> POLITIQUE DE LA VILLE > Education populaire > "La fabrique de l’éducation populaire et de l’animation", un rapport de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"La fabrique de l’éducation populaire et de l’animation", un rapport de l’Injep, mai 2021, 157 p.

24 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

La fabrique de l’éducation populaire et de l’animation
Laurent BESSE, Emmanuel de LESCURE,
Emmanuel PORTE, coordination
Injep. Notes & Rapports, mai 2021, 157 p.

SOMMAIRE

INTRODUCTION. APPRÉHENDER LES MONDES DE L’ÉDUCATION POPULAIRE ............7
Emmanuel de LESCURE, Laurent BESSE, Emmanuel PORTE
Orientations communes
Vous avez dit « éducation populaire » ?
Entre réalisme et nominalisme
Une sociologie des mondes associatifs
Entre travail et engagementUne éducation populaire « instrumentalisée » ?
Une approche en pointillés
Quatre axes de recherche.
Six terrains

1. APPRÉHENDER L’ÉDUCATION POPULAIRE À L’ÉCHELLE D’UN QUARTIER
L’EXEMPLE DU MONT-MESLY À CRETEIL
Nicolas DIVERT, Francis LEBON, Pauline VESSELY
L’ambition de capter un public varié
Au-delà de l’affirmation de l’émancipation des publics
L’éducation populaire : un marché du travail (associatif) ordinaire ?
Structurer et réguler l’offre locale d’activité : des associations aux prises avec les enjeux municipaux

2. LES VOLONTAIRES « AMBASSADEURS DU LIVRE » DANS LES ÉCOLES DE LYON :
UNE « RESSOURCE » PARTAGÉE ENTRE LES POLITIQUES DE LA VILLE,
DE L’ÉDUCATION ET DE LA JEUNESSE
Sylvère ANGOT, Florence IHADDADENE
Une mission riche et exigeante pour des volontaires en insertion professionnelle
Les multiples objectifs d’une mission élaborée conjointement par l’AFEV et la Ville de Lyon
Le service civique comme dispositif de préinsertion professionnelle : des profils de volontaires
à l’image des salarié·e·s des secteurs éducatifs, culturels et périscolaires
Collaborations et tensions entre des institutions aux approches professionnelles
et culturelles variées
Un statut de volontaire pas complètement compris au sein des équipes enseignantes
Les volontaires comme « ressources » en tension entre équipes scolaires et périscolaires.
Le programme ADL comme dispositif consensuel et observatoire des concurrences institutionnelles entre les acteurs de l’école
Un dispositif d’éducation populaire
La difficile transmission des pratiques d’éducation populaire dans les formations
La tentation de l’Éducation nationale de scolariser le dispositif.
Privilégier l’accompagnement individuel ou le développement des partenariats ? L’injonction paradoxale
faite aux salarié·e·s de l’AFEV.
Conclusion : une confusion sur les publics bénéficiaires du dispositif

3. (SE) FORMER À L’ANIMATION À L’UNIVERSITÉ : LA TRAJECTOIRE DES ÉTUDIANTS ET ÉTUDIANTES DE L’IUT CARRIÈRES SOCIALES DE TOURS 1970-2020
Laurent BESSE, Jérôme CAMUS, Frédéric CHATEIGNER
Qui se destine à l’animation ? Qui est destiné·e à l’animation ?
Une sélectivité forte à l’entrée en formation d’animateurs
Les « sélections »
La recherche de l’impossible expérience
Animateur et/ou travailleur social ?
Une féminisation retardée : un choix volontariste
Qui sont les étudiant·e·s en animation ?
Des enfants du bas des classes moyennes
Des enfants du secteur public ?
Une France rurale de l’Ouest et du Centre
Des bacheliers provenant de différentes filières
Des performances académiques moyennes
Quel destin professionnel pour les étudiants de DUT animation ?
Les enquêtes d’insertion
Le destin professionnel plus de dix ans après la sortie de formation
L’adéquation entre formation et emploi
L’animation, métier de « jeunes ».
Celles et ceux qui font carrière dans le socioculturel
Conclusion

4. PERMANENCES ET MUTATIONS DE L’ÉDUCATION POPULAIRE À L’ÉPREUVE
DE SON INSTITUTIONNALISATION (LIBÉRATION-ANNÉES 1960)
Léo VENNIN
Le « peuple » saisi par l’État
Le peuple introuvable
Entre public et clientèle
Agrément et construction sociale de l’éducation populaire
En amont de la professionnalisation : l’exigence de l’encadrement
La stratégie politique de l’« avant-garde éclairée »
Un besoin et une demande croissante d’encadrement
Cadre associatif : l’amorce de la professionnalisation du militantisme
Vers un « diplôme d’État » de l’éducation populaire
Structurer une activité et formaliser une offre au local
Entre ancrage local et ambition nationale
Pouvoirs locaux et arène partisane

5. L’ÉDUCATION POPULAIRE EN PRATIQUES
Nicolas BRUSADELLI
Susciter l’acteur, construire le « biotope » collectif.
« Pour tous et par tous » : les prétentions universalistes de l’« éduc’ pop’ »
L’import-export des technologies participatives
Conclusion

6. LES UNIVERSITÉS POPULAIRES : PREMIERS ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION
Emmanuel de LESCURE, Emmanuel PORTE, Jean-Claude RICHEZ
La participation au travail des universités populaires : entre engagement bénévole et
professionnalisation
Un large recours à la rémunération des intervenant·e·s
Des salarié·e·s en quête d’emploi.
Des intervenant·e·s avant tout professionnel·le·s.
Une seconde carrière pour les bénévoles : « se faire plaisir et être utile »
Toutes et tous militant·e·s ?.
Un rapport à la connaissance par le bas ancré dans les territoires.
Publics et acteurs des universités populaires
L’éducation populaire comme horizon indéfini.
L’université populaire : réalité associative locale et actrice de l’éducation populaire
Accès à la connaissance et promotion de la culture
Conclusion

CONCLUSION. L’ÉDUCATION POPULAIRE, DES MONDES EN MOUVEMENT
Laurent BESSE, Emmanuel PORTE, Emmanuel de LESCURE
BIBLIOGRAPHIE

Extrait de injep.fr de mai 2021

Répondre à cet article