> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Positions) > Educ. prior. Positions syndicales > L’éducation prioritaire dans la conférence de presse de rentrée du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éducation prioritaire dans la conférence de presse de rentrée du SNUipp

26 août 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

EXTRAITS DU DOSSIER DE PRESSE

[pages 15-18] Education prioritaire. Du nouveau pour les élèves et les enseignants

A cette rentrée, la nouvelle carte de l’éducation prioritaire se met en place
avec ses nouveaux labels, « REP+ » et « REP » (réseau d’éducation prioritaire) : exit
les RRS, RAR ou ECLAIR qui constituaient jusque-là l’empilement des sigles de
l’Éducation prioritaire. Cette nouvelle carte se fait à partir des collèges qui sont
labellisés « éducation prioritaire » et les écoles qui en dépendent.
Il y a désormais 1089 réseaux d’Éducation prioritaires : 357 réseaux REP+ et 732
réseaux REP. [Voir carte des académies page 15]

L’Éducation prioritaire en quelques chiffres :
A la rentrée 2014-2015, il y avait 6 596 écoles en éducation prioritaire :
 2 139 en ECLAIR (écoles, collèges, lycées, ambition, innovation, réussite)
 4 457 en RRS (réseau de réussite scolaire)
A cette rentrée, au moins 7 036 écoles sont en éducation prioritaire (selon une
enquête du SNUipp-FSU)
 2 596 en REP+ (réseau d’éducation prioritaire plus)
 4 440 en REP (réseau d’éducation prioritaire)
 Cette nouvelle carte ne répond pas à toutes les demandes et notamment
laisse de côté des écoles dites « isolées » (écoles dont le collège de référence
n’est pas classé en REP alors qu’elles avaient les critères pour y être). Le
SNUipp-FSU a chiffré à minima à 500 le nombre d’écoles qui n’entrent pas
dans la nouvelle carte alors qu’elles devraient.

De nouvelles dispositions pour l’éducation prioritaire.
Allègement de service en REP+ :
Les professeurs des écoles en REP+ ont 18 demi-journées annuelles d’allègement
d’enseignement.
Les enseignants sont remplacés sur leur temps de classe pour avoir du temps pour :
 se former,
 travailler en équipe sur des questions du métier (avec possibilité de rencontrer
les enseignants du second degré sur ces temps)
 rencontrer les parents.
770 postes ont été réservés à la mise en place de ce dispositif pour nommer les
enseignants assurant le remplacement des enseignants bénéficiant de ce dispositif.
Certains départements n’ont pas fléché de postes précis à cet effet et utiliseront les
brigades de remplacement, déjà insuffisante pour le remplacement des congés
maladie par exemple.

De nouvelles indemnités pour les enseignants :
Le montant de l’indemnité de sujétions spéciales (ISS) varie selon que l’on exerce en
REP, REP+ ou que l’on soit sorti de l’Éducation prioritaire et que l’on bénéficie de la
clause de sauvegarde : l’indemnité touchée par les enseignants en RRS ou ECLAIR
les années passées est maintenue pendant trois ans.

Des dispositifs pour aider les élèves dans leur scolarité :
Scolarisation des moins de trois ans dans chaque réseau.
Le ministère s’est engagé à mettre en place la scolarisation des moins de trois
ans dans chaque réseau.
A cette rentrée, 75 postes ont été attribués à ce nouveau dispositif. Depuis
trois ans, cela fait 755 postes alors que le ministère a pour objectif d’atteindre
3000 postes pour les moins de trois ans permettant la scolarisation de 30
% des enfants concernés d’ici 2017.
Plus de maîtres que de classes : 2 270 postes depuis trois ans alors que
le ministère vise 7000 postes pour la fin du quinquennat.
 Dimensions pédagogiques :
Les dimensions pédagogiques et la spécificité des conditions d’exercice du
métier qui nécessitent plus qu’ailleurs de la relation aux familles, du travail en
équipe, des collaborations éducatives commencent à être prises en compte.
Elles sont détaillées dans un référentiel de l’éducation prioritaire :
http://eduscol.education.fr/cid76446/referentiel-pour-l-education-prioritaire.htm

 Mesures « climat scolaire » :
o recrutement de 500 assistants de prévention et sécurité (je ne sais pas
où on en est de ça)
o élaboration d’un référentiel pédagogique de « bonnes pratiques »
intégrant les résultats de la recherche : http://eduscol.education.fr/cid76446/referentiel-pour-l-education-prioritaire.htm
o mise en place de fonds académiques pour financer actions et projets liés à la vie des réseaux
o actions d’éducation à la santé et affectation dans les réseaux d’une
infirmière avec un temps spécifique dédié au primaire
o dispositif d’accueil des parents.

