> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Laïcité > Laïcité (Rapports officiels) > Atteintes au principe de laïcité à l’école : bilan des équipes Valeurs de la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Atteintes au principe de laïcité à l’école : bilan des équipes Valeurs de la République (MEN). "Des données difficiles à interpréter (ToutEduc)

19 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Respect du principe de laïcité à l’école : nouveau bilan de l’action des équipes valeurs de la République
Installées dans toutes les académies, les équipes Valeurs de la République apportent l’aide et le soutien nécessaires aux équipes éducatives pour faire respecter le principe de laïcité à l’école. Ces équipes forment les personnels et interviennent régulièrement aux côtés des professeurs, des chefs d’établissement qui peuvent se trouver confrontés à des atteintes aux principes de la laïcité.

Les équipes Valeurs de la République interviennent en réponse aux signalements effectués par les directeurs d’écoles et les chefs d’établissement du 2d degré ou en cas de saisine des personnels par la plateforme de signalement.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, s’était engagé à rendre public le suivi de ces signalements. Chaque trimestre, les remontées des équipes Valeurs de la République permettent d’établir un état des lieux quantitatif et qualitatif des atteintes à la laïcité et des réponses qui y ont été apportées.

Sur le terrain, le travail d’anticipation, mené par les équipes académiques, porte ses fruits. Les directeurs d’école, les inspecteurs de l’éducation nationale et les chefs d’établissement saisissent de plus en plus ces équipes pour bénéficier de leurs analyses et de leurs conseils afin de mettre en œuvre les actions de prévention nécessaires..

Éléments de bilan pour la période de décembre 2020 à mars 2021

547 signalements d’atteinte au principe de laïcité et 288 demandes de conseil auprès des équipes académiques ont été recensés.

Toutes les parenthèses présentent l’écart avec les résultats de la remontée précédente.

Où ?
45 % des faits recensés dans les collèges (- 2 points)
33 % dans le premier degré (+ 6 points)
22 % dans les lycées (- 4 points)

Qui ?
71 % de la part des élèves (- 10 points)
18% de la part des parents d’élèves (+ 7 points)
6 % de la part des personnels (+ 2 points)
5 % autres (+ 1 point)

Quoi ?
17% pour les provocations verbales (- 13 points)
15 % pour les contestations d’enseignement (+ 2 points)
10 % pour les suspicions de prosélytisme (+ 5 points)
8% pour les manifestations de refus des valeurs de la République (- 1 point)
7 % pour les refus d’activité scolaire (- 1 point)
6 % pour les ports de signes et tenues (stable)
5 % pour les revendications communautaires (+ 4 points)
32 % pour les "autres faits perturbant la vie de l’établissement" : revendications communautaires diverses, provocations, contestation du principe d’égalité filles/garçons, incidents au cours des classes virtuelles, etc. (+ 2 points)
Pour rappel, depuis l’arrivée de Jean-Michel Blanquer, un nouveau dispositif a été mis en place :

Un conseil des sages réunissant des experts sur les questions de laïcité ;
Une équipe nationale laïcité qui vient en soutien des académies ;
Une équipe Valeurs de la République dans chaque académie ;
Un vade-mecum laïcité apporte aux équipes éducatives, des réponses juridiques précises et donne des conseils d’action ;
Une adresse de saisine permet à chaque personnel de l’éducation nationale de saisir directement l’équipe nationale laïcité qui s’engage à prendre attache avec l’intéressé sous 24H.
La laïcité est un principe de liberté, liberté de croire ou de ne pas croire. Elle est au fondement de notre société et de notre École. Elle doit préserver les élèves de tout prosélytisme idéologique, économique et religieux. Sur ce sujet de la laïcité, la République doit être ferme et sereine afin que la loi soit respectée.

Extrait de education.gouv.fr d’avril 2021

 

Atteintes au principe de laïcité : des données difficiles à interpréter
Selon le ministère de l’Education nationale, 547 signalements d’atteinte au principe de laïcité ont été recensés entre décembre 2020 et mars 2021, dont un tiers dans le premier degré, un peu moins de la moitié dans les collèges, et 22 % dans les lycées. Ces atteintes à la laïcité sont d’abord le fait des élèves (71 %) et de parents d’élèves (18 %), mais aussi parfois de personnels, ce sont des provocations verbales, des contestations d’enseignement, des "suspicions de prosélytisme", des "manifestations de refus des valeurs de la République" ou des refus d’activité scolaire, le port ostentatoire de signes religieux, des "revendications communautaires diverses", des contestations du principe d’égalité filles/garçons, des incidents au cours des classes virtuelle...

A noter que, selon les données qui avaient alors fait l’objet d’une communication ministérielle, du 3 septembre au 23 novembre 2018, quelque 800 signalements d’atteintes à la laïcité avaient été enregistrés, dont près de la moitié dans les collèges et un petit tiers dans le premier degré, dont encore 50% de la part des élèves, 28% de la part des parents d’élèves, 14% de la part des personnels, 8% "autres".

D’avril à juillet 2019, "environ 900 cas de signalements d’atteintes à la laïcité (avaient) été enregistrés, dont 44 % dans le premier degré, 37% dans les collèges, 19% dans les lycées. Les auteurs de ces faits étaient, pour 61 % d’entre eux des élèves, pour 19 % des parents, pour 14 % des personnels, pour 6 % "autres".

De septembre 2019 à mars 2020, "environ 935 cas de signalements d’atteintes à la laïcité (avaient) été enregistrés, dont 45 % dans les collèges, 37% dans le 1er degré ,18% dans les lycées, ils étaient à 57% le fait des élèves, à 22 % le fait des parents, à 12% des personnels, à 9 % "autres".

Les comparaisons, sur des périodes et des durées diverses, avec ou sans confinement, n’aurait pas de sens, et les variations de leur répartition entre 1er et 2nd degrés et entre les auteurs trop importantes pour pouvoir dessiner des tendances. Elles confirment le diagnostic porté par l’inspection générale en 2019, pour qui le phénomène était difficile à caractériser (et sans doute sous-évalué) (voir ToutEduc ici). Par ailleurs, ces données statistiques ne permettent pas de savoir quelle est la part de ces atteintes au principe de laïcité qui est le fait d’élèves, de parents ou de personnels se réclamant de l’Islam radical, d’une église évangélique ou de tout autre fondamentalisme.

Extrait de touteduc.fr du 16.04.21

Répondre à cet article