> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Pauvreté, Aide sociale > Pauvreté, Aide sociale (Dossiers et Guides) > Deux nouveaux dossiers et rapports sur la pauvreté : - L’état de la pauvreté (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Deux nouveaux dossiers et rapports sur la pauvreté : - L’état de la pauvreté en France 2021 (Secours catholique) - L’Essentiel sur... la pauvreté (Insee, 10.11.21)

19 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Notre "Etat de la pauvreté en France 2021"
Le Secours Catholique-Caritas France publie jeudi 18 novembre son rapport statistique annuel État de la pauvreté en France 2021. Constats et analyses sur la précarité issus de l’observation sur l’ensemble du territoire national de plus de 38 800 situations (sur les 777 000 personnes accueillies en 2020).

Pour son rapport 2021 qui alerte sur la dégradation du niveau de vie des plus pauvres, l’association a complété son étude d’une enquête approfondie sur la question spécifique de l’aide alimentaire et de l’accès à l’alimentation, à travers une enquête menée auprès de 1 088 ménages qui ont eu recours à l’aide alimentaire d’urgence allouée par le Secours Catholique durant le premier confinement, de mars à mai 2020.

La crise sanitaire a agi comme comme un puissant révélateur d’une insécurité alimentaire déjà bien ancrée pour des millions de Français. La pandémie de Covid-19 a déstabilisé des situations budgétaires déjà très serrées. Quand les maigres ressources baissent alors que les dépenses augmentent (du fait de la fermeture des cantines scolaires ou de l’augmentation des dépenses d’électricité), les privations deviennent dès lors quotidiennes.

Le Secours Catholique rappelle que la précarité alimentaire est liée à une unique constante : l’insuffisance et l’instabilité des ressources.

État de la pauvreté en France 2021
L’étude des situations de pauvreté rencontrées par le Secours Catholique en 2020 fait apparaître deux mouvements parallèles. La période de confinement du printemps 2020 a précipité dans la pauvreté des personnes – étudiants, intérimaires, autoentrepreneurs,etc. – qui étaient sur le fil. Le choc de la pandémie a souvent aggravé aussi les difficultés vécues par les personnes déjà en situation de pauvreté. Quant aux personnes exclues du système de solidarité, car déjà hors
des « radars », comme une partie des intérimaires, les personnes sans papiers, celles qui n’ont pas recours aux prestations sociales ou qui subsistent grâce à l’économie informelle, elles ont souvent vu leur pauvreté se renforcer.
Télécharger le rapport

22% des ménages accueillis ne disposent d’aucunes ressources financières. 1/3 des ménages accueillis n’ont pas accès à un logement stable. 27% ne mangent pas pendant 1 journée entière ou davantage.

Télécharger le rapport (147 p.)

Extrait de secours-catholique.org du 15.11.21

EXTRAIT (page 9)

L’extrême pauvreté de nombreux couples étrangers avec enfants
Nombre de couples avec enfants appellent aussi à l’aide. Plus de la moitié sont de nationalité étrangère.
Leur niveau de vie médian mensuel est le plus faible de toutes les populations que nous accompagnons (83 euros). Plus de 9 de ces familles sur 10 survivent sous le seuil d’extrême pauvreté et plus de la moitié occupent un logement précaire. Quand le statut légal est précaire, elles n’ont pas de droit à l’emploi (les seuls revenus du travail provenant d’activités informelles souvent ponctuelles) et ont un accès très réduit aux revenus de transferts.

 

L’essentiel sur... la pauvreté
En 2019, 9,2 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté monétaire
En 2019, en France métropolitaine, 9,2 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté monétaire. Le taux de pauvreté est ainsi de 14,6 %. Cet indicateur n’inclut pas les personnes pauvres vivant en communauté ou dans les DOM, qui conduiraient à rehausser le nombre de personnes pauvres à 10,1 millions en 2018 (Question 1).

Le seuil de pauvreté est fixé par convention à 60 % du niveau de vie médian de la population. Il correspond à un revenu disponible de 1 102 euros par mois pour une personne vivant seule et de 2 314 euros pour un couple avec deux enfants âgés de moins de 14 ans.

En 2020, selon des estimations provisoires, le taux de pauvreté serait stable.

L’intensité de la pauvreté, qui mesure l’écart relatif entre le niveau de vie médian de la population pauvre et le seuil de pauvreté, est de 19,7 % en 2019. [...]

Extrait de insee.fr du 10.11.21

EXTRAIT

[...] Les chômeurs et les familles monoparentales sont les plus touchés par la pauvreté monétaire
La pauvreté monétaire touche en premier lieu les chômeurs (38,9 %). Parmi les personnes en emploi, les travailleurs indépendants sont plus vulnérables (17,6 %) que les salariés (6,8 %). Les retraités sont moins fréquemment en situation de pauvreté (9,5 %).

Les ménages sont différemment exposés à la pauvreté selon leur configuration familiale. Les familles monoparentales sont les plus concernées (32,8 %).

En 2019, 31,5 % des immigrés sont pauvres, en particulier ceux nés en Afrique (39,2 %).

Répondre à cet article