> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Enseignement privé > Privatisée, marchandisée : l’école archipel (Dossier de veille de l’Ifé, n° (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Privatisée, marchandisée : l’école archipel (Dossier de veille de l’Ifé, n° 137, mai 2021)

3 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir aussi :

Privée/ publique l’école à la croisée des chemins
31 mai 2021

Extrait de eduveille.hypotheses ;org du 30.05.21

 

Privatisée, marchandisée : l’école archipel
Par Anne-Françoise Gibert
Dossier de veille de l’Ifé, n° 137, mai 2021

La privatisation de l’éducation peut être définie comme « le transfert de biens, de fonctions, de responsabilités ou d’opérations de gestion qui étaient précédemment aux mains d’acteurs publics, au premier rang desquels les pouvoir publics et qui sont confiés à des acteurs privés » (Chevallier & Pons, 2019) l. Dès 2007, Ball et Youndell
ont construit une typologie distinguant des formes de privatisations endogènes,
internes au systèmes éducatifs – qui comprennent la montée en puissance des marchés scolaires, la propagation des principes de la nouvelle gestion publique (New Public Management) dans le contrôle et le pilotage des établissements, et la mise en œuvre de politiques de reddition de comptes (accountability) – des formes de privatisations exogènes, caractérisées par une entrée du secteur privé dans l’éducation, lorsque des entreprises prennent part à l’organisation et à la gestion de segments de l’enseignement public (Chevallier & Pons, 2019). De façon complémentaire, la notion de marchandisation est utilisée pour désigner la tendance à tirer un profit mercantile d’une activité non marchande, c’est à dire, pour le sujet qui nous préoccupe, au sein de l’enseignement public.

Dans ce dossier, nous allons nous attacher à étudier ces deux phénomènes qui se renforcent mutuellement l. À partir d’une première partie portant sur les questions de valeurs et les arguments qui sous-tendent privatisation et marchés scolaires et contribuent à leur généralisation, nous aborderons dans la deuxième partie des processus à l’œuvre dans ces privatisations, que ces soient les actions des parents et ou les multiples in fluences dans la constitution des curriculums. Nous étudierons enfin diverses formes d’individualisation, en lien avec leur privatisation, au sein des scolarisations : au-delà d’une scission école privée/école publique et du développement des écoles hors contrat, celles-ci se diffusent au cœur de l’école via la prise en compte des besoins éducatifs particuliers et à sa lisière, dans les interstices des cours particuliers ou du coaching. Ainsi, les fractures éducatives sont bien réelles, et posent de multiples questions quant aux positions respectives du public et du privé, des biens que le service public doit fournir ou des relations à ses usager·es.

Extrait de veille-et-analyses.ens-lyon.fr de mai 2021

Répondre à cet article