, Tidiane et Paloma de porter les mêmes couleurs". "Permettre à Eva et Kellijah d’être inséparables tout en étant différents". "Permettre à Milhan et Aliyah de rire des mêmes histoires", par exemple.

"En ayant recours à des préjugés et en entretenant des idées fausses sur la laïcité, cette campagne amène plus de contresens que de clarté", estime le Se Unsa. " La plupart des slogans mettent en avant la tolérance, le « vivre-ensemble » qui auraient d’ailleurs pu être déployés dans beaucoup de pays ne se déclarant pas laïques. Plus gênant encore, les sous-entendus qui tendent à associer la religion supposée des enfants et adolescents à leur prénom, et qui aboutissent à la présentation de situations interconfessionnelles conviviales. Enfin, cette campagne veut renvoyer une image de l’École où existerait réellement la mixité sociale, alors que ce sujet est le talon d’Achille de ce ministère".

La FSU réagit elle aussi à la campagne d’affiches. " En jouant sur des caractérisations essentialisantes et stéréotypées, elle laisse croire que les motivations de la laïcité pourraient se confondre avec une lutte contre le communautarisme. Soigneusement construite pour qu’une lecture rapide donne l’impression d’une vision généreuse, cette campagne de communication contribue en fait à renforcer l’idée que les menaces contre la liberté de conscience seraient liées aux différences d’origine et aux écarts culturels qu’elles supposeraient. Elle relève donc d’une stratégie politique contradictoire avec le travail que l’école doit conduire pour éduquer à la laïcité... La FSU réaffirme que la question de la laïcité est indissociable de celles de l’égalité des droits et de la justice sociale. Elle renouvelle sa revendication d’un investissement majeur dans le service public largement plus favorable à la défense des valeurs d’une république laïque et sociale qu’une stratégie de communication des plus ambiguës.

Extrait de cafepedagogique.net du 31.08.21

 

Blanquer : un champion des affichages pour l’Ecole
Après la décision de principe dans la loi de février 2019 de l’affichage dans chaque classe des drapeaux tricolore et européen, de la devise de la République et des paroles de la Marseillaise, une autre campagne d’affichage doit s’ouvrir en cette rentrée dans les établissements scolaires : huit affiches censées promouvoir la laïcité à déployer.

Extrait de blogs.mediapart.fr/claude-lelievre du 30.08.21

 

Extrait de franceinter.fr 31.08.21

Répondre à cet article