> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Textes et Déclarations officielles) > Les annonces de J.-M. Blanquer au soir de la grève après la rencontre avec (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les annonces de J.-M. Blanquer au soir de la grève après la rencontre avec les syndicats

14 janvier

Après la grève du 13 janvier, Jean-Michel Blanquer contraint au dialogue et à un changement de méthode
Après une réunion de trois heures avec les syndicats, le ministre de l’éducation nationale a promis le recrutement de 3 300 contractuels, 5 millions de masques FFP2 et d’étudier la possibilité d’un report d’une partie des épreuves du bac.

[...] « Il est exact que le Covid crée des absences et il faut pourvoir à ces remplacements », a également reconnu, de manière assez inédite, le ministre de l’éducation nationale. Quelque 3 300 contractuels seront recrutés prochainement. Ils font partie des 6 000 postes de remplacement déjà annoncés mais feront l’objet de contrats plus longs, de six mois. « Quelques centaines » de candidats présents sur des listes complémentaires – ils ont eu le concours mais n’ont pas été recrutés – seront embauchés en primaire. En outre, 1 500 assistants d’éducation doivent venir renforcer les équipes de vie scolaire dans les collèges et les lycées, et 1 500 vacataires administratifs supplémentaires épauleront les directeurs d’école. Par ailleurs, 1 700 médiateurs de lutte anti-Covid de plus seront également recrutés.

Les syndicats vigilants
Sur le volet pédagogique, les évaluations en milieu d’année de CP, qui devaient commencer le 17 janvier, sont reportées « à un délai qui reste à définir ». Le report éventuel des épreuves d’enseignement de spécialité du bac, qui doivent avoir lieu au mois de mars avec la réforme en vigueur, fera également l’objet de réflexions et de concertations. Entre les absences des élèves et celles des enseignants, le programme déjà chargé s’avère extrêmement difficile à tenir, selon les enseignants.

Extrait de lemonde.fr du 14.01.22

 

Blanquer change de ton. Cela suffit-il ?
Les acquis de la journée sont-ils à la hauteur de la mobilisation historique du 13 janvier ? Frédéric Marchand, secrétaire général de l’Unsa Education, résume assez bien le point de vue de la plupart des syndicats reçus au soir du 13 janvier par Jean Castex, JM Blanquer et Olivier Véran. "Notre impression globale c’est qu’on a répété nos revendications habituelles mais que pour la 1ère fois on a été un peu entendu et de premières réponses ont été apportées. Mais on jugera sur pièce". Les syndicats ont obtenu peu de décisions concrètes. Le protocole reste en l’état et pas grand chose est fait pour faciliter le fonctionnement des écoles et établissements. Avec cette mobilisation historique les personnels de l’éducation nationale ont été écoutés. C’est un progrès. C’est surtout un espoir. Et rien n’est plus volatile que l’espoir...

JM Blanquer sous contrôle du premier ministre

Après le JM Blanquer insultant ses contradicteurs au Parlement et n’écoutant personne rue de Grenelle, et surtout pas les profs, voilà JM Blanquer bonhomme, acceptant la contradiction et presque la souhaitant. Dans la cour du ministère, très tard dans la soirée du 13 janvier, le contraste est saisissant. "C’était un moment très impressionnant après cette journée qui a été de forte mobilisation, dont nous avons compris les tenants et les aboutissants", dit le ministre de l’Education nationale.

Après une mobilisation exceptionnelle des personnels de l’éducation nationale le 13, JM Blanquer reçoit, avec le 1er ministre et le ministre de la Santé, les organisations syndicales de l’éducation et la FCPE. C’est finalement le gouvernement qui fait l’effort d’écouter, pendant 3 heures, les représentants des personnels de l’éducation nationale. Ce n’est pas rien.

Changement de ton

Le premier résultat de cette journée, et le principal, c’est ce changement de ton. JM Blanquer va jusqu’à parler "d’une bonne discussion" et "d’un moment d’explication". La réunion acte qu’il y aura des réunions bimensuelles entre le ministre et les syndicats avec le ministre de la Santé, peut-être aussi pour chaperonner JM Blanquer. Des réunions identiques auront lieu dans les départements entre Dasen, syndicats et préfet. Après 4 années d’une politique où tout a été fait pour casser la cogestion et affaiblir les syndicats, voilà que le gouvernement change radicalement.

Des masques FFP2

Le gouvernement lâche un peu sur les demandes d’équipement. Les masques chirurgicaux sont promis d’ici la fin du mois. Des masques FFP2 seront donnés aux professeurs de maternelle et aux personnels en contact avec les élèves à besoin particulier ou aux autres personnels qui en souhaiteraient. Mais JM Blanquer parle de 5 millions de masques ce qui est très peu. En fait cela couvre 40 jours de classe en maternelle.

Le premier ministre a annoncé qu’il abonderait le fond de soutien aux collectivités locales pour l’achat de capteurs de Co2, ce qui ne va pas changer radicalement le problème. Le montant de la rallonge budgétaire est inconnu.

Listes complémentaires et embauche de contractuels

Sur le recrutement de nouveaux personnels pour remplacer les malades , JM Blanquer a annoncé 3300 contractuels pour le 1er et le 2d degré. Le ministère fera appel aux listes complémentaires là où elles existent. Enfin 1500 vacataires administratifs en circonscription seront embauchés pour aider les directeurs d’école et 1500 AED dans le second degré.

