> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Positions) > Education. Généralités (Positions autres : observateurs, assoc., (...) > Les projets d’Emmanuel Macron pour l’école, selon l’ancienne rectrice Julie (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les projets d’Emmanuel Macron pour l’école, selon l’ancienne rectrice Julie Benedetti, qui a préparé la consultation préalable (Marianne, 26 avril)

27 avril

Augmentation, cours de couture… À quoi les enseignants doivent-ils s’attendre sous Macron II ?
Nouveau départ ?

Le programme éducatif d’Emmanuel Macron, qui vient d’être réélu, devrait s’inscrire dans le prolongement de celui du premier quinquennat, mené par son ministre Jean-Michel Blanquer. À quelques exceptions près, comme un budget un peu plus élevé, quelques recrutements locaux pour les enseignants ou encore une demi-journée de découverte des métiers en cinquième.

[...] L’école sera, avec la santé, l’un des deux « chantiers majeurs » qu’Emmanuel Macron entend mener lors de son second quinquennat qui. Il a d’ailleurs pris soin d’arriver sur le Champ-de-Mars à Paris accompagné d’une petite troupe d’enfants et d’adolescents pour bien le souligner. Son projet éducatif, qui a évolué jusqu’aux derniers jours, a été préparé sur la base d’une consultation menée par l’ancienne rectrice de Corse et professeure de droit, Julie Benetti. Cette dernière, que Marianne a pu rencontrer ces derniers jours au QG d’Emmanuel Macron, s’est entretenue avec l’ensemble du monde éducatif pendant plusieurs semaines pour recenser attentes et critiques.

[...] Le niveau précis de cette hausse de salaire sera « affiné » lors de la grande concertation que souhaite organiser Emmanuel Macron. Une concertation qui devrait débuter « dès après l’élection » associant des élus locaux, parents, professeurs, etc. Emmanuel Macron a par ailleurs précisé que la revalorisation de la hausse du point d’indice des fonctionnaires est maintenue et s’ajoute à cette augmentation. Enfin, les « nouvelles missions » déjà évoquées au préalable pourraient quant à elles représenter jusqu’à 20 % d’augmentation pour les professeurs qui les acceptent. Elles devraient être mises en place dès le début du quinquennat.

Emmanuel Macron promet par ailleurs que le second degré ne sera plus le parent pauvre de son projet, contrairement au premier quinquennat qui a surtout consacré ses efforts sur le premier degré. Il entend donner plus de moyens aux classes charnières de sixième et de seconde sous la forme de dédoublements de classes. La baisse démographique attendue dans ces classes d’âge pourrait aider à les favoriser, souligne-t-on dans son entourage. Il souhaite par ailleurs que les établissements aient plus de latitude localement pour recruter une partie de leur équipe pédagogique, comme ce qu’il a déjà amorcé à Marseille.

Extrait de marianne.net du 26.04.22

Répondre à cet article