> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, SOCLE > Laïcité > Laïcité (Positions politiques et syndicales) > La polémique sur les parents accompagnant des sorties scolaires (suite) : La (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La polémique sur les parents accompagnant des sorties scolaires (suite) : La Ligue approuve la ministre. Le SE-UNSA demande aux recteurs "des procédures claires" et le SNPDEN aux ministres des "textes solides"...

4 novembre 2014

Additifs du 04.11.14 :
Un communiqué de la Ligue
[...] En énonçant que « l’acceptation de leur présence aux sorties scolaires doit être la règle et le refus l’exception », la ministre veut « renouer le lien de confiance distendu entre les parents et l’école, en évitant les tensions et les provocations. »

La Ligue de l’enseignement approuve cette position car elle apporte une réponse adaptée aux situations locales. Elle permet aux membres des équipes pédagogiques de favoriser les implications fructueuses des parents issus de toutes les diversités culturelles en les distinguant de celles qui manifesteraient des comportements prosélytes qui doivent être interdits lors des sorties scolaires.
La Ligue de l’enseignement insiste sur la nécessité d’associer TOUS les parents d’élèves à tous les processus permettant la démocratisation de l’institution scolaire. Les sorties scolaires qui valorisent les parcours culturels et artistiques, les pratiques sportives doivent s’intégrer dans le cadre de projets éducatifs de territoires partagés. Pour cela, la Ligue de l’enseignement exprime toute sa confiance aux enseignant-e-s et aux directeurs-trices d’écoles qui, par leurs compétences, leur expérience et leur connaissance des usagers du service public fréquentant leurs établissements, sont les plus à même de choisir les accompagnateurs et accompagnatrices des sorties scolaires. Ils doivent être assurés du réel soutien de la hiérarchie de l’Éducation nationale dans les situations difficiles et tous les acteurs de l’éducation doivent bénéficier d’une formation initiale et continue à la laïcité et aux faits religieux comme faits sociaux. Ils peuvent compter sur la contribution des associations éducatives complémentaires de l’École.

Extrait de laligue.org du 04.11.14 : Rappelons la véritable portée dela laïcité à l’école

 

Un communiqué du SE-UNSA
[...] Les sorties scolaires sont des activités pédagogiques dans le cadre de l’Ecole publique

Pour le SE-Unsa, cette attitude pose plusieurs problèmes, sur le fonds comme sur la forme. Sur le fonds, les sorties scolaires sont des activités pédagogiques hors des murs de l’école, mais sur temps scolaire et dans le cadre des programmes. C’est donc bien l’Ecole publique qui se transporte ailleurs. D’ailleurs, si les parents d’élèves sont sollicités, notamment dans le 1er degré, c’est bien parce que des taux d’encadrement sont imposés par le ministère de l’Education nationale.

A ce titre, tous les intervenants devraient nécessairement avoir une obligation de neutralité. Il revient donc à la puissance publique de répondre au flou juridique existant afin de faire appliquer le principe de laïcité.

De plus, quand la ministre en appelle au discernement des responsables locaux, elle entretient l’idée d’une laïcité à géométrie variable en fonction des territoires et des acteurs locaux, tout à fait contraire au principe constitutionnel d’indivisibilité de la République.

Les enseignants sont en première ligne
Sur la forme, les acteurs de terrain, notamment les enseignants qui sont en première ligne, sont à nouveau livrés à eux même, sans directives précises, ni accompagnement de la part de leur hiérarchie.

L’avis du Conseil d’Etat précise que « des restrictions à la liberté de manifester leurs convictions […] peuvent […] être décidées et appliquées dans la mesure rendue nécessaire par le maintien de l’ordre public et le bon fonctionnement du service public. » A partir de quand le « bon fonctionnement » du service public est-il en péril ? Est-ce une question de taille du foulard, de couleur ou d’attitude ?

Pour le SE-Unsa, il est indispensable que les recteurs et les DASEN mettent en place des procédures claires en cas de conflits sur cette question : que doit faire le-la directeur-trice ou l’enseignant-e ? comment établir le dialogue ? à quel moment doit-on faire remonter à l’IEN, au DASEN ou au recteur pour arbitrage ?

Extrait de se-unsa.org du 04.11.14 : Parents accompagnant les sorties scolaires : ça ne va toujours pas

 

La position de Philippe Tournier (SNPDEN)
[...] P Tournier insiste sur les responsabilités gouvernementales. "Il faut que les pouvoirs publics s’emparent vraiment de cette question. Sur le voile par exemple, on est consterné de voir que sur un sujet de cette importance les ministres donnent leur avis avec légèreté. Puis aucun élément solide ne vient aider les personnels de direction. Il faut que les ministres assument leur position avec des texte solides", nous a-t-il dit.

Extrait de cafepedagogique.net du 04.11.14 : Personnels de direction et parents : le grand écart

 

Henri Pena-Ruiz, philosophe, écrivain et maître de conférences à Sciences-Po Paris, vient de recevoir plusieurs prix pour son Dictionnaire amoureux de la laïcité. Selon lui, la laïcité française est en crise. Entretien.

[...] Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, vient de déclarer que les accompagnatrices de sorties scolaires n’étaient pas tenues d’observer une neutralité vestimentaire. C’est une erreur.

