> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > POSITION - PROTESTATION > Position politique > Un sénateur UMP souhaite un « collège d’excellence » à Nanterre

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un sénateur UMP souhaite un « collège d’excellence » à Nanterre

25 octobre 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site « VousNousIls », le 25.10.06 : Un sénateur UMP propose de créer un "collège d’excellence" à Nanterre

Le sénateur UMP Roger Karoutchi a indiqué mardi avoir proposé récemment au président du Conseil général des Hauts-de-Seine, Nicolas Sarkozy, de créer un "établissement scolaire d’excellence pour les Hauts-de-Seine", au sein du collège Anatole-France de Nanterre.
"Ce projet a été présenté (...) à Nicolas Sarkozy (dont M. Karoutchi est un proche, ndlr) ainsi qu’au recteur de l’Académie de Versailles. Le travail de concertation entre les différents acteurs du projet doit débuter sans attendre", précise un communiqué.

Cette "première expérience d’un +collège d’excellence+ en France" vise à "agir de manière volontariste au service des oubliés de l’égalité des chances", et garantir "la mixité sociale et une meilleure intégration des jeunes", poursuit M. Karoutchi.

Concrètement, cela implique pour le sénateur "une politique de recrutement sur la base du projet pédagogique, un dispositif de contractualisation de l’activité des enseignants par objectifs, et la mise en place d’un partenariat novateur avec tous les acteurs du secteur géographique".

Il s’agit, explique encore M. Karoutchi, de proposer "une offre éducative et pédagogique attractive pour tous, avec des activités et des options de haut niveau, à côté des matières traditionnelles".

Dans l’entourage du sénateur, on préfère employer le terme de "tremplin républicain" plutôt que de "discrimination positive", chère à M. Sarkozy.

Les Hauts-de-Seine, considérés comme le terrain d’expérimentation de la politique de Nicolas Sarkozy, accueillent déjà à Asnières-sur-Seine un "internat de la réussite" destiné "aux élèves méritants issus de milieux modestes" qui y bénéficient d’un encadrement renforcé, selon le Conseil général.

Répondre à cet article