> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage et absentéisme > E2C (Ecole de la deuxième chance) et Epide. > Ecoles de la deuxième chance : - une ouverture prochaine à Besançon - les 20 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ecoles de la deuxième chance : - une ouverture prochaine à Besançon - les 20 ans de celle de Saint-Denis (93)

10 août

Besançon. Une école de la deuxième chance bientôt à Planoise, pour une centaine de jeunes

Comment remobiliser des jeunes sans qualifications, sans diplômes et les aider à construire, pas à pas, un projet professionnel ? C’est le but des Écoles de la 2e Chance (E2C), et, bonne nouvelle, l’une d’entre elles ouvrira ses portes à Besançon, quartier Planoise, à l’automne 2022.

Les écoles traditionnelles « laissent quelques jeunes sur le carreau », résume Philippe Claus, lui-même ancien professeur et aujourd’hui président de la Ligue de l’Enseignement, fédération du Doubs. Sans diplôme, sans qualification, espérer trouver un emploi est mission impossible
[...]

Extrait de estrepublicain.fr du 28.04.22

 

Les 20 ans de l’Ecole de la 2e chance

Vendredi 8 juillet à Saint-Denis, en présence notamment de sa créatrice Edith Cresson, ancienne Première ministre et de Stéphane Troussel, président de la Seine-Saint-Denis, l’Ecole de la deuxième chance fêtait son vingtième anniversaire. L’E2C compte 4 sites dans notre département et y forme chaque année 624 jeunes sans diplôme ayant décroché du système scolaire.

[...]

Au sein de l’E2C (Ecole de la 2e chance), les jeunes travaillent en groupe, avec des niveaux hétérogènes, mais avec des parcours individualisés. « On propose d’abord des tests de positionnement pour savoir où en est le jeune en communication orale, ou s’il aura besoin d’utiliser les maths dans son projet professionnel », explique Kristell Collet, la responsable pédagogique. Au total, neuf domaines sont travaillés, de la culture à l’anglais, en passant par le développement durable. « L’objectif est d’acquérir des bases solides pour ensuite aller dans une formation où le jeune réussira aussi dans les matières générales », complète Dimitri Sandler, docteur en philosophie qui partage son temps entre des ateliers de philo et le poste de responsable communication de l’école.

Auto-évaluation travail par projet

Pas de notes et priorité à l’acquisition de savoirs directement utilisables en situation professionnelle. « Ils s’auto-évaluent et décident quand ils se sentent prêts à passer un nouveau test, précise Dimitri Sandler. Nous sommes là pour réparer collectivement ces jeunes abîmés par un passé scolaire souvent douloureux, ou une mauvaise orientation. On leur redonne confiance et un amour-propre. » La pédagogie par projets est encouragée, afin d’ancrer des savoirs et des compétences durablement. « En réalisant un CV, les stagiaires apprennent à utiliser Word, tout en essayant d’identifier leurs acquis et à les formaliser », illustre Kristell Collet.

Si chaque jeune suit un parcours personnalisé, le travail au sein de l’E2C repose sur trois piliers. Premier pilier, les ateliers de remise à niveau des savoirs fondamentaux : communication orale et écrite, mathématiques, numérique et bureautique… Le programme est adapté aux besoins de chaque stagiaire et de son projet. En Seine-Saint-Denis, les élèves abordent même la philosophie, la connaissance du monde contemporain, de l’EPS et du théâtre. Deuxième pilier, l’élaboration du projet professionnel.
« Beaucoup de jeunes arrivent avec un projet sous-dimensionné, car ils se sont trop souvent entendu dire : « Tu es un bon à rien ! » ou « Tu es nulle ! » tout au long de leur scolarité, explique Hervé Coué, directeur de l’E2C de La Courneuve. Notre rôle est de leur démontrer que même en ayant été en échec avant, ils ont du potentiel, et on va les aider à construire un projet plus élaboré. » Troisième pilier, le parcours citoyenneté. « C’est un point essentiel que nous avons voulu offrir aux jeunes du 93, car on ne peut pas intégrer le monde de l’entreprise sans avoir des bases d’un comportement citoyen », affirme le directeur. « Les stagiaires vont ainsi visiter la basilique de Saint-Denis, l’Institut du Monde arabe, le Panthéon et le musée des arts d’histoire du Judaïsme, avec un guide conférencier qui travaille avec nous depuis plusieurs années et dont la pédagogie est adaptée à notre public. »

Un réseau de 8 000 entreprises

[...]
EN 2022, L’E2C SEINE-SAINT-DENIS C’EST :
4 sites (La Courneuve, Pantin, Rosny-sous-Bois, Sevran)
624 stagiaires par an
68 % de sorties positives un an après le parcours
46 salarié·es
8 000 entreprises partenaires

Extrait de lemag.seinesaintdenis.fr du 03.07.22

Répondre à cet article