> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, SOCLE > Laïcité > Laïcité (Rapports officiels) > Un communiqué du MEN fait le bilan trimestriel des atteintes à la laïcité et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un communiqué du MEN fait le bilan trimestriel des atteintes à la laïcité et des signalements. Une collégienne de 13 ans va être poursuivie

10 décembre 2021

Laïcité : L’éducation nationale compte les signalements
Quand on parle laïcité, l’éducation nationale répond "signalements". Le ministère publie les données relatives à ces signalements sur la période de septembre à novembre 2021 marquée par la commémoration de l’assassinat de S. Paty. Le ministère compte 614 signalements, concernant pour 83% des élèves mais aussi pour 5% des personnels E.N. Près de 80% ont eu lieu au collège ou à l’école. Pour un quart ce sont des "provocations verbales", pour 14% le port de signes et tenues, pour 11% des refus d’activité scolaire et 10% des contestations d’enseignement. 22% des signalements ne sont pas catégorisés. 219 signalements ont eu lieu au moment de la commémoration S Paty et 50% ont fait l’objet de signalements à la police ou à la justice. Rappelons que 80% d’entre eux concernent le collège ou l’école primaire. On peut craindre de voir des enfants très jeunes convoqués par la police dans une criminalisation croissante d’incidents relevant de la discipline scolaire. Comme au Mesnil Saint Debis (Yvelines). Une élève de 13 ans a dit enc lasse : " Ce n’est pas ma faute s’il est mort. C’est parce qu’il n’avait qu’à pas ouvrir sa bouche". Le collège a prononcé son exclusion définitive et a signalé l’élève à la police. Elle passe en justice pour apologie du terrorisme le 10 janvier. Au final, pour cette journée de la laïcité le ministère communique sur la croissance des incidents. Récapitulons : 614 signalements pour 12 millions d’élèves et 24 millions de parents...

Sur Actu.fr

Extrait de cafepedagogique.net du 10.12.21

 

Bilan trimestriel des atteintes à la laïcité : plus de provocations verbales, moins de contestations d’enseignement (ministère)

A l’occasion de la journée de la laïcité à l’école, accolée à l’anniversaire de la loi du 9 décembre 1905, le ministère de l’Education nationale établit un nouveau bilan trimestriel de l’action de ses équipes “Valeurs de la République“, qui interviennent en cas de saisine par des personnels sur une plateforme de signalement (83% des cas) ou en réponse aux signalements effectués par les directeurs d’écoles et les chefs d’établissement du 2d degré.

Selon le ministère de l’EN, ces équipes, présentes dans toutes les académies, “apportent aide et soutien nécessaires aux équipes éducatives pour faire respecter le principe de laïcité à l’école“ et “forment les personnels et interviennent régulièrement aux côtés des professeurs, des chefs d’établissement qui peuvent se trouver confrontés à des atteintes aux principes de la laïcité“.

Pour la période de septembre à novembre 2021, 614 signalements d’atteinte au principe de laïcité ont été recensés, soit 67 de plus que lors du dernier bilan d’avril 2021. 279 demandes de conseil auprès des équipes académiques ont été recensées, un “chiffre stable“ selon le ministère.

25 % des faits concerneraient des provocations verbales (en hausse de 12 points), 14 % le port de signes et tenues (+ 8 points). Il y aurait seulement 10 % de faits de contestations d’enseignement (en baisse de 5 points sur un an). A noter que 6 académies regroupent 52% des signalements effectués, Versailles, Créteil, Lille, Nice, Toulouse ou Nantes.

De plus, un “bilan des signalements des incidents et perturbations lors de la commémoration de l’assassinat de Samuel Paty“ a également été effectué (via la plateforme “Faits établissement“). 219 incidents ont été signalés, dont 111 contestations “d’un moindre niveau de gravité que l’année dernière, majoritairement des faits isolés ou de très petits groupes d’élèves“, explique le ministère de l’éducation nationale, ou encore 91 apologies du terrorisme (41 % contre 17 % l’année dernière). Trois quarts des faits sont suivis d’entretiens avec les parents ou d’information lorsque la rencontre avec ces derniers n’était pas possible, et près de la moitié sont suivis de sanctions.

Le communiqué ici

Extrait de touteduc.fr du 09.12.21

Répondre à cet article