> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Santé > Santé (Etudes univers.) > Inégalités de santé : quelle situation dans les quartiers pauvres ? Un analyse (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Inégalités de santé : quelle situation dans les quartiers pauvres ? Un analyse de l’Institut Montaigne (septembre 2022)

9 septembre

Inégalités de santé : quelle situation dans les quartiers pauvres ?

Par Iona Lefebvre
Chargée d’études – Dynamiques territoriales

Par Emma Ros
Chargée d’études – Dynamiques territoriales

Les crises que traverse notre système de santé (Covid, malaise des soignants, fermeture des sites d’urgence) ont mis en lumière ses difficultés et faiblesses : 74 % des citoyens estiment ainsi que notre système de santé se dégrade et 37 % estiment vivre dans un désert médical.

Ce constat est particulièrement marqué au sein des quartiers prioritaires de la ville (QPV). En effet, les QPV - ou quartiers pauvres - sont marqués par de fortes disparités en matière de santé, qu’il s’agisse des indicateurs (espérance de vie, prévalence de certaines pathologies, etc.) ou de l’offre de soin.

Quelle est la réalité des inégalités d’accès à la santé et d’offres de soin dans ces territoires défavorisés ? Quelles pistes d’action peuvent être mobilisables par les pouvoirs publics ?

L’Institut Montaigne, dans ses rapports Les quartiers pauvres ont un avenir (octobre 2020) et L’avenir se joue dans les quartiers pauvres (juin 2022), a élaboré une typologie de quartiers en fonction de nombreux indicateurs socio-économiques et géographiques (indice de jeunesse, part des familles monoparentales, part des employés et ouvriers....). Cette typologie permet une compréhension plus fine des indicateurs de santé dans ces territoires, et des disparités qu’il peut y avoir en matière d’offre et de recours aux soins. Afin de mieux comprendre les besoins territoires par territoires, les inégalités de santé au sein des quartiers pauvres seront illustrées par trois départements issus de la typologie développée ci-dessous et à partir des indicateurs de santé mis en lumière dans le rapport Santé : faire le pari des territoires (mai 2022) :

Les quartiers “métropolitains”, situés en périphérie des grandes métropoles et en particulier en Île-de-France. Ils comptent 3,4 millions d’habitants. Ces quartiers se distinguent, entre autres, par des phénomènes plus marqués d’échec scolaire, de délinquance et de trafic de drogue, tout en bénéficiant du dynamisme économique des grandes villes. Nous avons fait le choix dans cet article de nous concentrer sur le département de la Seine-Saint-Denis.
Les quartiers “post-industriels”, qui correspondent en majorité aux zones anciennement industrielles et situées dans le quart Nord/Nord-Est de la France. Près d’un million d’habitants y vivent. Nous nous concentrerons sur le département du Nord.

Les quartiers “excentrés”, situés en grande partie dans ou près des petites villes et villes moyennes. Moins pauvre et moins jeune, leur population compte 1,7 million d’habitants. Nous observerons en détail le département des Pyrénées Orientales.
Quand la pauvreté accroît les inégalités de santé : état des lieux des territoires sous-dotés en matière de santé

Extrait de institutmontaigne.org du 05.09.22

Répondre à cet article