> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Pauvreté, Aide sociale > Pauvreté et Aide sociale (Rapports officiels) > Pauvreté et inégalités avant et après la crise sanitaire : - Stabilité en 2019 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pauvreté et inégalités avant et après la crise sanitaire : - Stabilité en 2019 (11,7% des ménages) des personnes pauvres en conditions de vie, Insee - L’explosion des inégalités : classes, genre, génération, Editions de l’Aube, mars 2021

18 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

La part de personnes pauvres en conditions de vie est stable en 2019
INSEE RÉSULTATS
Cet Insee Résultats explore la pauvreté en conditions de vie des ménages à partir de l’enquête Statistiques sur les Ressources et les Conditions de Vie (SRCV). L’indicateur français de pauvreté en conditions de vie des ménages mesure la part de la population incapable de couvrir les dépenses liées à au moins huit éléments de la vie courante sur 27 considérés comme souhaitables, voire nécessaires, pour avoir un niveau de vie acceptable. Il est décliné selon l’âge, le niveau de vie du ménage, la composition de la famille, le diplôme, la catégorie socioprofessionnelle, la situation vis-à-vis de l’emploi et l’unité urbaine

En 2019, en France métropolitaine, 11,7 % des ménages sont pauvres en conditions de vie (figure 1), c’est-à-dire qu’ils subissent au moins 8 des 27 privations ou insuffisances de biens matériels ou d’éléments de confort identifiés comme participant au bien-être matériel standard (au sens où ces éléments sont largement diffusés au sein de la population ; documentation). Cette part est stable entre 2018 et 2019.
L’indicateur global de pauvreté en conditions de vie liste quatre types de difficultés : insuffisance de ressources, retards de paiement, restrictions de consommation et difficultés de logement. Retards de paiement et difficultés de logement ont tendance à baisser depuis 2004 ; respectivement 7,5 % et 6,1 % des ménages sont concernés en 2019 (figure 2). La part des ménages déclarant une insuffisance de ressources est pour sa part proche de son niveau de 2004 ; elle baisse toutefois depuis son point haut de 2014, diminuant de 0,6 point entre 2018 et 2019 pour atteindre 13,3 %. À l’inverse, les restrictions de consommation augmentent en 2019 (+ 1 point par rapport à 2018). Les évolutions contrastées des différents types de privation constituant l’indicateur de pauvreté en conditions de vie français expliquent sa stabilité entre 2018 et 2019.

Extrait de insee.fr du 12.05.21

 

L’explosion des inégalités : classes, genre et générations face à la crise sanitaire
Anne Lambert (dir.), Joanie Cayouette-Remblière. Préface de Domonique Méda
Edit. de l’Aube, mars 2021

« Le texte que l’on va lire permet de donner une assise solide à ce qui pourrait n’apparaître que comme des affirmations sans fondement. Il apporte la preuve scientifique que la crise sanitaire a révélé et exacerbé des inégalités sociales trop souvent invisibilisées. Il constitue un travail de première importance qui fera sans aucun doute date, comme la publication de La misère du monde de Pierre Bourdieu en 1993 avait fait date, en révélant au public les fractures à l’œuvre dans la société française. »
Dominique Méda

Extrait de editiondelaube.fr du 18.06.21

 

Voir aussi Comment la crise sanitaire a aggravé la pauvreté : un rapport du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et les exclusions sociales et un dossier du Monde

Répondre à cet article