> ENSEIGN. SUPERIEUR et OUVERTURE SOCIALE > Enseign. supérieur (Général.) et condition étudiante > Un testing dans les universités révèle des discriminations lorsqu’on porte un (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un testing dans les universités révèle des discriminations lorsqu’on porte un nom de famille maghrébin (Le Monde)

16 février

Un testing dans les universités révèle des discriminations lorsqu’on porte un nom de famille maghrébin
Une étude menée sur 600 masters établit que près d’un master sur cinq réserve un accueil discriminatoire à une demande d’un candidat dont le nom est Mohamed Messaoudi.

Mohamed Messaoudi, Lucas Martin et Thomas Legrand : trois étudiants fictifs bientôt titulaires d’une licence interrogent par écrit des responsables de masters sur les modalités de candidature à leurs formations. Tous trois n’obtiendront pas automatiquement la même réponse, comme le révèle un « testing » réalisé auprès de 19 universités, publié mardi 15 février.

Pour évaluer les discriminations liées à l’origine et au handicap dans l’accès aux formations, une équipe de recherche du tout nouvel Observatoire national des discriminations et de l’égalité dans le supérieur (Ondes), piloté par l’université Gustave-Eiffel, a généré plus de 1 800 demandes d’information sur les modalités de candidature. Elles ont été envoyées, en mars 2021, aux responsables de 607 masters, signées par un candidat de référence, un candidat indiquant qu’il se déplace en fauteuil roulant et un candidat avec un nom et un prénom originaires d’Afrique du Nord.

Extrait de lemondefr du 15.02.22

Répondre à cet article