> ACTEURS et PARTENAIRES > Pilotes (identité prof., Témoignages) > Statut du directeur d’école : plusieurs syndicats font des propositions (Le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Statut du directeur d’école : plusieurs syndicats font des propositions (Le Café, ToutEduc)

24 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Direction d’école : Négociations entre certains syndicats et le ministère
Alors que la loi Reilhac doit prochainement passer au Sénat et que la commission de l’éducation de la haute assemblée a augmenté l’autorité des directeurs d’école, le Sgen Cfdt, le Se-Unsa, le Sne, le GTRID et le GDID, une association de directeurs, négocient avec le ministère sur l’application de ce texte. Ils ont remis "des propositions de programmation pluriannuelle de montée en charge des décharges de direction ". La démarche appuie fortement la proposition de loi.

Le Sénat donne de l’autorité aux directeurs

Extrait de cafepedagogique.net du 23.03.21

 

Direction d’école : le SE, le SGEN, le SNE et deux associations publient leurs propositions

En créant chaque année quelque 1300 postes d’enseignants du 1er degré, soit 7 735 sur 6 ans, à la rentrée 2026, tous les directeurs d’école de 10 classes ou plus seraient entièrement déchargés d’enseignement, les directeurs d’école de 8 ou 9 classes seraient déchargés trois jours sur quatre, un jour sur deux pour les écoles de 6 ou 7 classes, un jour sur trois pour les 4-5 classes, 1 jour par semaine pour les 3 classes et 18 jours/an pour les toutes petites écoles. C’est ce que demandent trois syndicats, le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et le SNE-CSEN qui, avec deux associations de directeurs d’école, le GDID et le GTRID, "ont travaillé pour produire des propositions concrètes, sur la question prioritaire des seuils de décharge dans un premier temps et en vue de conforter la mission le poste de directeur référent qui se déploie dans les académies".

Elles ont en effet conçu une "fiche de poste" pour les "référents départementaux" qui seraient placés "directement sous l’autorité du DASEN" et qui auraient pour missions d’être à l’écoute des directeurs, mais sans qu’il y ait de relation hiérarchique. Ils pourraient être "un médiateur de proximité pour certaines problématiques en cas de conflits (parents, adjoints, maire...)". Ils auraient aussi une mission "d’accompagnement renforcée des néos directrices et directeurs" et de coordination des travaux du groupe départemental des directrices et directeurs d’école".

Ces organisations indiquent qu’elles ont été reçues, hier 22 mars, par le directeur de cabinet du ministre à qui elles ont remis leur propositions. Elles ne font pas état d’une réaction du ministère, et ne font pas explicitement référence à la proposition de "loi Rilhac".

Extrait de touteduc.fr du 23.03.21

 

Directeurs : L’avis de Véronique Decker
Longtemps directrice à Bobigny, Véronique Decker est une figure qui compte par ses engagements pédagogiques et sociaux et son expérience. En 2019 nous l’interrogions sur le statut de directeur, une question devenue d’actualité. Faut-l changer le statut des directeurs ? "Certains le souhaitent. Personnellement je ne souhaite pas que les directeurs deviennent des supérieurs hiérarchiques. Mais on ne peut pas demander à un directeur d’avoir une classe et de faire 50 heures de travail en plus chaque semaine. Soit on augmente le temps de décharge, soit on diminue la tâche".

Sur le site

Extrait de cafepedagogique.net du 24.03.21

Répondre à cet article