> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Mixité sociale et Carte scolaire > Mixité sociale et Carte scolaire (Dossiers et Guides, Actes) > « Dans certains collèges, il n’y a plus d’enfants blancs ». Entretien (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« Dans certains collèges, il n’y a plus d’enfants blancs ». Entretien d’Ouest-France avec Arthur Frayer-Laleix, l’auteur de "Et les blancs sont partis"

17 janvier

ENTRETIEN. « Dans certains collèges, il n’y a plus d’enfants blancs », souligne Arthur Frayer-Laleix
En reportage dans les banlieues depuis dix ans, le journaliste Arthur Frayer-Laleix raconte dans un livre la fracture ethnique et sociale des quartiers populaires, et le malaise politique qui l’entoure.

À quelques mois de l’élection présidentielle, le journaliste Arthur Frayer-Laleix publie Et les Blancs sont partis, résultat de dix années de reportage dans les banlieues françaises pour Le Monde, Zadig et Street Press. Un livre au plus près du terrain, qui a pour ambition de raconter les fractures de notre société, pour mieux les soigner. Il déplore les récupérations d’extrême droite et les difficultés de la gauche traditionnelle à aborder le sujet.

[...] « Un discours moral »
Vous employez le mot solidarité, là où l’extrême droite parle de communautarisme…

L’extrême droite a calqué un discours très simpliste sur la vie dans les quartiers. En partant parfois de faits réels, comme la ghettoïsation ethnique, mais en donnant des causes farfelues et fausses. Elle tente d’imposer l’idée que les gens d’une même origine sont dans un même quartier car ils ne veulent pas se mélanger au reste de la population française. C’est faux. Par contre, il y a des logiques de communauté et d’entraide. L’extrême droite développe une rhétorique raciste et xénophobe sur ces questions. En face, la gauche est hélas inaudible.

La gauche est-elle déconnectée des banlieues ?

À l’exception des élus locaux, la gauche traditionnelle tient un discours moral, de condamnation du racisme et des discriminations. Les prisons sont un exemple marquant. Plutôt que de batailler sur les causes de l’enfermement des jeunes des quartiers, une partie de la gauche en est encore à nier certains faits pour « ne pas faire le jeu de l’extrême droite ». Là-dessus, la gauche a perdu le combat.

Extrait de ouest-france.fr du 16.01.22

 

Voir aussi Et les blancs sont partis. Reportage au cœur de la fracture ethnique, par Arthur Frayer-Laleix, Fayard, 270 p., 20 octobre 2021

Répondre à cet article