> MATERNELLE, LYCEE, Enseign. PROFESS. , APPRENTISSAGE > MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Dossiers et Guides) > Communiquer avec les parents en maternelle à l’école REP+ Emile Zola à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Communiquer avec les parents en maternelle à l’école REP+ Emile Zola à Montluçon et à l’école REP du Jeu de Paume à Créteil (Le Café)

21 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Cécile Mathiaux et Saléha Amoura : Communiquer avec les familles en maternelle
La communication avec les familles reste la clé de voute de la réussite des enfants pour Cécile Mathiaux, directrice de la maternelle Émile Zola à Montluçon, et pour Saléha Amoura, directrice à Créteil. Deux territoires et une même préoccupation : garder le lien avec les familles.

Réfléchir en équipe pour renforcer la relation parents-école

L’école maternelle Émile Zola de Montluçon (Allier) est située en REP+. Une réflexion sur l’amélioration du climat scolaire y est engagée depuis plusieurs années. Pour la directrice « c’est la relation de confiance avec les familles qui garantit cette amélioration ». Elle explique que « la crise sanitaire aurait pu couper le lien qui existe entre l’école et la famille. Mais l’équipe pédagogique a mis tout en œuvre pour que la communication soit renforcée ». Dans cette école, les projets en direction des familles étaient déjà légion, c’était donc une évidence que de réfléchir sur la communication sous toutes ses formes.

Régulièrement l’équipe identifie et analyse les gestes professionnels et les dispositifs mis en œuvre dans la relation avec les familles. « Paroles, gestes, écrits, dessins, mails, tout est bon pour permettre à tous les parents d’avoir les informations en temps et en heure ». Une communication clé de voûte de la réussite des enfants.

Inclure les parents coute que coute

Cette réflexion est aussi menée à l’école maternelle Rep du Jeu de Paume à Créteil. Saléha Amoura, la directrice, parle avec émotion des projets mis en œuvre avant la crise sanitaire. Car inclure les parents dans les projets de l’école est là aussi déterminant pour la réussite des enfants.

L’équipe a réfléchit à un volet parents-animateurs et à un volet parents-observateurs. Parent-animateur cela veut dire participer à un atelier cuisine par exemple, aider les enfants lors de la séance de motricité, participer une fois par semaine à un atelier mathématiques. 70% des parents participaient à ces ateliers. L’enjeu : construire le lien et communiquer de toutes les manières possibles pour favoriser la réussite des enfants. Les parents observateurs s’inscrivent pour venir observer une séance dans la classe de leur enfant. Cette séance ouverte permet aux parents de comprendre le fonctionnement de l’école, de la classe et comment l’enseignant ou l’enseignante travaille avec leur enfant.

Pour consolider la communication avec les familles, les enseignantes avec les enfants font une dictée à l’adulte sur ce qui s’est passé dans la journée. Cette dictée à l’adulte est affichée à l’entrée de la classe. « Une dictée par jour permet une lisibilité des apprentissages » raconte la directrice. « Les photos qui accompagnent les dictées permettent à tous les parents même ceux qui ne maitrisent pas l’écrit de comprendre ». Les enfants sont aussi capables de raconter à leurs parents ce qui se passe à l’école. Dans les classes, des cadres photos, sorte de tablettes, permettent de faire défiler des photos de ce qui s’est passé la veille dans la classe. Les enfants dès l’accueil du matin parlent avec leurs parents et les enseignants.

Mais tout cela c’était avant le covid. « Vivement un retour à la normale pour que les parents puissent entrer dans les écoles et que nous puissions remettre en route les projets »

Laaldja Mahamdi

Extrait cafepedagogique.net du 16.06.21

Répondre à cet article