Report des évaluations de mi CP

Sur le plan pédagogique, JM Blanquer a rappelé qu’il "tient beaucoup" aux évaluations de mi CP mais estime que "ce ne serait pas une bonne chose de les maintenir pour la semaine prochaine". Les évaluations de mi CP sont donc reportées sans qu’une date soit pour le moment fixée.

Sur le report des spécialités du bac, JM Blanquer est plus évasif. "On va faire une analyse avec les organisations syndicales. Je consulterai le Conseil national de la vie lycéenne". La décision du report n’est donc pas prise.

Protocole inchangé

Et le protocole ? Est-il renforcé pour apporter plus de sécurité aux personnels et aux élèves et finalement sécuriser les établissements ? Est il encore allégé pour simplifier la vie des parents ? Ni l’un, ni l’autre. Rien ne change alors que la propagation ultra rapide de l’épidémie et la gestions très lourde du protocole a mis les personnels dans la rue. Rien ne change. "Notre objectif est de réduire le risque et de le gérer", dit JM Blanquer.

Pour Frédéric Marchand, secrétaire général de l’Unsa Education, c’est " une réunion longue qui a montré une volonté d’échanger.. Mais sur la colère des personnels liés à la méthode Blanquer on jugera sur pièce car on a été échaudé." C’est aussi ce que dit Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes Fsu. "Notre impression globale c’est qu’on a répété nos revendications habituelles mais que pour la 1ère fois on a été un peu entendu et de premières réponses ont été apportées. Mais on jugera sur pièce".

Trois résultats

Il y a en fait trois principaux résultats de cette journée de grève du 13 janvier. Le premier c’est que les syndicats ont été écoutés par le premier ministre. Le second c’est que JM Blanquer semble être sérieusement encadré par J Castex et O Véran pour éviter de nouveaux conflits avec les personnels de l’éducation nationale.

L’intersyndicale se réunit le 14 en fin d’après midi. Elle aura à décider de la suite du mouvement. Déjà des syndicats annoncent leur position. "Le SE-Unsa acte positivement le changement de méthode dans le dialogue social... Du point de vue du fonctionnement des écoles et établissements, pour le SE-Unsa, l’annonce du recrutement de personnels par le recours aux listes complémentaires des concours 2021 de professeurs des écoles, ainsi que le recrutement de contractuels et d’assistants d’éducation en nombre important est une bonne nouvelle si elle se concrétise pleinement et rapidement. Le SE-Unsa prend donc acte de ces annonces gouvernementales et jugera avec la profession si les engagements pris se concrétisent vraiment et rapidement".

Pour Sud éducation, " Ces annonces présentent certaines avancées, en particulier le recrutement des listes complémentaires dans le premier degré, et montre que des revendications peuvent être arrachées dans la période. Néanmoins, elles sont trop éloignées des revendications. SUD éducation maintient donc son appel aux personnels à participer massivement aux assemblées générales de grévistes qui ont lieu partout, et portera dans l’intersyndicale vendredi, le mandat d’appeler à une date forte dès la semaine prochaine afin d’imposer le rapport de force nécessaire avec le gouvernement."

Le troisième grand résultat de cette réunion exceptionnelle semble donc être la fin de l’unanimité syndicale qui a fait du 13 janvier un grand succès. A nouveau l’Ecole semble désunie. Et ça c’est un succès durable.
François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 14.01.22

 

J-M Blanquer ouvre la porte à une "concertation permanente" avec les organisations syndicales

Un peu après 22h30 ce 13 janvier, au soir d’une journée marquée, selon l’expression du ministre de l’Education nationale par une "forte mobilisation" et après 3h30 d’un "travail nourri", d’une "bonne discussion" avec les organisations syndicales, avec le Premier ministre et le ministre de la Santé, Jean-Michel Blanquer a annoncé que serait dorénavant organisée deux fois par mois une réunion avec les syndicats, pour "une bonne compréhension partagée". Le ministre parle d’ "humilité", de décisions dont il faut expliquer les contraintes qui amènent à les prendre, même si elles ne sont pas idéales et de "concertation permanente, en tout cas très régulière", pour "revenir à un climat de confiance", à une "bonne compréhension partagée".

Le ministre annonce surtout le recrutement de plusieurs milliers de personnels pour faire face à la crise sanitaire, soit 3 300 contractuels, mais aussi des enseignants pris sur les listes complémentaires aux concours 2021, des AED et des "appuis administratifs" aux directeurs d’école. Les quantités seront précisées prochainement.

Quelque cinq millions de masques FFP2 seront "diffusés" dans le système scolaire, en priorité pour les enseignant.e.s de maternelle dont les élèves ne sont pas masqués, les AESH qui travaillent avec des élèves en situation de handicap et "ceux qui en ont besoin". Le ministre annonce que le fonds de soutien aux communes pour l’achat de capteurs de CO2 sera abondé "en tant que de besoin".

L’évaluation nationale de "mi-CP" est reportée à une date ultérieure, "dans un délai qui reste à définir". En ce qui concerne les épreuves des enseignements de spécialité prévues pour le mois de mars, il se peut que, après concertation, elles soient reportées, éventuellement au mois de juin.

Extrait de touteduc.fr du 13.01.22

Répondre à cet article