> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Dédoublement, Pdmqdc, Taille des classes > EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille des classes (Rapports officiels) > Les effectifs d’élèves pour une heure de cours en éducation prioritaire dans le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les effectifs d’élèves pour une heure de cours en éducation prioritaire dans le second degré à la rentrée 2020 (Note Depp)

22 décembre 2021

Les effectifs d’élèves pour une heure de cours dans un établissement du second degré en 2020
Depp, Note d’information 21.47, décembre 2021
À la rentrée 2020, pour une heure de cours, un enseignant dans un établissement du second degré est face à 22 élèves en moyenne, valeur stable depuis des années.
Ce nombre diffère selon les formations : environ 24 élèves en moyenne pour les formations en collège hors Segpa et pour les formations générales et technologiques
en lycée, contre moins de 16 élèves pour les formations professionnelles en lycée
et moins de 13 en Segpa. Au collège, les conditions d’encadrement sont plus favorables pour les établissements situés en zone prioritaire avec 20,7 élèves en moyenne par heure.
Depuis la réforme du lycée général et technologique, en première et terminale générales, deux heures sur trois sont enseignées en groupe contre une heure sur deux en 2018.
À la rentrée 2020, la part d’heures en groupe augmente dans les formations générales et technologiques. Les hausses sont particulièrement importantes en mathématiques et SES.

La Note Depp

 

 

EXTRAIT
Dans les collèges en réseaux d’éducation prioritaire, plus d’heures enseignées en groupe et moins d’élèves par structure
En 2020, l’indicateur E/S pour les formations en collège (y compris Segpa) du secteur
public, est de 20,3 élèves pour les établissements classés en réseaux d’éducation
prioritaire renforcés (REP+), et de 21 élèves pour les établissements classés en réseaux d’éducation prioritaire (REP) contre 23,5 élèves pour les établissements hors éducation prioritaire du secteur public et 26 élèves dans le secteur privé æfigure 7. De la même manière, alors que 4 % des heures dispensées en collège public hors éducation prioritaire s’effectuent dans des structures inférieures ou égales à 10 élèves, cette part atteint 6,2 % pour les collèges classés en REP et 7,6 % pour ceux classés en REP+.
La part des heures effectuées en groupe est légèrement supérieure dans les collèges
situés en REP+ (24,4 %) que pour ceux situés en REP et pour ceux du public hors éducation prioritaire (23 %) mais bien plus que dans les collèges privés dans lesquels seules 14,8 % des heures sont enseignées devant des groupes d’élèves. Ces écarts entre collèges en éducation prioritaire et collèges hors éducation prioritaire
se retrouvaient déjà les années précédentes (voir « Pour en savoir plus » – Bibliographie).

 

 

Les élèves du second degré à la rentrée 2021 : des effectifs stables avec moins de collégiens et davantage de lycéens
Depp, Note d’information n° 21.46, décembre 2021
À la rentrée 2021, les établissements publics et privés (sous contrat et hors contrat) du second degré accueillent 5,686 millions d’élèves, soit un effectif global identique à celui de la rentrée 2020 (+ 400 élèves, soit + 0,01 %).

Les effectifs sont en baisse dans les collèges (-5 400 élèves), et dans les formations professionnelles en lycée (- 11 000 élèves). Le nombre d’élèves augmente en revanche dans les formations générales et technologiques en lycée (+ 16 800 élèves). Les effectifs des formations du second degré diminuent légèrement (- 0,2 %) dans le secteur public et augmentent légèrement (+ 0,7 %) dans le secteur privé sous contrat et fortement (+ 9,2 %) dans le secteur privé hors contrat, mais ce dernier ne représente que 0,6 % du total.
Les évolutions sont avant tout liées aux évolutions démographiques. Ainsi, au collège, on observe une diminution des effectifs en classes de cinquième et de troisième (respectivement - 1,6 % et - 0,8 % tous secteurs confondus) et une hausse en sixième et quatrième (respectivement + 0,6 % et + 0,8 % tous secteurs confondus). Les unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) augmentent très fortement (+ 6,1 %).
En fin de troisième on constate une hausse d’un point des taux de sortie hors des établissements sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale qui pourrait s’expliquer par une hausse vers l’apprentissage en CFA par exemple.
Après une baisse aux trois rentrées précédentes, l’augmentation des effectifs dans les formations générales et technologiques en lycée est liée aux évolutions démographiques malgré des taux de redoublement qui restent historiquement bas.
Dans les formations professionnelles, les taux de sortie après une première année de CAP, une seconde ou une première professionnelle, après une baisse très forte à la rentrée 2020, retrouvent les niveaux d’avant la crise de 2018 soit plus bas qu’en 2019.
On constate au total une baisse de 1,7 % .

Extrait de education.gouv.fr de décembre 2021

 

Voir la sous-rubrique EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille des classes (Rapports officiels)

Répondre à cet article