> ENSEIGN. SUPERIEUR et OUVERTURE SOCIALE > Ouverture sociale > Ouverture sociale. Sciences Po > Les conventions ZEP-Sciences Po (Généralités) > Sciences Po renforce son programme de Conventions d’éducation prioritaire (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Sciences Po renforce son programme de Conventions d’éducation prioritaire (CEP) qui concerne maintenant 198 lycées dont les 3/4 hors Ile-de-France (ToutEduc) (QZ)

21 juin

Le programme du nouveau directeur de Sciences Po pour renforcer les CEP
Paru dans Scolaire le lundi 20 juin 2022.
“Il ne suffit pas de décréter l’égalité des chances pour qu’elle existe“, considère Mathias Vicherat alors que Sciences Po fait connaître lundi 20 juin son plan de renforcement des conventions education prioritaire (CEP).

Le nouveau directeur de Sciences Po emboîte ainsi le pas de Bénédicte Durand (alors administratrice provisoire, ndlr) sur le dispositif d’extension et de refondation des CEP amorcé par l’an dernier (voir ToutEduc ici).

L’objectif de l’élargissement du nombre de lycées conventionnés est ainsi atteint, avec “l’intégration de nouvelles conventions éducation prioritaire pour 32 lycées, portant ainsi à 198 le nombre total d’établissements partenaires (contre 106 en 2020 et 166 en 2021)“, comme les lycées de l’Authie à Doullens dans la Somme, Simone Veil à Marseille ou encore Maurice Genevoix à Decize dans la Nièvre, répartis sur 29 académies ainsi que 7 territoires d’Outre-mer.

A partir de septembre, des élèves de 1ère et de terminale de ces établissements retenus pourront donc suivre des ateliers appelés “Premier campus” afin de les “préparer au mieux à l’accès à un cursus d’études dans l’enseignement supérieur et plus spécifiquement de les aider à s’inscrire dans une démarche de candidature à Sciences Po.“

De même, dès la rentrée universitaire 2023, “Sciences Po augmentera de 50 % le nombre d’admis par la CEP en première année“. Pour rappel, en 2020, 170 d’élèves issus de CEP avaient été admis sur les 2195 élèves intégrés à l’école. A noter que parmi les admis de 2021 issus de la voie CEP, 80 % avaient obtenu la mention “Très bien“ au baccalauréat.

Concernant l’insertion professionnelle, Sciences Po indique que 88 % des étudiants diplômés de Sciences Po en 2019 et issus de la voie CEP “ont trouvé un emploi dans les 6 mois suivant leur diplôme, et 75% travaillent dans le secteur privé“. Mais en 2020, seuls 134 élèves CEP ont été diplômés de l’école, soit un taux de 5,2 % sur les 2 574 élèves diplômés de l’école. Si seulement 1 élève sur 4 issu de CEP travaille dans le secteur public 6 mois après l’obtention du diplôme (35 environ), Sciences Po réaffirme malgré tout son engagement en faveur des classes préparatoires “Talents du service public” lancées au printemps 2021 par le ministère de la Transformation et de la fonction publique et destinées à “diversifier le recrutement au sein de la haute fonction publique“.

Est d’ailleurs constaté que le nombre de candidatures “Talents du service public” a doublé, avec 122 candidats cette année (60 en 2021), “dont les trois quarts sont issus de régions hors Île-de-France". Les étudiants sont répartis dans trois classes préparatoires de Sciences Po (Poitiers, Reims et Paris, par groupes de 15 à 20 élèves), et “bénéficient pendant une année universitaire d’un tuteur individuel et d’un encadrement pédagogique renforcé, de cours adaptés, de rencontres avec des hauts fonctionnaires et de nombreux entraînements aux concours“, mais également d’accompagnement matériel (accès au service de logement et de restauration du Crous, bourse de vie de 4 000 euros annuels).

Crées en 2001 pour “lutter contre les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur“, les Conventions Éducation Prioritaire “ont permis à plus de 2 400 lycéens d’intégrer Sciences Po et à plus de 14 000 lycéens de participer aux ateliers de préparation à l’enseignement supérieur“.

Cette politique d’aide à l’éducation consiste notamment à lisser les droits de scolarité en fonction des revenus des familles et à fournir une bourse de vie aux élèves issus des familles les plus modestes. A noter que plus d’un quart des élèves de Sciences Po sont boursiers du Crous, un nombre doublé en 15 ans. A noter également que c’est abusivement que ces conventions sont dénommées "éducation prioritaire" puisque seuls les collèges et les écoles qui s’y rattachent participent aux réseaux d’éducation prioritaire, REP et REP+.

Extrait de touteduc.fr du 20.06.22

 

Note du QZ : A l’époque de la création des CPE en 2001, les premiers lycées signant une "convention d’éducation prioritaire" faisaient partie des réseaux d’éducation prioritaire, mais depuis la création des REP et RRS en 2006, il n’y plus de lycée en éducation prioritaire.
LISTE COMMUNE de tous les lycées prioritaires : ECLAIR, DERS, sites d’excellence, quartiers Espoir banlieues, anciens lycées ZEP...

Répondre à cet article