> ARCHIVES : Ozp, Bnf, An... > 558 articles d’actions locales non indexés 2005-2008 > année 2005 > novembre > 18/11/05 - « Les ZEP, ces écoles pour Arabes » : l’action de l’association (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

18/11/05 - « Les ZEP, ces écoles pour Arabes » : l’action de l’association Zy’va auprès des mères à Nanterre

18 novembre 2005

Extrait du «  Figaro » du 17.11.05 : A Nanterre, l’association Zy’va reconstitue le tissu familial pour apaiser les esprits

Pourquoi des quartiers réputés « chauds » ne se sont pas embrasés ? La paix se révèle plus subtile à déchiffrer que l’émeute. Influence des trafiquants, soucieux d’opérer en paix ? Emprise d’un islam rigoriste, qui cautionne la ségrégation ethnique ? Parfois.

Mais les parents restent les premiers éducateurs. Là, où les familles sont impliquées et soutenues, « ça va mieux », relatent travailleurs sociaux et leaders associatifs. « et cela change tout », « Les jeunes savent que l’on connaît leurs parents, ils biaisent moins », « complicité culturelle ». explique le directeur, qui refuse, dans un quartier majoritairement peuplé de Maghrébins, de fonctionner sur une assure Hafiz Rhamouni, fondateur et directeur de cette structure, qui fonctionne avec 400 000 euros par an. Au lieu d’offrir une aide segmentée, concentrée sur un public, l’association vise la famille dans sa globalité. A Nanterre (Hauts-de-Seine), dans la cité des Pâquerettes, l’association Zy’va accueille depuis douze ans mamans et adolescents ensemble, « Nous ne sommes pas au bled. Nous enseignons les moeurs françaises. » A terme, malgré des résistances, les jeunes apprécient de voir leurs mères « s’épanouir, se normaliser ».

(...)

Comme Mourad, 16 ans, qui montre d’une main « l’échec scolaire » et de l’autre « les tentations, des copains qui te proposent de gagner de l’argent facilement ». Il vient de comprendre, « trop tard », qu’il jouait son destin dans ces salles de classe. « En primaire, tu peux chahuter et suivre. Après t’es largué et tu souffres. Je souffre. » Depuis Mourad regarde vers le large, au-delà de la cité : « Il ne faudrait pas nous mettre dans les mêmes classes. Je m’en fous d’aller loin pour étudier.

Au contraire, ce serait l’occasion de se créer une autre image, de réussir. » Les mères connaissent les soucis de la ZEP, ces écoles « pour Arabes, que les Français ont désertées ». Pour autant, elles ne cèdent pas à la fatalité. Elles dépeignent un avenir à l’image de leur vie, « en amélioration ». Cet horizon éclairci explique pour une bonne part le calme des derniers jours aux Pâquerettes quand d’autres cités brûlaient. « Plutôt que de traîner, on va à Zy’va. Y’a de l’ambiance. On y rencontre tout le monde, même les instituteurs ! »

Cécilia Garbizon

Répondre à cet article