> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Climat scolaire, Harcèlement > Climat, Harcèlement (Etudes univers.) > A Roubaix, une enquête de la JOC révèle les violences liées aux préjugés dont (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

A Roubaix, une enquête de la JOC révèle les violences liées aux préjugés dont sont victimes les jeunes des quartiers populaires (La Croix)

30 mai

« Faire que les préjugés ne se transforment pas en violence »
Agir
Ils nous inspirent. Samedi 28 mai, Aurélia Deconinck, 23 ans, présidente de la Jeunesse ouvrière chrétienne de Roubaix-Tourcoing, dévoilera les résultats d’une enquête sur les violences liées aux préjugés dont sont victimes les jeunes des quartiers populaires.

« Trop de jeunes des quartiers populaires, ici à Roubaix, Tourcoing et dans la Vallée de la Lys, sont victimes de harcèlement à cause de préjugés et de discriminations comme le poids, le fait de porter des lunettes, la religion aussi… Ce thème revenait souvent dans les discussions, d’où le choix de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) de se pencher sur ces violences avec la formule : “Au-delà des masques, faisons tomber les préjugés.”

Roubaix est déjà une ville marquée par les préjugés. J’y suis née, j’y vis et, ici, si tu n’es pas comme tout le monde, si tu ne fais pas comme tout le monde, c’est parfois compliqué. J’ai moi-même été harcelée au collège, surtout à cause de mon poids. Avec la JOC, nous avons élaboré un questionnaire soumis aux jeunes de 13 à 30 ans de notre territoire dès la fin de l’année 2021. 414 personnes nous ont répondu. Nous avons ensuite analysé les données récoltées par sexe et par tranche d’âge et partagé les résultats aux jeunes : 81,88 % des sondés disent avoir été victimes de préjugés.

Ces violences prennent parfois des formes graves puisque 14,6 % des jeunes interrogés affirment avoir subi une agression physique ou sexuelle liée aux préjugés. En comparant avec l’enquête nationale sur le climat scolaire et la victimisation des lycéens (ministère de l’éducation nationale, 2018), on se rend compte que les jeunes des quartiers populaires interrogés sont deux à trois fois plus victimes de violences liées aux préjugés que la moyenne. Avec comme conséquence la perte de confiance en soi, comme l’expriment 77,38 % des jeunes victimes de préjugés.

Extrait de la-croix.com du 27.05.22

Répondre à cet article