> EDUCATION PRIORITAIRE > L’EDUC. PRIORITAIRE au cinéma et à la TV > EDUC. PRIOR. Autres Films et Emissions TV > Sortie en salle du film documentaire "En nous", de Régis Sauder, où l’on (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Sortie en salle du film documentaire "En nous", de Régis Sauder, où l’on retrouve 10 ans plus tard les lycéens des quartiers nord de Marseille, acteurs de "La Princesse de Clèves " (Le Café)

23 mars

Additif du 23.03.22

Le film de la semaine : « En nous » » de Régis Sauder
Que vaut la promesse d’égalité de l’école républicaine aujourd’hui ? Dans quelle mesure répond-t-elle aux aspirations des jeunes issus de milieux défavorisés ? Le documentariste Régis Sauder, dés ses débuts, interroge les fondements de l’institution scolaire à travers une démarche singulière. En 2011, il s’engage déjà avec « Nous, princesses de Clèves » dans un travail de création originale en y association des élèves du lycée Diderot des quartiers Nord de Marseille en train d’étudier avec leur professeure de Français le premier roman de la littérature classique. Avec une tendre empathie, le cinéaste filme alors, plein cadre, dans la maison en famille, en extérieur entre copains ou dans l’espace ultramoderne de leur établissement, des adolescents enthousiastes portant à un haut niveau d’exigence leur appropriation d’un texte ancien [1678], celui de Madame de La Fayette. Filles et garçons investis dans l’expérience se projettent par le jeu dans le destin des protagonistes : la modernité du roman, à travers les interdits de l’amour et les intrigues de cour d’autrefois, résonne fortement dans les cœurs et les esprits.
Dix ans plus tard, Régis Sauder, qui n’a jamais perdu le contact avec ses ‘personnages’, les retrouve et entreprend avec les volontaires une nouvelle aventure cinématographique : « En nous ». Que sont ses amis devenus ? Quelle trace en eux du beau texte littéraire tant apprécié ? Que reste-t-il de leurs craintes, de leur révolte, de leur désir d’égalité ? Quel regard portent-t-ils sur les épreuves surmontées et le chemin parcouru ? « En nous », épopée intime et plurielle, nous offre le portrait vivant et subtil d’une jeune génération, incarnée par des ‘acteurs’ de leur propre vie en héros émouvants qui crèvent l’écran.

De l’embellie de « La Princesse de Clèves » à la dureté du monde

Au fil de notre découverte de l’existence professionnelle et affective de Cadiatou, Laura, Morgane, Aurore, Sarah, Virgine, Anaïs, Armelle, Albert et Abou, des images passées (sans rappel explicite du contexte lycéen d’alors) tissent un fil invisible –pourtant fondateur- qui relie chaque vie en devenir à l’expérience pédagogique et humaine vécue avec Emmanuelle leur professeure de Français (et avec le réalisateur) grâce à l’appropriation d’un grand classique, ‘La Princesse de Clèves’. Une référence littéraire considérée en 2006 par le candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy comme ne devant pas faire partie du programme des concours administratifs.

D’une certaine façon, les jeunes adultes, de nouveau embarqués dans le second documentaire, « En nous », relèvent le défi d’un enrichissement et d’une élévation personnelle et sociale par l’expérience partagée au lycée de la culture classique. Ils savent-et ils le disent devant la caméra avec leurs mots- que la route est semée d’embûches, et qu’ils sont contraints à se battre, davantage que d’autres, pour construire leur parcours. Dépasser les préjugés familiaux en matière de sexualité ou de condition féminine, par exemple. Vaincre les a priori de classe et les clichés associés à la supposée sous-culture des cités.

Pharmacienne, cadre de la fonction publique ou laborantine, pour les unes, infirmier conduit à quitter le public pour le privé par la crise sanitaire ou moniteur d’auto-école pour d’autres, construction d’une vie familiale et parentale par le mariage avec une personne du même sexe, féminin en l’occurrence, vie sentimentale cabossée pour une mère qui n’a pas la garde de son enfant ou maman célibataire habitée par le désir d’épanouissement pour son jeune fils. Déplacements linguistiques et professionnels dans plusieurs pays d’Europe en quête d’un ancrage durable, stabilisation à Marseille près des siens ou retour au bercail après une passion homosexuelle déçue, installation en région parisienne comme une étape de réussite sociale et professionnelle…

Mises à distance géographiques ou pas, tous les protagonistes, filmés avec une attention délicate, dans une complicité intelligente, traduisent le double mouvement qui les mobilise et son ambivalence : s’arracher au milieu d’origine (et à certaines croyances ou habitudes oppressantes) sans le renier et prendre son envol au plus près de ses aspirations, quitte à y laisser des plumes, blessures profondes ou processus d’exclusion à dépasser…

Saga épique, acteurs héroïques : un cinéma de la lucidité

Par l’alternance des scènes au présent et des archives du temps scolaire passé, par le croisement des destins individuels déjà dessinés ou encore incertains (mais tous portés par la volonté de tenir debout face à l’adversité et aux défaillances), « En Nous » compose hors des sentiers battus et des représentations attendues le portrait d’une jeune génération originaire des quartiers populaires, dans sa richesse et sa diversité, capable de déployer d’infinies ressources d’énergie pour s’émanciper.

La pertinence du documentaire de Régis Sauder réside dans ses partis-pris de réalisation. Retour dix ans plus tard auprès des lycéens protagonistes d’une expérience séduisante qui aurait pu rester sans lendemain, mise à l’épreuve de la validité de cette première entreprise pédagogique et aventure humaine, engagement des jeunes adultes dans le processus de création d’une histoire, individuelle et plurielle, de leur destin en devenir.

Une démarche artistique généreuse qui offre une nouvelle fois à ses jeunes adultes en construction un ‘territoire’ de cinéma à conquérir, un territoire habité par la transmission et traversé par les interrogations en voix off d’Emmanuelle, leur professeure de Français toujours en poste au lycée Diderot.

« Je sais bien qu’il n’y a rien de plus difficile que ce que j’entreprends ». Cette phrase prononcée par l’héroïne de ‘La Princesse de Clèves’ résume le propos du réalisateur, de son propre aveu. Autrement dit : Regarder « En nous » et partager personnellement et collectivement les débuts dans l’existence d’une nouvelle génération ‘héroïque’ qui ne s’en laisse pas conter.

Samra Bonvoisin

« En nous », film documentaire de Régis Sauder-sortie le 23 mars 2022

Extrait de cafepedagogique.net du 23.03.22

 

A voir... "En nous", de Régis Sauder - En salle le 23 mars

Bande annonce
15 Mars 2022 , Rédigé par Shellacfilms Publié dans #Education, #Cinéma

Il y a dix ans, Emmanuelle, professeure de français d’un lycée des quartiers Nord de Marseille, participait à un film avec ses élèves. A partir de l’étude de LA PRINCESSE DE CLÈVES, Abou, Morgane, Laura, Cadiatou et les autres énonçaient leurs rêves, leurs désirs et leurs peurs. Tous se retrouvent aujourd’hui, les souvenirs se mélangent aux récits de leur vie et des obstacles à surmonter.

Que reste-t-il de leurs espoirs de liberté, d’égalité et de fraternité ? « Je sais bien qu’il n’y a rien de plus difficile que ce que j’entreprends », cette phrase du roman trouve plus que jamais écho en eux.

En nous. Film d’ouverture - Cinéma du Réel 2022

Plus d’infos sur shellacfilms.com

Voir aussi ci-dessous sur le site de France Culture

Extrait de demain-lecole de mars 2022

 

Recherche sur le mot cleves

Répondre à cet article