> ARCHIVES : Ozp, Bnf, An... > 800 articles à caractère local, 2005-2008, non indexés > année 2005 > avril > 06/04 - Dans la ZEP de Cholet (académie de Nantes)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

06/04 - Dans la ZEP de Cholet (académie de Nantes)

7 avril 2005

Extrait de « maville.com » du 06.04.05 : l’école Brontë reste sur sa position.

Enseignants et parents demandent une création de poste
La directrice de l’école maternelle Brontë était invitée à participer hier à une rencontre en mairie pour organiser la réorientation d’élèves sur la Richardière. Avec ses collègues, elle demande une création de poste et ne s’est donc pas rendue au rendez-vous.

« Afin d’étudier selon quelles modalités les demandes d’inscription pour l’école maternelle Anne-Brontë pourraient être réorientées sur l’école maternelle les Richardières, une réunion est organisée lundi 4 avril à 17 h 30, salle Oldenburg à l’hôtel de Ville. » Le courrier était adressé à Marie-Aline Boyet, la directrice de l’école maternelle. À 17 h 30, elle était dans son école, avec ses collègues et un représentant du SnuiPP pour exprimer, à nouveau son refus de la « non ouverture » d’une classe supplémentaire à la rentrée.

Cette ouverture de classe, justifiée par le nombre prévu d’enfants à la rentrée prochaine (140 attendus en septembre pour cinq classes, soit 28 enfants en moyenne) avait été mentionnée sur les documents de travail du comité technique paritaire puis du conseil départemental de l’Éducation nationale qui préparent la prochaine carte scolaire. Jusqu’alors, dans les habitudes de fonctionnement de l’Éducation nationale, une telle mention par l’inspecteur d’académie s’est toujours traduite par une ouverture effective.

Mais, localement, l’inspecteur de la circonscription de Cholet a annoncé, notamment à la mairie, que l’ouverture ainsi annoncée n’aurait pas lieu. Et pour alléger les effectifs de l’école Brontë, il propose donc de « réorienter » quelques enfants vers l’école des Richardières qui dispose d’une capacité d’accueil d’une douzaine de places.

Cette solution, parents et enseignants de la maternelle Brontë n’en veulent pas : « Ici c’est la seule école de ZEP où les enfants de deux ans sont directement pris en compte dans les effectifs, ce qui permet une scolarisation d’enfants étrangers qui se familiarisent ainsi avec le français avant de commencer l’apprentissage de la lecture. Aux Richardières, les enfants de deux ans ne seront acceptés que s’il reste de la place. Par ailleurs, la quasi totalité des enfants habitent dans les tours juste à côté de l’école, et la plupart des nouveaux arrivants ont déjà un frère ou une soeur aînée dans l’école : pas question pour eux d’aller aux Richardières. »

Aujourd’hui, à 14 h, les parents d’élèves sont reçus par l’inspecteur de circonscription.

Répondre à cet article