> ACTES PRODUCTIONS OZP > Les ZEP, laboratoire du système éducatif ? (automne 2021) > 11/12. Les ZEP, laboratoire du système éducatif ? (automne 2021) : une (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

11/12. Les ZEP, laboratoire du système éducatif ? (automne 2021) : une politique du dédoublement

18 novembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Série OZP "Les ZEP, laboratoire du système éducatif (automne 2021)

11/11. Les ZEP, laboratoire du système éducatif ? (automne 2021) : une politique du dédoublement
On ne peut traiter le dédoublement, le dispositif le plus récent et qui a pris une place essentielle dans la définition de la politque d’éducation prioritaire sans évoquer le "Plus de maîtres que de classes" lancé par le gouvernement précédent en 2012. Tous les deux visent le même objectif de donner la priorité à l’école élémentaire en lui accordant des moyens supplémentaires en personnel, une priorité déjà inscrite dans la loi de refondation de l’Ecole.

Le "plus de maitres" n’est pas au départ un dispositif spécifique à l’éducation prioritaire même si sa circulaire de création (18.12.12) précise que les écoles de l’éducation prioritaire sont prioritairement concernées. D’ailleurs, avant cette date, certaines écoles disposaient déjà de personnels supplémentaires et pouvaient les utiliser pour pratiquer des co-interventions.

L’annonce par Najat Vallaud-Belkacem en janvier 2017 de l’extension du "Plus de maîtres que de classes" à l’ensemble des écoles en éducation prioritaire à la rentrée 2017 consacre le PDMQDC comme partie intégrante du dispositif et comme élément précurseur d’une éventuelle généralisation ultérieure à l’ensemble du système éducatif.

Le dédoublement des classes de CP en éducation prioritaire, qui était une promesse électorale du candidat Macron, a été mis en place dès la rentrée 2017 par le nouveau ministre Blanquer. Il constitue un effort budgétaire sans précédent dans le domaine de l’éducation prioritaire mais, disent ses détracteurs, au détriment des effectifs des classes hors-éducation prioritaire.
À la rentrée 2019, l’ensemble des CP et des CE1 en Rep et Rep+ était dédoublé et 300 000 élèves (20 % d’une classe d’âge) en bénéficaient. L’extension aux classes de grande section de maternelle en éducation prioritaire s’est faite à la rentrée 2020. Le MEN a annoncé alors que toutes les autres classes de grande section, de CP et de CE1 hors EP verraient progressivement leurs effectifs limités à 24 élèves".

Cependant certains observateurs et syndicats continuent à évoquer le plus de maîtres, en mettant en avant son intérêt pédagogique pour les élèves autant que pour l’autoformation collective des enseignants et sa souplesse en les opposant au coût élevé du dédoublement.
En novembre 2021, J.-M. Blanquer reconnaît devant le Sénat que le dispositif "Plus de maîtres que de classes" a subi une diminution, mais nie qu’il ait été supprimé. Il ajoute que d’après les enquêtes effectuées par le MEN (enquêtes non publiées, ndlr), les dédoublements seraient plus efficaces que le plus de maîtres.

Par ailleurs un document de travail de la Depp de septembre 2021 relativise l’impact du dédoublement sur les résultats des élèves et relève "l’absence de modifications majeures dans les pratiques enseignantes".
Enfin le 15 novembre 2021, le ministre rend public les résultats de la dernière évaluation nationale qui porte en particulier sur les dédoublements. Il faudra attendre les résultats de la prochaine évaluation nationale pour savoir si la baisse de niveau constatée en entrée en CE1 après une amélioration en milieu de CP est due aux vacances ou à une autre cause.

Commentaire. Le déoublement des classes dans le premier degré de l’éducation prioritaire est présenté dans le discours officiel comme la mesure emblématique du quinquennat dans le domaIne de l’éducation prioritaire mais aussi dans le domaine social. Pour l’instant son efficacité, eu égard à son coût élevé, n’apparait pas de façon probante.
Et après ? Il n’est pas certain, pour des raisons budgétaires, que les effectifs par classe soient réduits "à tous les niveaux de l’enseignement prioritaire", comme le suggère l’éditorial du Monde du 17.11.21. Il est encore moins probable qu’il soit généralisé à l’ensemble du premier degré, même si certaines propositions électorales vont dans ce sens. Il est possible par contre, comme le propose le SNUipp, qu’un élargissement s’opère par le biais d’un développement de la co-intervention - ou même d’un retour plus ou moins avoué à la formule du "plus de maîtres" - beaucoup moins onéreuse et pédagogiquement plus porteuse.

 

Historique des textes officiels charnières  :

- Dispositifs "Plus de maîtres que de classes". Missions, organisation du service et accompagnement des maîtres. Circulaire du 18.12.12. BO du 15 janvier 2013

Extrait : Les écoles prioritairement concernées par l’attribution de ce moyen supplémentaire sont celles de l’éducation prioritaire, mais aussi des écoles repérées localement comme relevant de besoins similaires. Certaines de ces écoles disposent déjà de personnels surnuméraires : elles peuvent néanmoins bénéficier de l’affectation d’un maître supplémentaire, ou faire évoluer les missions de leurs personnels surnuméraires de manière à ce qu’elles correspondent à ce dispositif nouveau.