Pour quelles raisons ?
Si l’on considère que les sorties scolaires font partie de l’enseignement, les accompagnateurs doivent être soumis aux mêmes règles déontologiques que les personnels de l’Education nationale. Imagine-t-on un accompagnateur scolaire qui viendrait revêtu d’un tee-shirt sur lequel serait écrit « Dieu n’existe pas » ? Non. Alors il en va de même pour toute tenue religieuse

Extrait de vousnousils.fr du 31.10.14 : Henri Pena-Ruyz. La Laïcité ne va pas très bien en France

 

[...] Pour autant, au-delà de ce constat global qui n’ignore pas des difficultés locales graves et des situations de radicalité inquiétantes, il nous faudra travailler ensemble sur des questions qui continuent d’interroger l’institution régulièrement.

Je pense notamment à la situation des parents accompagnateurs de sorties scolaires. Tout en rappelant mon attachement à la neutralité du service public, je vous indique que ma position est conforme à celle qu’a rappelée le Conseil d’État : "les parents accompagnant des sorties scolaires ne sont pas soumis à la neutralité religieuse". Ils ne peuvent être considérés comme des agents auxiliaires du service public et soumis aux règles du service public.
Pour autant, il peut y avoir des situations particulières, liées par exemple à du prosélytisme religieux, qui peuvent conduire les responsables locaux à recommander de s’abstenir de manifester leur appartenance ou leurs croyances religieuses. C’est un équilibre qui doit être trouvé par les responsables de terrain et les cas conflictuels restent heureusement limités.
Pour autant, je veux réaffirmer un principe et une orientation. Le principe c’est que dès lors que les mamans (les parents) ne sont pas soumises à la neutralité religieuse, comme l’indique le Conseil d’État, l’acceptation de leur présence aux sorties scolaires doit être la règle et le refus l’exception.
L’orientation, c’est celle de l’implication des familles dans la scolarité de leur enfant et la vie de l’école. Au moment où je veux absolument renouer le lien de confiance, qui s’est distendu, entre les parents et l’école, au moment où nous voulons multiplier les initiatives de terrain en ce sens, tout doit être mis en œuvre pour éviter les tensions. Cela suppose d’éviter les provocations et de faire preuve de discernement. Je fais confiance aux acteurs de terrain et je serai attentive à ce que cette logique d’apaisement et d’implication collective pour la réussite des enfants soit partout mise en œuvre. [...]

Extrait de education.gouv.fr du 21.10.14 : Discours de Najat Vallaud Belkacem à l’Observatoire de la laïcité

 

Eric Ciotti et Michel Terrot , deux députés UMP, proposent deux lois relatives à la laïcité en éducation. Eric Ciotti souhaite voir établi dans la loi l’interdiction pour les accompagnateurs (-trices) de sorties scolaires de porter un signe religieux. Il entend ainsi circonvenir une décision du conseil d’Etat et faciliter l’application de la circulaire Chatel."Sans le respect de la laïcité il ne peut y avoir dans notre pays de cohésion nationale", écrit-il.

Une autre proposition de loi déposée par Michel Terrot veut imposer le respect de la laïcité dans les crèches. L’UMP ira-t-elle jusqu’à appliquer ces lois de "cohésion nationale" dans toutes les écoles... ?

Extrait de cafepedagogique.net du 24.10.14 : L’UMP attaque sur la laïcité

 

Mamans Toutes Egales (MTE) combat depuis sa création contre les discriminations faites aux mères musulmanes voilées à qui il leur est refusé d’accompagner leurs enfants lors de sorties scolaires. Le collectif appelle à rencontrer Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, et réclame à nouveau l’abrogation de la circulaire à l’origine de l’interdiction. Saphirnews reproduit ici la lettre dont le contenu adressé à la ministre nous a été parvenu.

A l’attention de Madame la ministre de l’Education nationale

Cela fait trop longtemps que nous, mères d’élèves scolarisés à l’école publique, sommes exclues des sorties scolaires de nos enfants et que ces derniers subissent cette violence de plein fouet tous les jours.

Nous le devons à M. Luc Châtel, qui nous a stigmatisées et a permis à certains enseignants de nous désigner comme les parias de l’école… tout en continuant d’attendre de nous la confection de gâteaux pour les kermesses et autres fêtes de l’école ! Mais aussi à M. Vincent Peillon qui, par son inaction, a laissé se perpétuer notre exclusion. Malgré l’avis du Conseil d’État du 23 décembre 2013, rappelant que la loi d’interdiction des signes religieux ostensibles ne s’applique pas aux parents accompagnateurs et accompagnatrices de sorties scolaires, la situation d’arbitraire et d’exclusion demeure inchangée, sur le terrain. [...]

Extrait de saphirnews.com du 24.10.14 : Mamans toutes égales écrivent à Najat Vallaud Belkacem contre les discriminations

 

La bi-nationale Najat Belkacem vient de cracher le morceau : les parents des élèves en sorties scolaires ne sont pas soumis à la neutralité religieuse. En conséquence, sauf exception, il n’est plus admis de leur opposer un refus. De quelles exceptions s’agit-il ? D’après le ministre de l’Éducation nationale, il s’agit de « situations particulières », liées par exemple au prosélytisme religieux. Et le port du voile ou de la burqa n’en ferait pas partie ?

Extrait de bvoltaire.fr du 24.10.14 : Quand NVB autorise le voile dans l’espace public

 

Note du QZ : Cette question n’est pas spécifique à l’éducation prioritaire mais elle se pose sans doute plus fréquemment dans les territoires marqués par une forte présence de personnes issues de l’immigration.

Répondre à cet article