> ACTEURS (EP et hors-EP) > Enseignants (Identité, Métier) > Enseignants (Positions et Témoignages) > De la zone à la salle des profs : témoignages de trois enseignants issus de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

De la zone à la salle des profs : témoignages de trois enseignants issus de quartiers (Demain l’école)

15 septembre 2021

De la zone à la salle des profs : témoignages de trois enseignants issus des quartiers

En ce jour de rentrée scolaire, Jasmine Touitou a décidé de faire témoigner trois professeurs dont l’origine sociale ne prédestinait pas forcément à devenir enseignant. Trois destins issus de quartiers populaires, qui pas volonté politique ou la force des choses se sont retrouvés face à des élèves qui leur ressemblent. Témoignages.

Devenir enseignant, quand on vient de quartier populaire, résulte souvent autant de la vocation que du choix politique, tant le parcours peut être difficile, dénigré, ou juste impensable. Encore aujourd’hui, les enseignants viennent rarement de milieux populaires… En 2015, un enseignant sur deux était fils d’un parent appartenant aux professions intermédiaires ou aux cadres et professions intellectuelles supérieures. Un ratio qui tombe à un actif sur trois, pour le reste de la population, d’après l’étude comparative de Bertrand Delhomme, chercheur à l’université de Tours et l’École Normale Supérieure.

Toutefois, certains « bugs de la matrice » réussissent à gruger le système. Mehdi est l’un de ces outsiders. En effet, cet enseignant d’histoire-géo a grandi dans le sud de la France, dans le Gard plus précisément : « J’ai grandi dans un environnement un peu particulier, entre les problématiques liées à la ruralité et les problématiques liées aux quartiers populaires. C’était un environnement violent dont il était très difficile de sortir. On n’avait peu d’accès à la culture et pas vraiment de transports. » Khayri a également grandi en banlieue : « J’ai grandi en bas des tours, dans le quartier du Tonkin, à Villeurbanne ». La mère de Khayri accumulait un travail de femme de ménage et de baby-sitter. Par conséquent, les finances de la famille étaient maigres.

"Quand j’étais gosse, j’étais en ZEP. Et même en étant en ZEP, j’avais l’impression d’être le plus prolo des prolos."

Extrait dedemain-lecole.overblog.com du 11.09.21

 

Voir

la sous-rubrique Enseignants (Positions et Témoignages)
le mot-clé Témoignage d’élève ou d’ancien élève de ZEP

Répondre à cet article