> EDUCATION PRIORITAIRE (politique d’) > EDUC. PRIOR. Types de documents > Educ. prior. Actions de formation et Formation > Educ. prior. Actes OZP > Journée OZP 2021. Entretien du Café avec Marc Douaire

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Journée OZP 2021. Entretien du Café avec Marc Douaire

30 novembre 2021

Marc Douaire : "On ne bouleverse pas une politique d’un revers de main"
"40 ans d’éducation prioritaire et après ?" Samedi 27 novembre, l’Observatoire des zones prioritaires (OZP) dédiait sa 11ème Journée nationale à cet anniversaire avec des tables rondes sur l’histoire de l’éducation prioritaire (EP), sa géographie, ses particularités pédagogiques. Alors que le gouvernement laisse l’avenir de l’EP dans le flou, Marc Douaire, président de l’OZP, fait un point sur une politique qui n’est plus assumée.

La 11ème Journée nationale de l’OZP a donné beaucoup de place à l’histoire de l’éducation prioritaire avec trois tables rondes sur les 40 années de cette politique, l’histoire de son évaluation et l’évolution de la carte de l’EP. Pourquoi consacrer toute une matinée à cet historique ?

D’abord parce que ce sont les 40 ans de l’EP et ça fait date. C’est même une date sui aurait mérité d’être soulignée par le ministère. Mais comme rien n’a été fait l’OZP a décidé d’y consacrer sa Journée nationale. Et puis on s’est rendu compte, lors d’interventions, que nos partenaires ont besoin de comprendre l’évolution de l’EP, ses discontinuités, ses glissements insidieux et les raisons des relances et des abandons que l’on a connu dans le passé.

La Journée présentait aussi un regard sur la géographie de l’EP. Où en est-on ?

Dès le départ le principe émis par A Savary de cibler les quartiers ghettoisés n’a pas été totalement respecté dans la première carte des 365 ZEP. Les politiques s’en sont mêlés avec notamment des ZEP dans la Nièvre... La nouvelle carte de 1990 articulait la carte des ZEP avec celle de la politique de la ville. A partir de 2007 on a deux niveaux devenus Rep et Rep+ en 2014

Aujourd’hui on est dans une situation paradoxale. N Elimas en octobre dit que les contrats locaux (CLA) n’entraineront pas la disparition des Rep en contradiction avec ce qu’elle a dit avant. On est dans la confusion. Les ministres se disent pragmatiques mais n’évaluent pas ce qu’ils suppriment. Et ils envoient des moyens de l’éducation prioritaire vers les zones rurales et l’enseignement catholique.

Selon le Snes Fsu, N Elimas annonce maintenant le maintien des Rep à la rentrée 2022. C’est un soulagement ?

Ce serait un éclaircissement suite à de vives réactions. On ne bouleverse pas une politique d’un revers de main. Maintenant il faut une suite officielle à ce sparoles et qu’il y ait une véritable évaluation de l’EP et sa géographie avec les acteurs de terrain.

Comment comprenez vous ce basculement des moyens de l’éducation prioritaire des quartiers populaires vers le rural ?

Je crois que c’est électoraliste. Le rural profond a des besoins différents de ceux de l’EP en lien avec l’éloignement des biens culturels. Il faut une politique de la ruralité. Il faut aussi une politique ultra marine. Et il faut une autre politique pour les quartiers ghettoïsés. En fait le gouvernement n’a pas de politique pour ces quartiers. C’est la Cour des Comptes qui disait que la politique d’éducation prioritaire est la seule politique de lutte contre les inégalités sociales...

Arrive t-on à un moment de rupture pour l’EP ?

Pour le moment la politique d’EP du gouvernement se limite aux dédoublements. Qu’en est il de la préscolarisation avant 3 ans ?Des l’articulation 1er et 2d degré ? De celle du collège et du lycée ? Des postes spécifiques ? Tout est laissé en jachère. On est revenu à la politique de NSarkozy de promotion de l’individu. Si on ne s’occupe plus des quartiers et qu’on limite la politique d’EP aux petits déjeuners gratuits pour tous et à Sciences Po pour quelques uns c’est une autre politique. Nous avons besoin d’une politique d’égalité des droits, pas une politique de rafistolage.

Qu’attendez vous des élections présidentielles ?

Pour l’instant l’éducation est peu mise en avant dans la campagne.J’attends que les candidats s’emparent de cette question. Nous organiserons en mars une rencontre avec les candidats républicains.

Propos recueillis par François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 30.11.21

Répondre à cet article