> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Ethnicité, Racisme, Immigration > Ethnicité, Racisme, Immigration (Positions politiques et syndicales) > Des syndicats et associations saisissent le Défenseur des droits pour (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Des syndicats et associations saisissent le Défenseur des droits pour discrimination à la scolarisation des enfants étrangers en Guyane

8 octobre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Dénis du droit à l’école pour les enfants en Guyane
Demande d’intervention du Défenseur des Droits pour faire cesser les discriminations
vendredi 17 juin 2011

Réclamation relative aux mesures discriminatoires en matière de droit à l’éducation en Guyane, plus particulièrement à l’encontre d’enfants étrangers et ceux issus de groupes minoritaires, 17 juin 2011

Présentation

Le 14 septembre 2009, la Haute autorité contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) constatait que la scolarisation était entravée par plusieurs exigences abusives de documents en matière d’inscription scolaire et d’accès à la cantine [1]. Elle validait les solutions élaborées en 2006 par l’Observatoire de la non scolarisation en Guyane et recommandait aux autorités compétentes de mettre fin à ces « pratiques litigieuses ». Elle relevait enfin la faible scolarisation des nouveaux arrivants et un manque manifeste de suivi des dispositifs d’accompagnement.

Or, en octobre 2010 le collectif pour la scolarisation de tous les enfants en Guyane constatait qu’« après les délais prescrits aux mairies pour rectifier leurs listes de pièces à fournir pour l’inscription des enfants à l’école, les demandes ne correspondent toujours pas aux recommandations de la Halde, malgré quelques modifications » ; il ajoutait que si les faits persistaient, il se verrait « contraint de préparer une nouvelle saisine pour que l’accès à l’éducation soit enfin une réalité pour tous les enfants de Guyane ».

En 2011, malgré quelques adaptations, les pratiques constatées par la Halde perdurent ; elles concernent principalement l’accès à l’éducation de nombreux jeunes étrangers ou issus de groupes minoritaires. L’échec scolaire est d’ailleurs prépondérant pour ces mêmes jeunes, tant par un système scolaire ignorant les diversités culturelles et linguistiques que par des transports inadaptés à la dispersion géographique.
Les associations et syndicats signataires ont donc présenté au Défenseur des Droits, le 17 juin 2011, une réclamation relatives aux mesures discriminatoires en matière de droit à l’éducation en Guyane.

Signataires de la saisine

Associations et les syndicats présents en Guyane

Collectif pour la scolarisation de tous les enfants de Guyane :
Association DAAC (Développement, Accompagnement, Animation, Coopération), Association Grand Pays, Cimade-Guyane, Echade/Agora, LDH section de Cayenne

Sections syndicales :
Sgen-CFDT, SE-Unsa, Snes-FSU, SNUIPP-FSU, Sud Éducation

Associations et syndicats nationaux :

Collectif Migrants outre-mer (Mom)
ADDE, Aides, CCFD, Cimade, Collectif Haïti de France, Comede, Gisti, Elena, LDH, Médecins du Monde, Mrap, Secours catholique /Caritas France

Fédération syndicale unitaire (FSU)

Fédération de l’éducation, de la recherche et de la culture (Ferc-CGT)

Fédération des syndicats de SUD-éducation

Extrait de migrantsoutremer.org : Dénis du droit à l’école pour les enfants en Guyane

Répondre à cet article

1 Message

  • Vous noterez aussi dans cette demande au défenseur des Droits une analyse de la discrimination liée aux internats d’excellence dans le dispositif d’accueil des lycéens de sites isolés, dont de jeunes Amérindiens, et le choix discutable d’accueillir ces jeunes Amérindiens dès 11 ans en collège par le biais d’un internat également dit d’excellence, cogéré par l’éducation nationale et l’évêché ( la Guyane est toujours sous concordat) .

    l’insee a aussi publié un état de l’école en Guyane qui montre la réalité de la non scolarisation surtout dans l’ouest guyanais
    Merci de votre attention

    Répondre à ce message