> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Positions) > Education. Généralités (Positions de chercheurs et experts ex-responsables du (...) > Blanquer, Bayrou, Fouchet : retour sur trois ministères qui ont duré plus de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Blanquer, Bayrou, Fouchet : retour sur trois ministères qui ont duré plus de 4 ans (Claude Lelièvre et revue de presse spéciale des Cahiers pédagogiques)

23 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Longueur ou langueur ? / Effets COVID / Univers Sup / Bulles
Quatre ans, oui quatre ans, que retiendra-t-on du règne Blanquer sur l’Éducation Nationale ? Des annonces, des dénis, des conflits ? Le COVID marquera certainement nos mémoires personnelles et éducatives, laissant des traces surtout là où l’école peine à imposer sa primauté face à la précarité, à l’impératif de la survie. Cette semaine aussi, visite dans les méandres de l’enseignement supérieur, terre de contrastes. Et des bulles offertes par la réflexion et la créativité. Bonne lecture.

Extrait de cafepedagogique.net du 23.05.21

 

Blanquer, c’est comme l’éternité : c’est long sur la fin
Quatre ans ont passé depuis sa nomination le 17 mai 2017. A-t-il encore beaucoup à montrer pour son image dans l’Histoire ? On peut en douter. Deux ministres seulement ont duré plus que lui depuis l’instauration d’un ministère de l’Instruction publique il y a presque deux siècles : Christian Fouchet et François Bayrou.

François Bayrou a été ministre de l’Education nationale du 30 mars 1993 au 2 juin 1997 (soit quatre ans et deux mois)

Trois ans avant sa nomination, il avait publié un ouvrage ( « La décennie des mal-appris ») où son ambition déclarée était d’opérer une « révolution magistrale », c’est à dire une transformation de l’Ecole par le maître et non par l’administration et l’organisation. [...]

Christian Fouchet a été ministre de l’Education nationale du 29 novembre 1962 au 6 avril 1967 (soit 4 ans, 4 mois et 8 jours) et il détient toujours le record de longévité.

La ’’réforme Fouchet’’ du CES.
Des « collèges d’enseignement secondaire » sont créés par décrets le 3 août 1963. Ils comprennent « trois groupes de sections, caractérisées par leur pédagogie propre » : un enseignement général long, classique ou moderne, dispensé par des professeurs agrégés ou certifiés ; un enseignement général moderne court assuré par des professeurs de collège bivalents ; un enseignement terminal encadré par des instituteurs en principe spécialisés (sixième et cinquième de « transition » ; quatrième et troisième « pratiques »)
La décision de supprimer les classes de fin d’études des écoles primaires est prise. Le primaire va finir par se limiter à l’élémentaire au cours des années 1970. Une école moyenne de quatre années (avec un cycle dit d’observation de deux ans suivi d’un cycle dit d’ « orientation de deux années) succède à l’élémentaire

Les réformes ’’Fouchet’’ du supérieur
[...]

[...] Ce grand ensemble de réformes structurelles a été institué sans lois et par simples décrets en quatre ans .

En regard, on peut se demander ce qui restera du long ministère de Jean-Michel Blanquer par delà l’écume de ses incessantes prises de parole médiatiques . On verra. Et certains des lecteurs de cet article feront sans doute déjà part de leur ’’petite idée’’.

Extrait de mediapart.fr/claude-lelievre du 20.05.21

Répondre à cet article