[page 12 ]
Le SNUipp-FSU continue à demander un élargissement du périmètre de l’éducation prioritaire. De plus, il demande que le volume d’allègement soit proportionnellement égal à celui des collèges soit environ 30 demi-journées et que cet allègement soit généralisé à toutes les écoles de l’éducation prioritaire

[page 14]

Enseignant-es en éducation prioritaire : nouvelle indemnité et clause
de sauvegarde pour les sortants d’éducation prioritaire
.
De nouvelles indemnités sont instaurées en REP et en REP+
 : - 144,45 € /mois en REP (augmentation de 50% par rapport à l’indemnité en
RRS)
- 192,6 €/mois en REP + (indemnité RRS doublée)
Pour ceux qui sortent de l’EP, une clause de sauvegarde de trois ans
s’applique : - 96,30 € /mois seulement pour les enseignants affectés avant 2015
- Majoration maintenue pour la direction d’école : 20% pour les anciens RRS,
50% pour les anciens ECLAIR

 

[Page 7] La scolarisation des moins de trois ans (effectifs et taux) (voir tableau)
Depuis la rentrée 2000, année au cours de laquelle le plus grand nombre d’élèves de moins de 3 ans avaient été scolarisés soit 34,7%, le taux de scolarisation des élèves de moins de 3 ans a baissé de près de 23 points.
De 218 562 élèves de moins de 3 ans scolarisés en 2001, ils ne sont plus que 74 212 à être scolarisés dans le public en 2014/2015 (sur 813 979 enfants âgés de moins de 3 ans).
A la rentrée 2014, il existe 796 classes spécifiquement consacrées à la scolarisation
des moins de 3 ans, les autres enfants de moins de 3 ans scolarisés étant accueillis dans des classes multi-niveaux en maternelle.
Sur ces 796 classes :
- 515 ont fait l’objet d’aménagements spécifiques (15 élèves par classe, du matériel
adapté, un-e ATSEM dédié-e...)
- 220 sont sans aménagements spécifiques,
- 60 associent des services de la petite enfance.

Extrait de snuipp.fr du 24.08.15 : L’école primaire & ses enseignant-es : une priorité à investir

 

Éducation prioritaire
La carte stabilisée de l’éducation prioritaire se déploie à cette rentrée. Exit rrS,
rar et autres EclaIr, place à 732 rEp et 357 rEp + censés couvrir les territoires qui concentrent les plus grandes difficultés sociales et scolaires.
Un périmètre qui ne répond toutefois pas à l’en-semble des besoins et dont le SNuipp-fSu continue à demander l’élargissement.

Cette nouvelle géographie s’accompagne de dispositions spécifiques : un allègement de service de 18 demi-journées annuelles pour les enseignants en REp+ pour se former et développer le travail en équipe, et un nouveau régime indemnitaire (voir ci-dessous).
Pour le SNuipp-FSU, l’utilisation des 18 demi-journées dégagées doit être placée sous la responsabilité des équipes.
Le syndicat revendique par ailleurs que l’allègement de service soit proportionnellement égal à celui des enseignants des collèges, soit environ 30 demi-journées et qu’il soit généralisé à toutes les écoles implantées en éducation prioritaire.

Extrait de snuipp.fr du 28.08.2015 : Fenêtres sur Cours n° 414

 

"Il reste beaucoup à faire pour que ’la priorité au primaire’ promise en 2012 ne s’avère pas être en 2017 une petite imposture", estime Sébastien Sihr. Le SNUIPP (le syndicat FSU du 1er degré) organisait ce 24 août sa traditionnelle conférence de presse de rentrée et pour son secrétaire général, les mesures prises par le ministère de l’Education nationale "vont dans le bon sens". Mais sur le terrain, "le compte n’y est pas" et la priorité annoncée en début de quinquennat "a glissé dans l’ombre", d’autant que le message "a été parasité par la réforme des rythmes scolaires".

Extrait de touteduc.fr du 24.08.15 : Il reste beaucoup à faire pour que la priorité au primaire ne s’avère pas être en 2017 une petite imposture

 

 

Voir aussi
Le cafepedagogique.net du 25.08.15

vousnousils.fr du 24.08.15

Répondre à cet article