> Carte de l’EP et Carte scolaire en EP, > Carte de l’EP > Carte EP. Modifications (entrée/sortie) locales et acad. > Les enseignants et les parents d’élèves de l’école Soupetard à Toulouse se (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les enseignants et les parents d’élèves de l’école Soupetard à Toulouse se mobilisent pour un classement en REP+ (La Dépêche)

17 janvier

Toulouse : les enseignants et les parents d’élèves de l’école Soupetard se mobilisent pour intégrer le réseau d’éducation prioritaire

Enseignants et parents d’élèves de l’école primaire Soupetard à Toulouse manifestent, vendredi 12 janvier, pour de nouveau demander au rectorat un classement de l’établissement dans le réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+).

Toulouse : les enseignants et les parents d’élèves de l’école Soupetard se mobilisent pour intégrer le réseau d’éducation prioritaire

Comme d’autres écoles situées au nord de Toulouse, l’école primaire Soupetard souhaite intégrer le réseau d’éducation prioritaire.

Enseignants et parents d’élèves de l’école primaire Soupetard à Toulouse manifestent, vendredi 12 janvier, pour de nouveau demander au rectorat un classement de l’établissement dans le réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+).

C’est pour l’heure loin d’être acquis, mais la communauté éducative et les parents d’élèves de l’école primaire Soupetard renouvellent leur souhait pour cette nouvelle année de voir leur établissement intégrer à la rentrée 2024 le réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP +) qui concerne 40 écoles et 4 collèges en Haute-Garonne et 22 écoles et 4 collèges REP.

À l’appel de la FCPE, un nouveau rassemblement aura lieu, vendredi 12 janvier (16 heures), devant l’école Soupetard où les enseignants et les familles veulent réaffirmer cette volonté d’entrer dans le réseau REP + qui concerne les quartiers de Toulouse ou les secteurs isolés "connaissant les plus grandes concentrations de difficultés sociales ayant des incidences fortes sur la réussite scolaire",
[...]

Extrait de ladepeche.fr du 11.01.24

Répondre à cet article