- Préparation de la rentrés scolaire 2014. Circulaire du 20.05.14 [avec une important développement dans l’annexe 11]. BO du 22 mai 2014

Extrait : Annexe 11. Le dispositif « plus de maîtres que de classes »
Conçu pour une action directe auprès des élèves, le dispositif « plus de maîtres que de classes » est au service d’objectifs pédagogiques et didactiques déterminés par l’ensemble d’une équipe pédagogique animée d’une grande exigence professionnelle. Sa mise en œuvre, depuis la rentrée 2013, montre que le dispositif, inscrit dans la durée du projet d’école, peut effectivement contribuer à l’amélioration des résultats scolaires, mais à la condition qu’un suivi attentif permette d’en garder toute la pertinence. « 10 repères pour la mise en œuvre du dispositif plus de maîtres que de classes » ont été élaborés par la Dgesco (publié sur le site Éduscol ). Les sept recommandations ci-après résultent des observations de la mission des inspections générales [...]
1 - Considérer que le maître supplémentaire s’inscrit dans un dispositif global qui répond à des objectifs précis
2 - Maintenir une priorité au cycle 2
3 - Clarifier l’usage d’outils d’évaluation des élèves pris en charge
4 - Encourager la construction par les équipes pédagogiques d’un cadre d’usage organisé
5 - Définir des modalités d’enseignement en fonction des élèves et des sujets traités
6 - Renforcer l’adéquation des plans de formation aux besoins du dispositif
7 - À terme, intégrer des exigences qualitatives à la gestion des ressources humaines du dispositif

- Refondation de l’éducation prioritaire. Circulaire du 04.06.14. BO du 5 juin 2014

Extrait : Le dispositif « plus de maîtres que de classes » a vocation à être développé prioritairement au cycle des apprentissages fondamentaux et en Rep+, puis progressivement dans toute l’éducation prioritaire.
Comme le précise la circulaire n° 2012-201 du 18 décembre 2012, « il s’agit, grâce à des situations pédagogiques diverses et adaptées, de mieux répondre aux difficultés rencontrées par les élèves et de les aider à effectuer leurs apprentissages fondamentaux, indispensables à une scolarité réussie. Le dispositif ne se substitue pas aux aides spécialisées, qui gardent toute leur pertinence pour les élèves en grande difficulté ». Ce dispositif permettra tout particulièrement de favoriser le travail collectif des enseignants. Les équipes d’éducation prioritaire pourront en particulier mettre en place des co-observations, des co-interventions ou un véritable co-enseignement qui s’appuiera sur des préparations établies en commun en fonction des besoins des élèves et des orientations des programmes. La priorité ira à l’apprentissage de la lecture et de la compréhension. L’élaboration d’un projet de fonctionnement avec un maître supplémentaire, précisant le fonctionnement, est indispensable et ce projet doit être inscrit dans le projet d’école.
Les équipes de circonscription et les formateurs pour l’éducation prioritaire donneront priorité au suivi de ce dispositif, à l’accompagnement des équipes et à la mise en place de formations d’équipes adaptées.

- Circulaire de rentrée 2016. Circulaire du 13.04.16. BO du 14 avril 2016

Extrait : 2 - La priorité réaffirmée au premier degré
[...] Pour assurer de manière efficace et efficiente la montée en puissance du dispositif « plus de maîtres que de classes », il conviendra de s’appuyer sur les recommandations formulées par le comité de suivi du dispositif : éviter une dilution du travail des enseignants dans un service partagé au-delà de deux écoles ; privilégier l’attribution de ces moyens supplémentaires aux écoles de l’éducation prioritaire et, au-delà, aux écoles à besoins comparables, repérées localement et situées sur des territoires fragiles, notamment ruraux ; donner la priorité au cycle 2 ; s’appuyer sur les projets des équipes pédagogiques et les accompagner par des formations spécifiques.

Le dédoublement en éducation prioritaire
Le dédoublement des CP et CE1 en éducation prioritaire n’a fait l’objet d’aucun texte officiel : loi, décret, arrêté, circulaire ou note de service.
Les circulaires de rentrée 2019, 2020 et 2021 ne lui consacrent que de courts passages.

 

 

Des références documentaires sur ce thème :

Sur le site de l’OZP
la rubrique :
EDUC. PRIOR. Dédoublement, Pdmqdc, Taille des classes

- les mots-clés
DEDOUBLEMENTS CP-CE et GS (gr 5)/
Plus de maîtres que de classes (gr 5)/
Maitre surnuméraire ou supplémentaire (gr 3)
Co-intervention (hors Dédoublements et PDMQDC) (gr 4)/

Sur Eduscol
- Vademecum. Le pilotage des classes dédoublées (sept. 2019, 56 p.)

 

Voir les articles précents Les ZEP, laboratoire du système éducatif ? (automne 2021)

Jean-Paul Tauvel,
membre du bureau de l’OZP
et responsable du site

Répondre à cet article